Accéder au contenu principal

Delhi [Vandana Singh / Stéphan Lambadaris]

« Delhi » est la deuxième nouvelle de Vandana Singh que je lis. Et compte tenu de la déception qu'avait été Infini (dans la traduction de Gilles Goulet pour la revue Angle Mort©), il n'aurait pas dû y avoir de seconde fois.
Mais curieusement, en feuilletant le troisième numéro de Fiction (printemps 2006), et vu ma propension à ne pas forcément lire toutes les nouvelles d'un coup, je me suis plonger dans « Delhi » sans même y penser. Par curiosité. Parce que je ne l'avais pas lue.

Curieux donc, puis rapidement intéressé par Aseem et ce qui lui arrive tout au long de cette petite dix-huitaine de pages.
Bien que je ne puisse finalement pas dire de quoi parle exactement cette histoire.
Sauf qu'Aseem présente toutes les caractéristiques d'un psychogéographe1 (qui s'ignore).

            Une nouvelle qui captive donc, grâce à son atmosphère, nourri par un semblant d'intrigue que Vandana Singh évite d'expliquer. Ou que mon idiosyncrasie ne m'a pas permis de comprendre.
Mais surtout une belle occasion de découvrir cette autrice (disons plus abordable qu'avec Infini), et un texte qui ressort à la « science-fiction de l'urbanisme » (voir la note de bas de page).

            Pour être complet j'ajoute que « Delhi » a donc paru dans le troisième numéro de Fiction (édité par les Moutons Électriques®), et se trouve également au sommaire d'Infintés, le recueil que Lunes d'Encre™ a consacré à Vandana Singh (dans une traduction de Jean-Daniel Brèque).

L'illustration qui ouvre cette critique est l’œuvre de Christopher Park. 
______________
1 Le psychogéographe s’intéresse (ou est victime) de la cartographie culturelle et évènementiel d'un lieu donné.
Ainsi, dans le cas de la « psycho-géographie », s’ajoute à l'aspect naturel mais surtout urbain, des strates culturelles et des sédiments d'événements qui se sont succédé en un endroit donné. Au fil du temps.
Si le relief du terrain influence le pas du cartographe, les évènements passés et ceux qui les ont vécus, ainsi que les symboles qui peuplent un endroit influence le psychogéographe. Et parfois des éventements futurs.
Les lieux où nous vivons, que l'on visite sont de véritables champs de signifiés et de symboles. Même quand ils nous échappent.

La psychogéographie est, en quelque sorte, la science-fiction de l’urbanisme. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®