Accéder au contenu principal

Running with the Devil [Nicolas Cage / Laurence Fishburne]

« Un cartel de drogue rencontre un problème : ses « clients » décèdent. Mauvais pour les affaires.
Le big boss ordonne donc à son chimiste de tracer un chargement ; de la Colombie jusqu'aux U.S.A., en passant par le Mexique et le Canada, pour identifier celui qui s'en met plein les poches à ses dépends. »
« Running with the Devil » partage son affiche entre Nicolas « je voudrais être le Klaus Kinski californien » Cage, et Laurence « Morpheus » Fishburne.
Si ce dernier ne tourne visiblement pas autant que son compère, sa filmographie force le respect. Et dans ce film, Fishburne montre qu'il est avant tout un acteur, et qu'il n'a pas peur de se mettre en danger.
Le cas de Nicolas Cage est sensiblement différent.
Si on met de côté ses déboires personnels, on ne peut pas nier le « Nicholas Cage effect© ». Autrement dit, quel que soit son rôle, Nicolas Cage fait du Nicolas Cage. Et il tombe assez souvent juste.
Comme ici. 
« Je suis pas content seulement quand j’suis mécontent ! » 
             « Running with the Devil » à la linéarité d'une dramatis personæ, laquelle ne manque d'ailleurs pas d'ouvrir le bal de ce long-métrage foutraque mais bien sympathique. Et pour encore plus de clarté, le parcours que suit la cargaison de drogue est imagé sur une carte. « Running with the Devil » c'est le trafic de drogue vu par un expert-comptable. Un choix formel qui n'a rien de fortuit, puisque le trafic en question est caractérisé par ceux qui luttent contre, comme un véritable tonneau des Danaïdes.
Placé sous le coup d'un « effet papillon », « Running with the Devil » évite l'ennui que sa forme pouvait laisser craindre grâce à des personnages pour le moins curieux, et des situations qui demandent certes de mettre entre parenthèse son incrédulité, mais qui font souvent mouche.
La distribution joue visiblement la même partition sous les ordres Jason Cabell, et l'ensemble, peut-être un peu insipide sur le papier, transcende ses petits défauts et livre un très bon divertissement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er