Accéder au contenu principal

Qetesh

... Les scientifiques du programme SETI et de l'agence Stargate ont remarqué que les habitants de la planète répertoriée P8X-412 vénèrent une déesse qui appartient également au panthéon de notre planète, et plus précisément à la mythologie égyptienne : Qetesh.



Qetesh aussi connue sous le nom de Qadesh, est une déesse que certains pensent "importée" de Syrie et dont le culte fut adopté par les Egyptiens. Elle est représenté nue de face (ce qui accrédite que c'est une déesse d'origine étrangère pour les tenants de cette hypotése), coiffée d'un disque solaire et "montée" sur un lion.
D'autres avancent qu'il s'agit d'une incarnation de la déesse de la beauté et de l'amour Hathor, la déesse par excellence.

Pour ma part, je suis partisan que les dieux et les déesses sont les maîtres du travestissement et du voyage. Ainsi, au fil du temps et des lieux, émigrant par exemple dans les bagages de la conscience collective des colons et autres voyageurs en utilisant leur don d'ubiquité - parfois à des époques immémoriales - ils se sont implantés sur différents continents et ont développé quelquefois en même temps, des cultes aux caractéristiques communes mais cependant différents.

La preuve par l'exemple :

... María Lionza la déesse du Venezuela est représentée par une femme nue chevauchant un tapir, ce qui n'est pas sans rappeler Qetesh.
Elle est la femme originelle, protectrice de la nature et des animaux et son culte n'est pas sans évoquer des racines africaines : la Santeria et le Vaudou ne sont jamais bien loin.

En plein Caracas, on peut d'ailleurs admirer une statue de la déesse.



... Or donc, les scientifiques du SETI et de Stargate disais-je ont déterminé que Qetesh / Hathor fait l'objet d'une vénération équivalente au culte d'hyperdulie. La passion dont elle est l'objet atteint son zénith à ce qui correspond au 26 décembre du calendrier grégorien.

Fulchibaristique n'est-il pas !?

Ainsi puisque Hathor occupe une place particulière dans mon panthéon personnel .......













Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un