Accéder au contenu principal

Delhi [Vandana Singh / Stéphan Lambadaris]

« Delhi » est la deuxième nouvelle de Vandana Singh que je lis. Et compte tenu de la déception qu'avait été Infini (dans la traduction de Gilles Goulet pour la revue Angle Mort©), il n'aurait pas dû y avoir de seconde fois.
Mais curieusement, en feuilletant le troisième numéro de Fiction (printemps 2006), et vu ma propension à ne pas forcément lire toutes les nouvelles d'un coup, je me suis plonger dans « Delhi » sans même y penser. Par curiosité. Parce que je ne l'avais pas lue.

Curieux donc, puis rapidement intéressé par Aseem et ce qui lui arrive tout au long de cette petite dix-huitaine de pages.
Bien que je ne puisse finalement pas dire de quoi parle exactement cette histoire.
Sauf qu'Aseem présente toutes les caractéristiques d'un psychogéographe1 (qui s'ignore).

            Une nouvelle qui captive donc, grâce à son atmosphère, nourri par un semblant d'intrigue que Vandana Singh évite d'expliquer. Ou que mon idiosyncrasie ne m'a pas permis de comprendre.
Mais surtout une belle occasion de découvrir cette autrice (disons plus abordable qu'avec Infini), et un texte qui ressort à la « science-fiction de l'urbanisme » (voir la note de bas de page).

            Pour être complet j'ajoute que « Delhi » a donc paru dans le troisième numéro de Fiction (édité par les Moutons Électriques®), et se trouve également au sommaire d'Infintés, le recueil que Lunes d'Encre™ a consacré à Vandana Singh (dans une traduction de Jean-Daniel Brèque).

L'illustration qui ouvre cette critique est l’œuvre de Christopher Park. 
______________
1 Le psychogéographe s’intéresse (ou est victime) de la cartographie culturelle et évènementiel d'un lieu donné.
Ainsi, dans le cas de la « psycho-géographie », s’ajoute à l'aspect naturel mais surtout urbain, des strates culturelles et des sédiments d'événements qui se sont succédé en un endroit donné. Au fil du temps.
Si le relief du terrain influence le pas du cartographe, les évènements passés et ceux qui les ont vécus, ainsi que les symboles qui peuplent un endroit influence le psychogéographe. Et parfois des éventements futurs.
Les lieux où nous vivons, que l'on visite sont de véritables champs de signifiés et de symboles. Même quand ils nous échappent.

La psychogéographie est, en quelque sorte, la science-fiction de l’urbanisme. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er