Accéder au contenu principal

Meurtre au 43e étage [John Carpenter / Lauren Hutton]

Fin des années 1970, une jeune femme emménage au 43e étage d'une résidence huppée, à Los Angeles, dénommée « Arkham Towers ». Ça ne s’invente pas !
            « Meurtre au 43eme étage », dont on dit que l’histoire s'inspire d’un fait divers, est l’œuvre de John Carpenter. Ce téléfilm s’intercale entre Assaut, et juste avant Halloween. Et l’atmosphère et certains de ses plans n’auraient d’ailleurs pas juré dans le slasher consacré au 31 octobre.
Tourné en moins de trois semaines, ce thriller est, si on veut, un démarquage de Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock, dont il inverse le point de vue. 
Si plus de quarante ans nous sépare de son tournage, « Meurtre au 43eme étage » se distingue encore par les deux portraits de femmes qu’il propose. 
Le personnage principal, une jeune célibataire sûre d’elles, énergique, et qui sait renvoyer dans les cordes les machos en tout genre qui l’importunent. Et de l’autre, une lesbienne, que le scénario ni les autres personnages ne stigmatisent. D’autant que John Carpenter, qui en est aussi le scénariste, ne traite pas le sujet en loucedé. Ni de manière sensationnaliste. 
            La mise en scène est certes un ensemble de choses convenues, mais toujours traitées astucieusement : le reflet dans la vitre, le couteau qui tombe, le plan où Leigh Michaels se dissimule dans sa salle de bain, etc. 
Ou parfois un brin plus grossier, le chauffeur de taxi par exemple, mais dont l’efficacité n'est plus à prouver. Ce qui me fait dire que l’expérience aura aussi été un banc d’essai avant le tournage d’Halloween

Un mot sur Lauren Hutton, qui prête son talent et ses traits à l’héroïne, époustouflante et très crédible. Elle habite littéralement le rôle, tout en diffusant un glamour extraordinaire.
            Maintenant, « Meurtre au 43eme étage », quel que soit ses qualités de mise en scène et ses idées d’avant-garde sur le représentation des femmes à l’écran, est un film dont on voit où il va, dès qu’il commence. Et c’est là que le bât blesse. 
J’attendais en effet un baroud final pour l’honneur. Quitte à faire dans le déjà-vu, autant le faire bien. Et pour dire le vrai, les derniers plans, sont justement un peu plan-plan. 
Du moins à l’écran. Car il paraît que Lauren Hutton, a pris pour le coup, le risque de se le rompre, en tournant à une dizaine de mètres du sol. Sauf que j’ai trouvé que ça ne fonctionnait pas très bien. 
            « Meurtre au 43eme étage » est en définitive essentiellement un film d’aficionados. Ceux qui aiment John Carpenter doivent le voir. Pour les autres, pas sûr qu’il laisse un quelconque souvenir.
Hormis Lauren Hutton qui risque d'imprimer les rétines de n'importe qui pendant longtemps.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d