samedi 26 décembre 2009

Qetesh

... Les scientifiques du programme SETI et de l'agence Stargate ont remarqué que les habitants de la planète répertoriée P8X-412 vénèrent une déesse qui appartient également au panthéon de notre planète, et plus précisément à la mythologie égyptienne : Qetesh.



Qetesh aussi connue sous le nom de Qadesh, est une déesse que certains pensent "importée" de Syrie et dont le culte fut adopté par les Egyptiens. Elle est représenté nue de face (ce qui accrédite que c'est une déesse d'origine étrangère pour les tenants de cette hypotése), coiffée d'un disque solaire et "montée" sur un lion.
D'autres avancent qu'il s'agit d'une incarnation de la déesse de la beauté et de l'amour Hathor, la déesse par excellence.

Pour ma part, je suis partisan que les dieux et les déesses sont les maîtres du travestissement et du voyage. Ainsi, au fil du temps et des lieux, émigrant par exemple dans les bagages de la conscience collective des colons et autres voyageurs en utilisant leur don d'ubiquité - parfois à des époques immémoriales - ils se sont implantés sur différents continents et ont développé quelquefois en même temps, des cultes aux caractéristiques communes mais cependant différents.

La preuve par l'exemple :

... María Lionza la déesse du Venezuela est représentée par une femme nue chevauchant un tapir, ce qui n'est pas sans rappeler Qetesh.
Elle est la femme originelle, protectrice de la nature et des animaux et son culte n'est pas sans évoquer des racines africaines : la Santeria et le Vaudou ne sont jamais bien loin.

En plein Caracas, on peut d'ailleurs admirer une statue de la déesse.



... Or donc, les scientifiques du SETI et de Stargate disais-je ont déterminé que Qetesh / Hathor fait l'objet d'une vénération équivalente au culte d'hyperdulie. La passion dont elle est l'objet atteint son zénith à ce qui correspond au 26 décembre du calendrier grégorien.

Fulchibaristique n'est-il pas !?

Ainsi puisque Hathor occupe une place particulière dans mon panthéon personnel .......













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire