Accéder au contenu principal

Les jardins de Kensington, une autobiographie non autorisée


C’est « le début d’une belle amitié », pour citer la fin de Casablanca… 

            Rodrigo Fresán, né en Argentine , <la même année que les X-Men>, est un « lecteur qui écrit », nous dit-il. Et qui voit toute son œuvre comme une grande maison, avec autant de pièces. Ses romans sont donc des mises en pièces, qui pour être lus demandent d’être ouverts, pour y pénétrer. 

Le passé n’est jamais simple. 

            Éclairée par l’ombre de James Matthew Barrie, « Les jardins de Kensington » est la biographie confession de Peter Hook, auteur de nombreux et populaires romans « jeunesse », qui s’entretient, le livre durant, avec l’interprète de son jeune héros -d’encre et de papier-  Jim Yang
L’occasion pour lui de dresser la biographie de celui qui se révélera un modèle, et d’établir ce qu’ont en commun l’ère victorienne et les swinging sixties. L’une a en effet inventé l’enfance, et l’autre lui a donné une nouvelle jeunesse.  Et sa propre autobiographie.


« L’écrivain est un super héros qui n’aurait pas de super pouvoirs… si ce n’est celui de modifier la réalité. » Rodrigo Fresán 

            Roman hypnagogique, « Les jardins de Kensington » lui a été inspiré par un documentaire télévisé où apparaissaient, déguisés en cow-boys, J.M. Barrie, G.K. Chesterton et G.B. Shaw, est bâti comme un palais de mémoire (© Matteo Ricci). Où cette dernière serait le play-back de nos vies.

La musique joue d’ailleurs un rôle très important dans ce récit. 
Le père de Peter Hook < Sebastian « Darjeeling » Compton-Lowe > y est le leader d’un groupe musical des années soixante : The Beaten (alias) The Beaten Victorians (alias) The Victorians. Qui se serait voulu le double inversé des Beatles
Foisonnant, encyclopédique, titillé par la littérature de listes, le name dropping, « Les jardins de Kensington » se révèle aussi un quasi thriller. Usant du temps comme Jim Yang le fait avec sa chronocyclette®, Peter Hook ménage son suspense au compte-gouttes.  Et défie les paradoxes.
Ruptures aléatoires avec le pacte réaliste, digressions, déviations, collages ; « Les jardins de Kensington » produit un léger vertige cognitif ; dont les références, si elles jouent bien un rôle, ne sont pas essentielles. 
D’autant qu’il est difficile d’en mesurer l’impact. 

            Non, « Les jardins de Kensington » est une sorte de moteur immobile. 
Autrement dit, la cause de son propre mouvement. 
Aussi, inutile d’être docteur ès Beatles, cartographe du Pays imaginaire©, ou même lecteur de romans « jeunesse », ni d’acheter un plan de Londres pour s'y perdre. Rodrigo Fresán avoue dans une note de bas de page <qui pour le coup se trouve en fin d'ouvrage> , n’être jamais allé à Kensington Gardens
Car « Les jardins de Kensington » est d’abord (seulement ?) un récit imaginaire. 

Mais ne le sont-ils pas tous !? 

C’est en tout cas le début d’une belle amitié mon cher Rodrigo ! 
(À suivre ....
 ______________
Cette freaktion a été traduite par Isabelle Gugnon

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®