Accéder au contenu principal

Yor le chasseur

... Ce dont je vais parler en introduction dans ce billet n'est pas le fruit de mon imagination.

Il y a une époque pas si lointaine où l'on trouvait pour des sommes assez modiques des bandes dessinées au troquet du coin. Les plus petits villages de France & de Navarre proposaient une pléthore de titres dans un registre sacrément éclectique.
Aujourd'hui c'est une autre paire de manches, d'une part les prix ont perdu l'habitude d'être modestes n'est-ce pas Pompon (je ne parle même pas de ceux pratiqués en librairie) d'autre part , trouver une presse (ou un tabac presse) suffisamment approvisionnée devient une gageure - on a plus de chance de trouver une aiguille dans une botte de foin - sans parler de la diversité des genres proposée, qui a dû se faire la malle avec la belle Lurette depuis des lustres.

Ceci étant dit, foin de nostalgie et entrons dans le vif du sujet.

... J'ai remis la main dernièrement sur un exemplaire du numéro uno de Karacal, revue paru au début de l'année 1976.
Si j'entamais ce billet en parlant de l'éclectisme qui garnissait si bien les rayonnages, cette diversité se retrouvait aussi au sommaire des BD que nous pouvions lire.
Ce numéro par exemple, propose deux histoires de western, une troisième plus contemporaine se déroule à Daytona dans le milieu des courses automobiles et celle dont je vais parler, nous plonge carrément aux temps préhistoriques.

Yor le chasseur nous conte l'histoire du héros éponyme, un beau jeune homme blond, obnubilé par ses origines et qui tente en compagnie de la belle Ka-Laa et du vieux sage Pag d'en percer le secret.
Yor est à l'origine une bande dessinée argentine fruit de la collaboration de Ray Collins (pseudonyme d'Eugenio Zapietro) au scénario et de Juan Zanotto au dessin.

"Je ne copie pas, j'essaie juste de faire pareil, ce n'est pas pareil"
Harry Staute


... Si d'aventure vous lisez aujourd'hui Yor le chasseur il est fort probable que son histoire vous rappelle quelque chose : Car Yor est un extraterrestre égaré aux Temps des âges farouches à l'instar d'un autre personnage de bande dessinée bien plus connu :

Thorgal
est lui aussi un extraterrestre égaré sur notre belle planète mais au "temps des Vikings".

Ceci ne veut pas dire pour autant que Jean Van Hamme s'est inspiré de Yor, des extraterrestres évoluant à différentes époques sur la planète Terre sans savoir qu'ils viennent des étoiles on doit pouvoir en trouver d'autres.
D'autant que si l'idée de départ est similaire, le traitement ne l'est pas forcément un peu comme pour la série XIII et La mémoire dans la peau de Robert Ludlum.

En tout cas qu'un auteur utilise l'idée d'un autre n'est pas rédhibitoire en ce qui me concerne, et ne perdons pas de vue qu'il est aussi permis d'appliquer une telle grille de lecture à notre éphèbe des cavernes.

Commentaires

  1. ah ben tiens, je savais pas du tout que le film de Margheriti était une adaptation.

    sinon, oui, à une certaine époque désormais bien révolue, je fréquentais assidument les bureaux de tabacs... tu m'as rendu très nostalgique, là, tu sais ?

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Très sympa le lien vers l'épisode en entier ! :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…