Accéder au contenu principal

Tarzan - Détective de la jungle (02)

... Toog bondit dans les branches les plus basses de l'arbre. Le jeune Gazan cessa de proférer ses injures. Sa forfanterie se changea en appréhension pour faire rapidement place à la peur lorsqu'il vit Toog continuer son ascension vers lui.

... Teeka cria à Gazan de monter plus haut et le petit bonhomme se réfugia dans les branches tendres qu'il savait incapable de supporter le poids du grand singe. Pourtant, Toog continua de grimper.

... Teeka n'avait pas très peur. Elle pensait que le mâle grimperait aussi haut qu'il le pourrait vers Gazan et que, voyant qu'il ne pouvait atteindre le petit, il commencerait à la poursuivre ce qui donnerait rien non plus. Elle était si certaine que Gazan était hors d'atteinte et qu'elle-même ne craignait rien, qu'elle ne prit pas la peine de pousser l'appel qui aurait pu lui apporter le secours des autres membres de sa tribu.




... Toog atteignit la limite après laquelle il ne pouvait plus risquer son poids élevé sur les branches fragiles. Gazan se trouvait encore à quinze pieds au-dessus de lui. Le grand singe se redressa, saisit la branche principale dans ses mains puissantes et commença de la secouer vigoureusement.

... Teeka était affolée. Gazan grimpa tout en haut d'une branche flexible. Au premier mouvement, il perdit l'équilibre mais ne tomba pas car il réussi à se retenir avec ses quatre pattes ; mais Toog redoubla ses efforts.

... Teeka compris bien ce qui devait arriver. Oubliant le danger qu'elle-même courait, elle se précipita pour grimper dans l'arbre et combattre l'odieuse créature qui menaçait la vie de son petit.



... Avant qu'elle ait pu atteindre le tronc, Toog avait réussi, en secouant violemment la branche, à faire lâcher prise à Gazan. Avec un grand cri, le petit traversa le feuillage, essayant de se retenir au passage, et tomba comme une masse aux pieds de sa mère, et y resta sans bouger ni crier.

... Teeka se baissa en gémissant pour prendre le corps inanimé dans ses bras ; mais au même instant Toog arrivait sur elle.

... Mordant et se débattant, elle lutta pour se libérer ; mais les muscles gigantesques de cet énorme singe étaient trop puissants pour elle. Toog la frappa pour l'assommer jusqu'à ce que, à demi inconsciente, Teeka s'évanouît. Le singe la jeta alors sur son épaule et reprit la piste vers le sud, d'où il était venu.

... Sur le sol gisait le petit Gazan. Il ne pleurait pas. Il ne bougeait pas.

... Le soleil atteignit lentement le zénith. Une créature immonde, levant le museau pour humer la brise de la jungle, rampait dans les taillis. C'était Dango, la hyène. Puis son museau repoussant perça le feuillage et ses yeux cruels se posèrent sur Gazan.



*-*

... De bonne heure ce matin-là, Tarzan des Singes s'était rendu à la cabane de la plage, où il passait de nombreuses heures quand la tribu chassait dans le voisinage. A terre s'étalait le squelette d'un homme, celui de feu Lord Greystoke, resté où il était tombé quelques vingt années plus tôt lorsque Kerchak, le grand singe, l'avait jeté là, sans vie.

... Depuis longtemps déjà les termites et les petits rongeurs avaient nettoyés les os de l'Anglais. Pendant des années Tarzan les avait vus là et il n'y faisait pas plus attention qu'aux milliers d'os qui jonchaient la jungle. Sur le lit, un autre squelette, plus petit, reposait, et le jeune homme n'y accordait pas plus d'importance qu'à l'autre. Comment aurait-il pu savoir que l'un avait été son père et l'autre sa mère ?

... Pour Tarzan ce n'était que des os, de simples os. Il ne voyait pas l'utilité du lit et il pouvait facilement enjamber le squelette par terre.

... Ce jour-là Tarzan était nerveux. Il feuilleta d'abord un livre, puis un autre. Il en regarda les images qu'il connaissait par cœur et les repoussa finalement. Il fouilla pour la millième fois dans le placard pour en retirer un sac qui contenait plusieurs pièces rondes en métal. Il avait joué avec celles-ci maintes fois durant toutes ces années, mais il les rangeait toujours aussi soigneusement dans le sac qu'il remettait ensuite dans le placard, sur le rayon même où il l'avait trouvé la première fois.

... Ces piécettes l'avaient toujours beaucoup intéressé. Elles portaient sur leur deux faces des images dont il ne comprenait pas la signification. Elles étaient brillantes et jolies. Il s'amusait à les disposer de différentes façons sur la table. Il avait joué ainsi des centaines de fois. Ce jour-là, en s'amusant de nouveau, il fit tomber une pièce jaune - un souverain anglais - qui alla rouler sous le lit où reposaient les restes de celle qui avait été la belle Lady Alice.

... Tarzan se jeta à quatre pattes pour chercher la pièce d'or. C'était la première fois qu'il regardait sous le lit. Il trouva la pièce et quelque chose d'autre aussi : une petite boîte dont le couvercle était ouvert.


À suivre .....


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…