Accéder au contenu principal

Les jardins de Kensington, une autobiographie non autorisée


C’est « le début d’une belle amitié », pour citer la fin de Casablanca… 

            Rodrigo Fresán, né en Argentine , <la même année que les X-Men>, est un « lecteur qui écrit », nous dit-il. Et qui voit toute son œuvre comme une grande maison, avec autant de pièces. Ses romans sont donc des mises en pièces, qui pour être lus demandent d’être ouverts, pour y pénétrer. 

Le passé n’est jamais simple. 

            Éclairée par l’ombre de James Matthew Barrie, « Les jardins de Kensington » est la biographie confession de Peter Hook, auteur de nombreux et populaires romans « jeunesse », qui s’entretient, le livre durant, avec l’interprète de son jeune héros -d’encre et de papier-  Jim Yang
L’occasion pour lui de dresser la biographie de celui qui se révélera un modèle, et d’établir ce qu’ont en commun l’ère victorienne et les swinging sixties. L’une a en effet inventé l’enfance, et l’autre lui a donné une nouvelle jeunesse.  Et sa propre autobiographie.


« L’écrivain est un super héros qui n’aurait pas de super pouvoirs… si ce n’est celui de modifier la réalité. » Rodrigo Fresán 

            Roman hypnagogique, « Les jardins de Kensington » lui a été inspiré par un documentaire télévisé où apparaissaient, déguisés en cow-boys, J.M. Barrie, G.K. Chesterton et G.B. Shaw, est bâti comme un palais de mémoire (© Matteo Ricci). Où cette dernière serait le play-back de nos vies.

La musique joue d’ailleurs un rôle très important dans ce récit. 
Le père de Peter Hook < Sebastian « Darjeeling » Compton-Lowe > y est le leader d’un groupe musical des années soixante : The Beaten (alias) The Beaten Victorians (alias) The Victorians. Qui se serait voulu le double inversé des Beatles
Foisonnant, encyclopédique, titillé par la littérature de listes, le name dropping, « Les jardins de Kensington » se révèle aussi un quasi thriller. Usant du temps comme Jim Yang le fait avec sa chronocyclette®, Peter Hook ménage son suspense au compte-gouttes.  Et défie les paradoxes.
Ruptures aléatoires avec le pacte réaliste, digressions, déviations, collages ; « Les jardins de Kensington » produit un léger vertige cognitif ; dont les références, si elles jouent bien un rôle, ne sont pas essentielles. 
D’autant qu’il est difficile d’en mesurer l’impact. 

            Non, « Les jardins de Kensington » est une sorte de moteur immobile. 
Autrement dit, la cause de son propre mouvement. 
Aussi, inutile d’être docteur ès Beatles, cartographe du Pays imaginaire©, ou même lecteur de romans « jeunesse », ni d’acheter un plan de Londres pour s'y perdre. Rodrigo Fresán avoue dans une note de bas de page <qui pour le coup se trouve en fin d'ouvrage> , n’être jamais allé à Kensington Gardens
Car « Les jardins de Kensington » est d’abord (seulement ?) un récit imaginaire. 

Mais ne le sont-ils pas tous !? 

C’est en tout cas le début d’une belle amitié mon cher Rodrigo ! 
(À suivre ....
 ______________
Cette freaktion a été traduite par Isabelle Gugnon

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er