mercredi 2 décembre 2009

Red Cap : Police militaire



Enthousiasmé, voilà le mot !
Le pilot de cette série originalement programmée par la BBC m'a enthousiasmé.

Sans rire.




... Le sergent Jo McDonaght intègre la Special Investigation Branch (S.I.B) la police militaire britannique chargée d'enquêter sur les crimes commis par les militaires britanniques ainsi qu'à leur encontre.
L'unité à laquelle est affectée McDonaght est cantonnée en Allemagne.



Ancienne de la "protection rapprochée" elle devra faire face à une équipe majoritairement composée de phallocrates. Comme si cela ne suffisait pas Jo trimballe un méchant poids sur sa conscience depuis son séjour à Alger. Ce qui dit en passant, ne ralentit en rien la vélocité des connexions de son cortex.

Femme de tête elle sait aussi s'investir physiquement dans une enquête : surnommée McDoughnut par dérision (un doughnut est une sorte de beignet) c'est elle plutôt elle qui les distribue les beignets (genre mamie Tartine) ; refaire une course d'orientation pour confronter le témoignage d'un suspect ne l'effraie pas, (c'est dire si elle est chouette) .

"La sueur épargne le sang".

Appelée par son supérieur Sergent Instinctif, ce dernier aurait mieux fait de lui donner du "Sergent Intuitif".
L'intuition, entendue ici comme la connaissance sans la preuve, n'est-elle pas l'apanage du beau sexe ?

Quoique des preuves, McDonaght va en amasser un pacson, ce qui ne va pas forcément plaire aux membres de son équipe d'autant que ses méthodes si elles ne sont pas toujours orthodoxes (euphémisme) sont foutrement efficaces.

Beau sexe disais-je, dans le cas de notre héroïne cette qualification n'est en rien usurpée ; si "Black is beautiful", blonde is fantabulosa (nan j'déconne Black is fantabulosa aussi).

Sur l'échelle A.P.P* miss McDonaght est notée sans exagération 10.10.10.


... Or donc, cette série, en plus d'avoir une enquêtrice de charme qui ne manque pas de chien, cultive un humour noir du meilleur goût, ne néglige pas l'aspect humain d'une enquête et les dommages qu'elle occasionne aux proches des victimes- souvent considérés comme des suspects, et concentre une belle brochette de personnages qui ne demandent qu'à s'exprimer, ce qu'il font avec brio et mauvaise foi dans ce pilot d'ailleurs.


Et pour finir, ce qui est somme toute plus rare que quatre pattes à un canard, cette histoire diligente une enquête qui tient bien la route (beaucoup mieux que le caporal Steven Ambrose).




Quelle est la première chose que l'on ressent en tuant quelqu'un ?



Résultat:
Le recul de l'arme
* A.P.P : Allure-Performance-Personnalité

Ce pilot bénéficie de l'accompagnement musical du plus bel effet de Gorillaz :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire