Accéder au contenu principal

Peeple of zee wurl, relax !

[..] Je reviendrai, avec des membres de fer, la peau sombre, l'œil furieux : sur mon masque, on me jugera d'une race forte. J'aurai de l'or : je serai oisif et brutal. Les femmes soignent ces féroces infirmes retour des pays chauds. Le fulchibar enhardit [..]

Arthur Rambo

Une saison en enfer II




... Êtes-vous intéressés par les implications post-newtoniennes et extra-biologiques de l'esprit humain ?

Que pensez-vous de l'intelligence, la vraie, celle qui reste toujours au service de la sérénité, de la beauté, de la nouveauté et du ravissement ?

Êtes-vous toujours dur comme un œuf au réveil et solide comme un os en plastique le reste de la sainte journée ?

Que savez-vous de la dépression ?

Êtes-vous un consommateur de plantes narines ?

Aimez-vous la confiture de nouilles ?

Un amalgame verbo-gesticulaire peut-il à votre avis, palier un manque de mots syntactiques ?

Aimez-vous respirer l'enivrante ambroisie des périlleuses ambiguïtés de la vie ?

Qu'évoque pour vous l'expression "cul sec" ?

Que savez-vous des coquecigrues ?

Aimeriez-vous faire partie la société secrète le J.A.C.O.B. - Club ?

Lisez-vous les quatrième$ de couverture ?

Roman jubilatoire et récit d'aventures, Féroces Infirmes conte les tribulations de Switters, un type un peu particulier (voire sévèrement cintré). Agent, très spécial, de la C.I.A, philosophe, admirateur de sa grand-mère, amoureux de sa demi-sœur qui aurait troublé Humbert Humbert himself et Jason Wyngarde réunis, il promène sa libido débraillée tel un pivert halluciné et son fauteuil roulant d'Amazonie au Vatican en passant par un couvent syrien.

Et tout cela pour le plaisir de son aïeule Maestra, spécialiste du piratage informatique, désireuse de rendre son perroquet Sailor Boy, à sa forêt d'origine.
Fermement convaincu que "l'humour et la joie de vivre sont les armes les plus subversives du mondes", Tom Robbins qui a pour héros Woody Woodpecker remet au goût du jour dans cette odyssée picaresque et tumultueuse le sens de l'émerveillement et l'allégresse qui font les grands romans.

Que pensez-vous de cette affirmation : "Le frifri c'est comme les bottes toujours une taille en dessous sinon ça glisse" ?

Pensez-vous que le langage puisse non pas décrire la réalité mais la créer ?

... Si vous avez répondu 42, Féroces infirmes retour des pays chauds le roman de Tom Robbins est gzactement pour vous. Sinon Napoléon mon cul !


Traduit par Jean-Luc Piningre et édité en 10-18 à l'aube du 21e siècle il est déjà devenu pratiquement introuvable.



Pour ma part c'est le troisième livre de Robbins que je commence et c'est toujours aussi drôle, érudit, et vodkanique.
Les finir est immanquablement un crève-cœur.

Commentaires

  1. La confiture de nouilles, D'ac.

    Mais le sirop de ravioli, c'est mieux.

    Google est votre ami. La recette circule sur le net.

    au pire, je la remettrai dans la War Zone.

    Mais tremblez, mortels. Le sirop de ravioli est déjà une réalité.





    (putain, je l'aurai bien posté là, mais ce &@*/ de fonction commentaires refuse le copier/coller)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. et là, ça remarche, allez savoir pourquoi.



    Je vais donc vous exposer aujourd'hui la recette du sirop de ravioli. Prenez une boîte de 800 grammes de raviolis en conserve. Pas des raviolis frais en barquette. D'abord parce que ma recette est conçue pour cette quantité précise de 800 grammes, et que les barquettes en font entre 250 et 300, en général. Et pour le goût, c'est pas pareil non plus. Il faut donc une de ces boîtes avec une marque se terminant par "i".

    Ouvrez la boîte sans vous blesser (très important. Je ne veux pas être tenu pour responsables de vos maladresses) et faites réchauffer à feu moyen. Quand la sauce tomate frémit, mixez doucement (avec un de ces mixeurs à main qui servent à faire la soupe) et en ajoutant 800 grammes de sucre en poudre. Baissez à feu doux et continuez à mixer, en ajoutant graduellement un demi-litre d'eau. Laissez mijoter une vingtaine de minutes en touillant régulièrement. Filtrez au chinois pour récupérer le jus. Laissez mijoter le jus (le dépôt peut être utilisé pour la célèbre recette du sorbet au ravioli) en ajoutant encore 200 ml d'eau. Ajoutez en remuant doucement encore 500 grammes de sucre. Laissez mijoter à feu doux encore une vingtaine de minutes. Puis mettez en bouteille. Vous devez avoir entre 750 ml et 1 l de sirop. Servez frais, avec un volume de sirop pour cinq d'eau. Vous pouvez aussi l'utiliser pour des cocktails dont l'originalité ravira vos amis bobos.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai dans ma bibli depuis un bail. Je vais l'entamer...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un