Accéder au contenu principal

DEVS [Alex Garland / Sonoya Mizuno]

Mini-série télévisée de 8 épisodes, écrite et réalisée entièrement par Alex Garland (même si le réalisateur des deux derniers n'est pas encore connu) DEVS débute plutôt bien.
            [TW : hard-science] Si Alex Garland mobilise dans ce premier épisode notre appétence pour le thriller, DEVS contient de bons gros morceaux de Sf. Non pas sur une simple pétition de principe, mais sur ce que Darko Suvin appelait un « novum » ou l'occasion d'une rupture épistémologique de la pensée. 
Celle d'une irruption de « sense of wonder », quasi suffocante (aux alentours de 18'40'').
Il faut dire que le terrain était bien préparé.

Jeté in medias res, envouté par la musique et une certaine langueur (et non pas longueur), le téléspectateur prend littéralement la place d'un des personnages avide de découvrir ce qu'est DEVS.

Contre toutes les apparences cet épisode n'expliquera rien, mais creusera le mystère autour de ce centre de recherches secret qui semble au cœur de l'intrigue. Astucieusement Alex Garland créera un mystère plus terre-à-terre, et surtout plus apte a retenir l'attention que les envolées scientifiques de Forest, le boss de la société Amaya©    
            Un premier épisode qui m'a entièrement conquis.
L'écart par rapport au monde réel que doit procurer la Sf est bien là. Les personnages sont tout ce qu'il y a d'incarnés, Alex Garland a recours à des astuces qui exposent de manière fluide les uns et les autres. Sans didactisme. Par exemple lorsque Lily (Sonoya Mizuno) calcule la suite de Fibonacci, ou lorsqu'elle rencontre une ex-connaissance.
Le passage le plus didactique est justement transcendé par l'interprétation de Nick Offerman et celle de Karl Glusman.
Reste une bande-son qui joue un rôle non négligeable dans la réussite de cette mise en bouche.


(À suivre ....)

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®