Accéder au contenu principal

The Muscular Voice of Fulchibar

Ou petit précis quant à l'utilisation d'un artefact commun afin d'approcher le fulchibar, et où le fulchibar, tel le silence, devient un miroir.


Qu'est-ce que le fulchibar ?
Si personne ne me le demande, je le sais ;
mais si on me le demande et que je veux l'expliquer,
je ne le sais plus.


Ray Werber - Eutologue


Quel est donc cet artefact capable de nous aider à cingler à la surface de l'inconscient collectif électrique, de science-fictionner la réalité ?


Un banal paquet de cigarettes et plus précisément, un paquet de Camel©, véritable couteau suisse du psychonaute, sucre rapide de l'imagination.

Si la mythologie est une cristallisation de l'Histoire, alors cela nous laisse un joli panier où lancer notre ballon de balivernes.
Tom Robbins

... Primo, le paquet de cigarettes est au carrefour de la Nature et de la culture de masse c'est en quelque sorte le symbole de la transformation des fruits de la nature en produits manufacturés de grande consommation.

La quadruple racine

Secundo, si les trois Éléments sont largement partagés par toutes les créatures, le feu n'est l'apanage que de l'être humain et on ne peut être plus proche du feu qu'en fumant, ce qu'ont bien compris moult chamans de par le monde.
Ainsi certains n'hésitent pas à voir en chaque fumeur l'incarnation de Prométhée, celui qui vole le feu aux Dieux et le ramène chez les Hommes : "Si les poètes nous rappellent nos rêves, les hors-la-loi les réalisent" - Saul Gliçand.

Cependant si la consommation de tabac manufacturé n'est pas à encourager, il n'y a pas de fumée sans feu.
Car la fumée est l'incarnation par excellence de l'incertitude, du désordre et de la surprise, de l'illégalité et du mauvais goût.
Et des trucs qui font dans la nuit. La fumée, dont les spirales nous relient à la spirale de notre système solaire, à celle de notre hélice ADN et à toutes celles qui existent dans l'entre deux : coquille d'escargot, cœur de marguerite, cyclone, vortex (que l'on appelle trou de ver chez nos amis les indiens de l'espace) &cætera .....


Or donc, si la fumée sera notre compagne lorsque le chaos dansera de ses sabots pointus sur le linoléum de la piste aux étoiles cela sera de l'ordre de l'idée, notre relation avec le tabac restera bien évidemment platonique.
Car le platonique est à l'abstinence ce que le vodkanique est à la pratique. Fermer le ban !

Ceci étant dit, il est grand temps de mettre de la célérité dans le potage de nos divagations et de mettre au jour ce qui fait de ce paquet de cigarettes la diligence de notre voyage.

KADANKABARA !

... Né en 1913, d'une géométrie logique, parfaite et synthétique la forme du paquet ne parvient cependant pas à dissimuler le rébus à caractère ludique qui le décore.

Les Camel© arrivèrent sur le marché américain en 1914, funeste année s'il en fut (de canon).



C'est Old Joe, le vieux (sic) chameau du cirque Barnum & Bailey qui servit de modèle à celui dessiné sur le paquet - photographié par Roy C. Haberken, le secrétaire de Richard Joshua Reynolds - et pour faire bonne mesure, on (?) ajouta des pyramides et des palmiers derrière l'ongulé.

Ce paquet devint si populaire qu'en 1958 un tollé souleva les aficionados de la marque à l'annonce d'une modernisation "du chameau et des pyramides" et R.J. Reynolds Jr. le fils du fondateur de la R.J. Reynolds Tabacco Company, vendit en signe de protestation une partie de ses actions. Milles sabords, voilà un capitaine d'industrie qui savait sentir d'où venait le vent.

Si le paquet de Camel© traverse aussi aisément l'espace et le temps, l'espace comprit ici comme moyen d'empêcher toutes les choses de se trouver au même endroit et le temps entendu, non comme un but mais comme un moyen, c'est à ses arabesques qu'il le doit.


Arabesques que nous allons derechef détailler :

Deux pyramides : Cette construction la pyramide donc, à la fois tombeau - l'énergie d'icelle préserve les dépouilles mortelles c'est bien connu, astrolabe ou encore temple.
La pyramides qui grâce à sa forme peu créer ou amplifier une fréquence d'énergie que les scientifique appelle le bioplasme, les philosophe "l'énergie vitale" et les chinois le t'chi.
Une énergie capable d'intensifier les processus mentaux et d'accroître l'énergie sexuelle. Pas moins.

Le désert : Métaphore à la fois du lieu inhospitalier par excellence certes mais aussi territoire des illusions et des mirages. Mais ce désert-ci nous offre ... Des Palmiers : dont le fruit est essentiel à qui veut y survivre, des palmiers qui signalent une oasis, havre de paix et de réconfort, et de subsistance.

Et au premier plan, un chameau : appelé "vaisseau du désert", dont la bosse nous dit-on renferme une réserve d'eau mais surtout nous enseigne que si comme le chameau nous perfectionnons nos ressources intérieures, si nous possédons comme le clame la sagesse populaire "en notre for intérieur" l'énergie nécessaire, alors nous pouvons traverser n'importe quel désert et survivre dans un environnement hostile quel qu'il soit.
Le chameau c'est aussi Gimel en hébreu, et Gimel c'est le chemin qui mène de Tipheret à Kheter sur l'arbre kabbalistique des dix sephirot.

Toutefois ce vieux chameau a encore quelques secrets.


Observez attentivement l'épaule gauche de l'animal et laissez votre regard glisser le long de sa patte avant. On distingue ......... une silhouette féminine.



C'est Hathor, la déesse égyptienne de la fertilité, de l'ivresse et de la musique ♫, autrement dit sexe, drogue et rock 'n' roll une cibouère de protectrice quelque soit le périple que l'on puisse envisager, non !?

... Or donc vous comprenez maintenant comment ce simple paquet de cigarettes est devenu dans les mains d'un chaman grâce au fulchibar, un artefacts capable d'inséminer le réel - labile par essence - et d'ouvrir les portes d'un outrepart ignoré du commun des mortels.

Alors en voiture Simone ! C'est moi qui conduit, c'est toi qui klaxonne.

Commentaires

  1. "Observez attentivement l'épaule gauche de l'animal et laissez votre regard glisser le long de sa patte avant. On distingue ......... une silhouette féminine."

    C'est marrant mais depuis que je fume des Camels, j'y ai toujours vu, comme énormément de monde, un mec en train de pisser ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.