Accéder au contenu principal

Ma douleur est sauvagerie [Pierric Guittaut]

L'aventure littéraire de Pierric Guittaut commence avec un roman noir résolument urbain, Beyrouth-sur-Loire. Un polar très bien ficelé [Pour en savoir +], où pointe déjà un styliste qui ne cessera de s'affirmer. 
Manière de consacrer ce qui était déjà perceptible dès 2010, ses deux romans suivants sortent sous les prestigieux auspices de la Série Noire™. Adieu la ville de province, le jeune auteur quitte la jungle d'asphalte pour s'affronter aux voyettes et aux villages hexagonaux via La Fille de la pluie et D'Ombres et de flammes ; respectivement commercialisés en 2013 [Pour en savoir +] et en 2016. 
Ces deux romans ressortissent ainsi au « rural noir », un genre que leur auteur a par ailleurs célébré dans d'un article très bien documenté, publié dans le numéro 145 de la revue Élément (octobre 2012). 
En 2017 Pierric Guittaut n'hésite pas à se transformer de nouveau en essayiste pour les besoins de La Dévoreuse : le Gévaudan sous le signe de la Bête 1764-1767. Un ouvrage qui paraît dans la collection Histoire & documents des éditions De Borée©, et dont le titre se passe de commentaires. 
Nonobstant cette brève incursion en dehors du roman noir, l'une des plus belles plumes du genre y revient deux ans plus tard avec « Ma douleur est sauvagerie », en attendant la parution le 15 avril 2021 de L'heure du loup, également dans la collection Equinox™ des éditions Les Arènes©
Une maison d'édition où il a retrouvé Aurélien Masson, qui l'avait déjà accueilli à la Série Noire™, et qui s’occupe donc désormais de la collection Equinox™, qu’il a lui-même créé. 
Entre ces deux dernières parutions, Guittaut a eu le temps de participer en 2020 aux aventures de Julien Ardant, alias le Hussard ; une sorte de Gabriel Lecouvreur de droite. Et toujours pour Auda Isarn©, également en 2020, de réécrire - en partie - Beyrouth-sur-Loire, son premier roman, qui pour le coup devient le premier tome d'une trilogie. Ce qu'il était déjà sensé être il y a dix ans aux éditions Papier Libre©
            Or donc, « Ma douleur est sauvagerie » : 
Si depuis La Fille de la pluie Pierric Guittaut semble s'être mis au vert, ce que confirmera vraisemblablement L'heure du loup, le présent roman, certes rural, et certes noir, s'aventure néanmoins assez franchement du côté de la nature writing
Un genre littéraire venu principalement des États-Unis, qui confronte l'Homme à la rudesse des climats et à la faune encore sauvage du continent Nord-américain, bref à la Nature. 
Et qu'Oliver Gallmeister, des éditions du même nom, qualifie ainsi : « c'est une littérature virile et sensuelle, contestataire et engagée ». Une définition que respecte, au mot près, Pierric Guittaut, quand bien même nous plonge-t-il avec son personnage principal, dans une forêt française. 
Ce n'est donc peut-être pas le fruit du hasard si « Ma douleur est sauvagerie » évoque aussi bien L'Appel de la forêt de Jack London, que le Moby Dick de Melville, deux œuvres emblématiques du genre qui ont largement dépassé leur frontière. 
Si la nature est bien évidemment centrale ici, le romancier français n'oublie qu'il compose avant tout une histoire, et pas un guide touristique. 
Tout aussi bien écrit que les espaces naturels auxquels ils se confrontent sont décrits, ses personnages, parfois à peine esquissés, deviennent ainsi des individus dont la présence compte. 
Si Stéphane a droit à la part du lion, son parcours initiatique n’aurait pas la même intensité sans sa famille, ses amis, son entourage professionnel, ses rencontres, et quiconque intervient peu ou prou dans son parcours. En filigrane Pierric Guittaut dresse aussi le portrait-robot d'une société.
            Au final « Ma douleur est sauvagerie » est un roman âpre, cruel mais pas forcément là où on s'y attend, dont la maitrise et le style en font l’un des meilleurs romans de nature writing français. 
Un auteur (À suivre .......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er