Accéder au contenu principal

Running with the Devil [Nicolas Cage / Laurence Fishburne]

« Un cartel de drogue rencontre un problème : ses « clients » décèdent. Mauvais pour les affaires.
Le big boss ordonne donc à son chimiste de tracer un chargement ; de la Colombie jusqu'aux U.S.A., en passant par le Mexique et le Canada, pour identifier celui qui s'en met plein les poches à ses dépends. »
« Running with the Devil » partage son affiche entre Nicolas « je voudrais être le Klaus Kinski californien » Cage, et Laurence « Morpheus » Fishburne.
Si ce dernier ne tourne visiblement pas autant que son compère, sa filmographie force le respect. Et dans ce film, Fishburne montre qu'il est avant tout un acteur, et qu'il n'a pas peur de se mettre en danger.
Le cas de Nicolas Cage est sensiblement différent.
Si on met de côté ses déboires personnels, on ne peut pas nier le « Nicholas Cage effect© ». Autrement dit, quel que soit son rôle, Nicolas Cage fait du Nicolas Cage. Et il tombe assez souvent juste.
Comme ici. 
« Je suis pas content seulement quand j’suis mécontent ! » 
             « Running with the Devil » à la linéarité d'une dramatis personæ, laquelle ne manque d'ailleurs pas d'ouvrir le bal de ce long-métrage foutraque mais bien sympathique. Et pour encore plus de clarté, le parcours que suit la cargaison de drogue est imagé sur une carte. « Running with the Devil » c'est le trafic de drogue vu par un expert-comptable. Un choix formel qui n'a rien de fortuit, puisque le trafic en question est caractérisé par ceux qui luttent contre, comme un véritable tonneau des Danaïdes.
Placé sous le coup d'un « effet papillon », « Running with the Devil » évite l'ennui que sa forme pouvait laisser craindre grâce à des personnages pour le moins curieux, et des situations qui demandent certes de mettre entre parenthèse son incrédulité, mais qui font souvent mouche.
La distribution joue visiblement la même partition sous les ordres Jason Cabell, et l'ensemble, peut-être un peu insipide sur le papier, transcende ses petits défauts et livre un très bon divertissement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®