Accéder au contenu principal

Les Âmes perdues [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

Inclination personnelle ou pas, Clive Barker prélèvera sur le cadavre tout juste réanimé de l’Horreur, à l’échelle cosmique s’entend, la figure du « détective de l’occulte ». Personnage atavique d’un genre, que le cinéma et la télévision des années 1970 se chargeront de ré-inoculer aux masses grouillantes (Rosemary's Baby, The Exorcist, Ghost Story, etc., ou à la télévision la série Kolchak).
À l'insu desdites masses, entre autres sigmundfreuderies.

Preuve d’un imaginaire collectif à l’unisson ; un peu avant que Barker ne publie sa novella intitulée Hellraiser, le scénariste Alan Moore, qui de son côté travaille sur la bande dessinée Swamp Thing pour le compte de l’éditeur DC Comics, invente son propre détective de l’étrange en la personne du désormais célèbre John Constantine .....

Mais revenons à l’objet du jour.

            « Les Âmes perdues », nouvelle traduite par Jean-Daniel Brèque (un homme qui n'a jamais caché son goût pour le genre) à l'occasion du cinquième numéro de la revue TÉNÈBRES. Où justement Clive Barker met en scène son propre détective de l’occulte ; Harry D’Amour
Lequel pour la petite histoire, a pris les traits - au cinéma - de Scott Bakula, dans l’adaptation par Barker d’une autre de ses propres nouvelles (Le Maître des illusions). 

            « Les Âmes perdues » disais-je, qui n’a pas depuis été rééditée en France, et qui pourrait paraître anecdotique, offre à mon avis un concentré résumé des motifs, et surtout des limites que se donne le natif de Liverpool en matière d’Épouvante. 
Pour le dire vite, Harry D’Amour s’y montre inversement aussi humain que l’inhumanité qu’il affronte. Une cruauté qui si elle n’est pas l’apanage des seuls démons, est réservée aux estomacs bien accrochés (une spécialité Cénobite, cela dit en toute innocence). 
Car, sous la plume acérée de Clive Barker, notre plan de réalité n’a rien à envier aux cercles les plus impies de l’Enfer. 

            Véloce, choquante, « Les Âmes perdues » est un pur produit de celle de Clive Barker, véritable couteau suisse™ de l’imaginaire moderne. On ne compte en effet plus les domaines où il a excellé. 

Toutefois, on ne va pas se mentir (croix de bois, croix de fer ; si je mens je vais en enfer), l’imagicien britannique est aussi capable d’évoquer dans ses œuvres le meilleur de l’humanité. 

Mais manifestement, « Les Âmes perdues » ne fait pas partie de celles-ci. 

            Si vous aimez Clive Barker, vous ne pouvez pas ne pas lire « Les Âmes perdues ». 
            Si vous ne le connaissez pas, c’est un bon point d’entrée, d’autant que ce numéro de TÉNÈBRES lui consacre un dossier spécial. 

Plus modestement je la joins à ma liste de lecture du défi lecture de Yogo le Maki.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®