Accéder au contenu principal

Caliban [Garth Ennis / Facundo Percio]

« Caliban » est un recueil des sept numéros mensuels d'une mini-série homonyme, originellement commercialisés aux États-Unis par les éditions Avatar Press©, traduits en français et publié par les éditions Komics Initiative©
L'ami Laurent Lefeuvre, l'heureux papa du super-héros breton Fox Boy, a réalisé, pour l'occasion, une couverture dite « alternative », limitée à 150 exemplaires. 

            Pour le coup, j'aimerais commencer ce que j'ai à dire de « Caliban » en commençant par la fin dudit recueil.
Où l'on trouve, en plus de deux interviews, respectivement du scénariste et du dessinateur,  les croquis préparatoires du dessinateur en question, Facundo Percio.

Des croquis qui me font regretter qu'Avatar Press© n'ait pas confié au seul Facundo Percio la réalisation artistique de la mini-série. En effet aux U.S.A. il est très rare de ne pas trouver un encreur et un coloriste en plus du dessinateur. La répartition des tâche, au sein de l'industrie de la BD, y est très segmentée.
Et dans le cas d'espèce, l'encrage de Sebastian Cabrol et les couleurs de Hernan Cabrera affaiblissent le travail de Percio. Qui n'en demandais pas tant.  
Bref, j'aurais bien voulu voir à l’œuvre une équipe artistique plus expérimentée, et surtout plus soucieuse des détails. Le storytelling accuse aussi le coup, en ne livrant que le minimum syndical.
Circonstance à la fois aggravante et atténuante, Garth Ennis, le scénariste irlandais, et l'argentin Facundo Percio ne disposait pas d'une vraie langue commune. Ceci expliquant en partie cela.

            Dans l'entretien qu'il a accordé pour cette édition, Garth Ennis revient sur la genèse de son projet. 
Et force m'est de constater que la lecture du space opera « Caliban », a plus à voir avec une discussion autour du projet, à laquelle j'aurais été invité ; qu'une vraie concrétisation artistique.
Comme le Commis des Comics™,  qui signe une très sympathique préface, « Caliban » ne sera pas mon histoire favorite made in Ennis.

Si l'inspiration cinématographique bridait de fait les possibilités de développement de l'histoire, Garth Ennis pèche aussi sur la caractérisation de ses personnages.
Du moins pour ceux qui ne sont pas que de la simple « chair à canon ».    

            En définitif, « Caliban » s'adresse surtout aux amateurs passionnés des travaux d'Ennis. Comme le sont visiblement Mickaël Geraume (le big boss de Komics Initiative©) et Alain Delaplace le traducteur du recueil en question.
Reste une image de « fin » assez inoubliable, qui rachète presque entièrement ce qui la précède.  

Commentaires

  1. 100% du même avis : je l'ai lu en tant qu'amateur passionné des travaux d'Ennis, un peu déçu par l'équipe artistique pas assez expérimentée, ou alors pas assez rémunérée pour y passer plus de temps, et par le scénario qui s'en tient au schéma classique des membres de l'équipage se faisant exterminer à tour de rôle par le monstre.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®