Accéder au contenu principal

L'Empire du Léopard [Emmanuel Chastellière]

Toutes les histoires engendrent un « monde secondaire » id est un monde imaginaire.
Ce qui les distingue, ce qui permet de les classer, c’est notamment leur degré d’indépendance par rapport au monde du lecteur.  Et ce qui les en distingue.

Aux antipodes de notre monde il y a bien sûr la Fantasy.

            Autrement dit, toute une série de mondes secondaires où le surnaturel fait en quelque sorte la loi.Un genre très tôt devenu une galaxie de sous-genres, en quasi constante expansion.
« L’Empire du Léopard » ressortit à celui dit de la « Fantasy à mousquets ».

Un chrononyme certes assez vague, mais dont le niveau de technologie supposé permet d’en déduire, peu ou prou, la période qui correspond à notre propre chronologie historique. Entendu que cette nomenclature n’est pas un daguerréotype fixant en toute éternité le sujet qu’il veut définir. Il s'agit tout au plus d'ouvrir un horizon d'attentes.
            Dans un exercice de « questions-réponses » [Pour en savoir +], Emmanuel Chastellière s’y décrivait plus comme un jardinier que comme un architecte, pour reprendre la définition mise au point par G.R.R. Martin. Ce n'est d'ailleurs pas leur seul point commun.
Car à l’instar de son célèbre aîné, Emmanuel Chastellière utilise l’irrationnel avec un sens de l’épargne qui ferait rougir la fourmi de la célèbre fable.
Et si on excepte un prologue dont l’utilité ne m’a pas été prouvé, pas question pour le jeune romancier de nous « choper par les couilles dès le premier chapitre » à la manière d’un James Ellroy. 
L’intrigue de « L’Empire du Léopard » agit plutôt à la manière d’une eau qu’on chaufferait progressivement, jusqu’à ce que – sans qu’on s’en rendre compte - ses plus de 600 pages soient tournées.
Non sans un pénultième crochet d’epicness to the max.

            En conclusion je peux dire que ce premier roman d'Emmanuel Chastellière, ne sera pas le dernier. D'autant que l'auteur est retourné dans cet univers prometteur, avec un récent roman intitulé : La Piste des cendres.
Une plutôt bonne nouvelle si vous voulez tout savoir !

Cette critique ne serait pas complète sans un paragraphe de remerciements.

En effet, je dois cette découverte à Dup & Phooka du site Bookenstock [Pour en savoir +], qui ont eu la gentillesse de m’intégrer à leur opération « Le mois de .... Emmanuel Chastellière ».
Et je remercie également les éditions Critic© qui ont eu l’amabilité de me faire parvenir gratuitement un exemplaire de« L’Empire du Léopard » dans le cadre de cette opération. 

Commentaires

  1. Eh bien, merci pour votre retour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ç'a été un plaisir de vous lire, et comme je le disais dans ma critique ; je risque de continuer.

      Santé & prospérité !

      Supprimer
    2. Merci beaucoup !
      On en a besoin. ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er