Accéder au contenu principal

Une étude en vert [Neil Gaiman / Michel Pagel]

On peut comparer l'écriture d'une histoire à la réalisation d'un tour de prestidigitation.
Surtout dans le cas d'histoires courtes, ne nécessitant pas trop de rebondissements.
Mais d'abord le contexte.
            Comme le rappelle Neil Gaiman dans une des introductions qu'il affectionne, « Une étude en vert » fait partie d'un plus vaste panorama, celui de l'Univers Wold Newton™. Du nom d'une bourgade anglaise où, en 1795, est tombée une météorite dont les radiations ont affecté les occupants d'une diligence qui passait à proximité. Du moins c'est ainsi que le rapporte Philip José Farmer, précisant que les descendants des passagers de ladite diligence sont devenus des personnages célèbres, qui sous le nom de Lord Greystoke alias Tarzan, qui sous celui de Sherlock Holmes ou encore de Doc Savage (liste non exhaustive).
L'idée de Farmer était d'une part de considérer que ces personnages littéraires avaient vraiment existé, mais aussi qu'ils se côtoyaient. La véracité de leur existence lui permettait d'extrapoler de nouvelles aventures (Chacun son tour, Tarzan vous salue bien, La Jungle nue,etc.), en les affublant d'un pseudonyme pour certains (pour des questions de droits).
L'idée de réunir des personnages littéraires sera reprise avec un brio certain par Alan Moore, lorsqu'il inventera sa Ligue des Gentlemen Extraordinaires©
Et d'une certaine manière anticipée par Carolyn Wells qui rassemblait, dès 1912 autour de Sherlock Holmes, tout ce que la société de l'époque comptait comme détectives littéraires fameux au sein de la bien nommée « Société des Détectives Infaillibles® ». 

Mais venons au tour de magie promis. Celui-ci s'articulera en trois temps :  

            La promesse
Le titre de ladite nouvelle, « Une étude en vert », ses prémices : la rencontre entre un détective-conseil londonien et un ancien combattant d’Afghanistan, les actualités théâtrales, les publicités ;  tout prépare le lecteur à adopter une certaine tournure d'esprit.


            Le tour
L'enquête proprement dite. 
Un whodunit dans une Angleterre parallèle, « où Sherlock Holmes rencontre l’univers de H. P. Lovecraft », et où Neil Gaiman ne ménage ni son talent ni le lecteur. Et son penchant naturel pour construire sa propre histoire.

            Le prestige
Mais le « tour », aussi réussi soit-il (et il l'est) ne suffit pas. Arrive le « prestige ».
Un coup de théâtre en forme de parallaxe. 
Brillant !

             « Une étude en vert » est une nouvelle qui fait partie du recueil Des choses fragiles (Nouvelles et merveilles), traduit par Michel Pagel, et que je propose au Challenge-lecture des Lectures du Maki.   
Et mars est toujours le mois d'Emmanuel Chastellière chez Bookenstock !        

Commentaires

  1. J'ignorais tout du panorama de l'Univers Wold Newton. Merci pour ces explications qui me font considérer autrement cette nouvelle que j'avais lue dans sa forme adaptée en comics par Rafael Albuquerque. Je vois que j'étais passé à côté de beaucoup de choses.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er