Accéder au contenu principal

Les Âmes perdues [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

Inclination personnelle ou pas, Clive Barker prélèvera sur le cadavre tout juste réanimé de l’Horreur, à l’échelle cosmique s’entend, la figure du « détective de l’occulte ». Personnage atavique d’un genre, que le cinéma et la télévision des années 1970 se chargeront de ré-inoculer aux masses grouillantes (Rosemary's Baby, The Exorcist, Ghost Story, etc., ou à la télévision la série Kolchak).
À l'insu desdites masses, entre autres sigmundfreuderies.

Preuve d’un imaginaire collectif à l’unisson ; un peu avant que Barker ne publie sa novella intitulée Hellraiser, le scénariste Alan Moore, qui de son côté travaille sur la bande dessinée Swamp Thing pour le compte de l’éditeur DC Comics, invente son propre détective de l’étrange en la personne du désormais célèbre John Constantine .....

Mais revenons à l’objet du jour.

            « Les Âmes perdues », nouvelle traduite par Jean-Daniel Brèque (un homme qui n'a jamais caché son goût pour le genre) à l'occasion du cinquième numéro de la revue TÉNÈBRES. Où justement Clive Barker met en scène son propre détective de l’occulte ; Harry D’Amour
Lequel pour la petite histoire, a pris les traits - au cinéma - de Scott Bakula, dans l’adaptation par Barker d’une autre de ses propres nouvelles (Le Maître des illusions). 

            « Les Âmes perdues » disais-je, qui n’a pas depuis été rééditée en France, et qui pourrait paraître anecdotique, offre à mon avis un concentré résumé des motifs, et surtout des limites que se donne le natif de Liverpool en matière d’Épouvante. 
Pour le dire vite, Harry D’Amour s’y montre inversement aussi humain que l’inhumanité qu’il affronte. Une cruauté qui si elle n’est pas l’apanage des seuls démons, est réservée aux estomacs bien accrochés (une spécialité Cénobite, cela dit en toute innocence). 
Car, sous la plume acérée de Clive Barker, notre plan de réalité n’a rien à envier aux cercles les plus impies de l’Enfer. 

            Véloce, choquante, « Les Âmes perdues » est un pur produit de celle de Clive Barker, véritable couteau suisse™ de l’imaginaire moderne. On ne compte en effet plus les domaines où il a excellé. 

Toutefois, on ne va pas se mentir (croix de bois, croix de fer ; si je mens je vais en enfer), l’imagicien britannique est aussi capable d’évoquer dans ses œuvres le meilleur de l’humanité. 

Mais manifestement, « Les Âmes perdues » ne fait pas partie de celles-ci. 

            Si vous aimez Clive Barker, vous ne pouvez pas ne pas lire « Les Âmes perdues ». 
            Si vous ne le connaissez pas, c’est un bon point d’entrée, d’autant que ce numéro de TÉNÈBRES lui consacre un dossier spécial. 

Plus modestement je la joins à ma liste de lecture du défi lecture de Yogo le Maki.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er