Accéder au contenu principal

Caliban [Garth Ennis / Facundo Percio]

« Caliban » est un recueil des sept numéros mensuels d'une mini-série homonyme, originellement commercialisés aux États-Unis par les éditions Avatar Press©, traduits en français et publié par les éditions Komics Initiative©
L'ami Laurent Lefeuvre, l'heureux papa du super-héros breton Fox Boy, a réalisé, pour l'occasion, une couverture dite « alternative », limitée à 150 exemplaires. 

            Pour le coup, j'aimerais commencer ce que j'ai à dire de « Caliban » en commençant par la fin dudit recueil.
Où l'on trouve, en plus de deux interviews, respectivement du scénariste et du dessinateur,  les croquis préparatoires du dessinateur en question, Facundo Percio.

Des croquis qui me font regretter qu'Avatar Press© n'ait pas confié au seul Facundo Percio la réalisation artistique de la mini-série. En effet aux U.S.A. il est très rare de ne pas trouver un encreur et un coloriste en plus du dessinateur. La répartition des tâche, au sein de l'industrie de la BD, y est très segmentée.
Et dans le cas d'espèce, l'encrage de Sebastian Cabrol et les couleurs de Hernan Cabrera affaiblissent le travail de Percio. Qui n'en demandais pas tant.  
Bref, j'aurais bien voulu voir à l’œuvre une équipe artistique plus expérimentée, et surtout plus soucieuse des détails. Le storytelling accuse aussi le coup, en ne livrant que le minimum syndical.
Circonstance à la fois aggravante et atténuante, Garth Ennis, le scénariste irlandais, et l'argentin Facundo Percio ne disposait pas d'une vraie langue commune. Ceci expliquant en partie cela.

            Dans l'entretien qu'il a accordé pour cette édition, Garth Ennis revient sur la genèse de son projet. 
Et force m'est de constater que la lecture du space opera « Caliban », a plus à voir avec une discussion autour du projet, à laquelle j'aurais été invité ; qu'une vraie concrétisation artistique.
Comme le Commis des Comics™,  qui signe une très sympathique préface, « Caliban » ne sera pas mon histoire favorite made in Ennis.

Si l'inspiration cinématographique bridait de fait les possibilités de développement de l'histoire, Garth Ennis pèche aussi sur la caractérisation de ses personnages.
Du moins pour ceux qui ne sont pas que de la simple « chair à canon ».    

            En définitif, « Caliban » s'adresse surtout aux amateurs passionnés des travaux d'Ennis. Comme le sont visiblement Mickaël Geraume (le big boss de Komics Initiative©) et Alain Delaplace le traducteur du recueil en question.
Reste une image de « fin » assez inoubliable, qui rachète presque entièrement ce qui la précède.  

Commentaires

  1. 100% du même avis : je l'ai lu en tant qu'amateur passionné des travaux d'Ennis, un peu déçu par l'équipe artistique pas assez expérimentée, ou alors pas assez rémunérée pour y passer plus de temps, et par le scénario qui s'en tient au schéma classique des membres de l'équipage se faisant exterminer à tour de rôle par le monstre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er