Accéder au contenu principal

L'Empire du Léopard [Emmanuel Chastellière]

Toutes les histoires engendrent un « monde secondaire » id est un monde imaginaire.
Ce qui les distingue, ce qui permet de les classer, c’est notamment leur degré d’indépendance par rapport au monde du lecteur.  Et ce qui les en distingue.

Aux antipodes de notre monde il y a bien sûr la Fantasy.

            Autrement dit, toute une série de mondes secondaires où le surnaturel fait en quelque sorte la loi.Un genre très tôt devenu une galaxie de sous-genres, en quasi constante expansion.
« L’Empire du Léopard » ressortit à celui dit de la « Fantasy à mousquets ».

Un chrononyme certes assez vague, mais dont le niveau de technologie supposé permet d’en déduire, peu ou prou, la période qui correspond à notre propre chronologie historique. Entendu que cette nomenclature n’est pas un daguerréotype fixant en toute éternité le sujet qu’il veut définir. Il s'agit tout au plus d'ouvrir un horizon d'attentes.
            Dans un exercice de « questions-réponses » [Pour en savoir +], Emmanuel Chastellière s’y décrivait plus comme un jardinier que comme un architecte, pour reprendre la définition mise au point par G.R.R. Martin. Ce n'est d'ailleurs pas leur seul point commun.
Car à l’instar de son célèbre aîné, Emmanuel Chastellière utilise l’irrationnel avec un sens de l’épargne qui ferait rougir la fourmi de la célèbre fable.
Et si on excepte un prologue dont l’utilité ne m’a pas été prouvé, pas question pour le jeune romancier de nous « choper par les couilles dès le premier chapitre » à la manière d’un James Ellroy. 
L’intrigue de « L’Empire du Léopard » agit plutôt à la manière d’une eau qu’on chaufferait progressivement, jusqu’à ce que – sans qu’on s’en rendre compte - ses plus de 600 pages soient tournées.
Non sans un pénultième crochet d’epicness to the max.

            En conclusion je peux dire que ce premier roman d'Emmanuel Chastellière, ne sera pas le dernier. D'autant que l'auteur est retourné dans cet univers prometteur, avec un récent roman intitulé : La Piste des cendres.
Une plutôt bonne nouvelle si vous voulez tout savoir !

Cette critique ne serait pas complète sans un paragraphe de remerciements.

En effet, je dois cette découverte à Dup & Phooka du site Bookenstock [Pour en savoir +], qui ont eu la gentillesse de m’intégrer à leur opération « Le mois de .... Emmanuel Chastellière ».
Et je remercie également les éditions Critic© qui ont eu l’amabilité de me faire parvenir gratuitement un exemplaire de« L’Empire du Léopard » dans le cadre de cette opération. 

Commentaires

  1. Eh bien, merci pour votre retour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ç'a été un plaisir de vous lire, et comme je le disais dans ma critique ; je risque de continuer.

      Santé & prospérité !

      Supprimer
    2. Merci beaucoup !
      On en a besoin. ^^

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®