lundi 14 décembre 2009

Paradox



... Le docteur King est un météorologue d'un genre un peu particulier, il surveille la situation climatique de l'espace.
Grâce à un satellite (le Prometheus II) il observe les éruptions solaires, dont l'activité est particulièrement dense dans la nuit de ce 15 juin.

Incidemment, il reçoit sur son réseau entièrement autonome du reste du laboratoire et comme il se doit formidablement protégé, une série de huit photographies.
Ces photographies sont plutôt éloquentes, elles montrent à n'en pas douter le résultat d'une catastrophe mais surtout elles sont horodatées du 15 juin à 20 heures 33 c'est-à-dire, quelques heures dans le futur.

Le docteur King demande à rencontrer un officier de police.


... Paradox est une série télévisée de la BBC qui met en scène une équipe réduite d'officiers de police enquêtant sur des événements susceptibles de se produire.
Susceptibles, dans la mesure où il s'agit d'un jeu de huit photographies chargées sur l'ordinateur de l'astrophysicien Christian King sans aucune indication de provenance, des photographie qui ne livrent que partiellement leur "message". Une sorte de puzzle.
Cependant, il ne fait pas de doute qu'il s'agit de photos d'un événement pour le moins funeste.



Être "proactif" est probablement le souhait de pas mal de policiers, cependant devant une situation qui heurte le sens commun - des photos annonçant le futur - il n'est pas facile de faire la part des choses.
Rebecca Flint
y arrivera-t-elle ?

Agir en amont d'événements dont on sait d'avance qu'ils vont avoir lieu pour changer le cours des choses n'est certes pas un nouveau paradigme. Là où la série télévisée Paradox fait fort c'est qu'elle en "intimise" les tenants et les aboutissants, du moins dans un premier temps.
Nous ne sommes pas ici dans un plan à l'échelle mondiale mais au niveau local.

L'équipe détachée pour enquêter ne dispose pas de moyens supplémentaires. Elle devra même taire ce qu'elle fait (et ce qu'elle sait) à ses collègues du commissariat.
D'autant que par la force des choses, enquêter sur quelque chose qui n'a pas encore eu lieu - et dont les "preuves" de sa possible réalisation sont pour le moins incroyables - et réussir à l'empêcher rend suspect forcément, les démarches entreprises pour l'empêcher........ puisque cela n'a pas eu lieu.


Les questions que les membres de cette équipe formée au débotté de surcroit, se posent sont des questions aussi terre à terre que ce sur quoi ils vont enquêter. (Terre à terre mais non douées de pertinence).
Cependant cette banalité du quotidien ne remet pas en cause leur engagement ni les émotions suscités par leurs enquêtes. (Ainsi que les conséquences).

Enquêtes au pluriel car après la première série de photos, il en arrive une autre.


... Une mise en scène très dynamique, avec une belle utilisation du compte à rebours et un certain réalisme quant à la réussite ou non d'une enquête ne laisse pas indifférent.
Mieux, le premier épisode entraîne une assuétude certaine que le deuxième transforme aisément, du fait des implications qu'il engendre et des nouvelles questions qu'il amène, en addiction.
Une distribution de bon aloi complète avec brio cette production britannique de qualité.

Nombre d'arguments en faveur de cette série peuvent encore aisément être proposés, cependant ce serait au détriment de l'intrigue. Or donc je cesse dés à présent de vous faire l'article de cet artefact télévisuel et je vous engage, si le cœur vous en dit à la découvrir par vous-même.


Amen !




Pourquoi Dieu a-t-il créé les économistes ?

Réponse:
Pour que les météorologues paraissent bons

PS : Je viens de voir le troisième épisode est le crescendo est fort bien réussi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire