Accéder au contenu principal

Une étude en vert [Neil Gaiman / Michel Pagel]

On peut comparer l'écriture d'une histoire à la réalisation d'un tour de prestidigitation.
Surtout dans le cas d'histoires courtes, ne nécessitant pas trop de rebondissements.
Mais d'abord le contexte.
            Comme le rappelle Neil Gaiman dans une des introductions qu'il affectionne, « Une étude en vert » fait partie d'un plus vaste panorama, celui de l'Univers Wold Newton™. Du nom d'une bourgade anglaise où, en 1795, est tombée une météorite dont les radiations ont affecté les occupants d'une diligence qui passait à proximité. Du moins c'est ainsi que le rapporte Philip José Farmer, précisant que les descendants des passagers de ladite diligence sont devenus des personnages célèbres, qui sous le nom de Lord Greystoke alias Tarzan, qui sous celui de Sherlock Holmes ou encore de Doc Savage (liste non exhaustive).
L'idée de Farmer était d'une part de considérer que ces personnages littéraires avaient vraiment existé, mais aussi qu'ils se côtoyaient. La véracité de leur existence lui permettait d'extrapoler de nouvelles aventures (Chacun son tour, Tarzan vous salue bien, La Jungle nue,etc.), en les affublant d'un pseudonyme pour certains (pour des questions de droits).
L'idée de réunir des personnages littéraires sera reprise avec un brio certain par Alan Moore, lorsqu'il inventera sa Ligue des Gentlemen Extraordinaires©
Et d'une certaine manière anticipée par Carolyn Wells qui rassemblait, dès 1912 autour de Sherlock Holmes, tout ce que la société de l'époque comptait comme détectives littéraires fameux au sein de la bien nommée « Société des Détectives Infaillibles® ». 

Mais venons au tour de magie promis. Celui-ci s'articulera en trois temps :  

            La promesse
Le titre de ladite nouvelle, « Une étude en vert », ses prémices : la rencontre entre un détective-conseil londonien et un ancien combattant d’Afghanistan, les actualités théâtrales, les publicités ;  tout prépare le lecteur à adopter une certaine tournure d'esprit.


            Le tour
L'enquête proprement dite. 
Un whodunit dans une Angleterre parallèle, « où Sherlock Holmes rencontre l’univers de H. P. Lovecraft », et où Neil Gaiman ne ménage ni son talent ni le lecteur. Et son penchant naturel pour construire sa propre histoire.

            Le prestige
Mais le « tour », aussi réussi soit-il (et il l'est) ne suffit pas. Arrive le « prestige ».
Un coup de théâtre en forme de parallaxe. 
Brillant !

             « Une étude en vert » est une nouvelle qui fait partie du recueil Des choses fragiles (Nouvelles et merveilles), traduit par Michel Pagel, et que je propose au Challenge-lecture des Lectures du Maki.   
Et mars est toujours le mois d'Emmanuel Chastellière chez Bookenstock !        

Commentaires

  1. J'ignorais tout du panorama de l'Univers Wold Newton. Merci pour ces explications qui me font considérer autrement cette nouvelle que j'avais lue dans sa forme adaptée en comics par Rafael Albuquerque. Je vois que j'étais passé à côté de beaucoup de choses.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®