Accéder au contenu principal

Meurtre au 43e étage [John Carpenter / Lauren Hutton]

Fin des années 1970, une jeune femme emménage au 43e étage d'une résidence huppée, à Los Angeles, dénommée « Arkham Towers ». Ça ne s’invente pas !
            « Meurtre au 43eme étage », dont on dit que l’histoire s'inspire d’un fait divers, est l’œuvre de John Carpenter. Ce téléfilm s’intercale entre Assaut, et juste avant Halloween. Et l’atmosphère et certains de ses plans n’auraient d’ailleurs pas juré dans le slasher consacré au 31 octobre.
Tourné en moins de trois semaines, ce thriller est, si on veut, un démarquage de Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock, dont il inverse le point de vue. 
Si plus de quarante ans nous sépare de son tournage, « Meurtre au 43eme étage » se distingue encore par les deux portraits de femmes qu’il propose. 
Le personnage principal, une jeune célibataire sûre d’elles, énergique, et qui sait renvoyer dans les cordes les machos en tout genre qui l’importunent. Et de l’autre, une lesbienne, que le scénario ni les autres personnages ne stigmatisent. D’autant que John Carpenter, qui en est aussi le scénariste, ne traite pas le sujet en loucedé. Ni de manière sensationnaliste. 
            La mise en scène est certes un ensemble de choses convenues, mais toujours traitées astucieusement : le reflet dans la vitre, le couteau qui tombe, le plan où Leigh Michaels se dissimule dans sa salle de bain, etc. 
Ou parfois un brin plus grossier, le chauffeur de taxi par exemple, mais dont l’efficacité n'est plus à prouver. Ce qui me fait dire que l’expérience aura aussi été un banc d’essai avant le tournage d’Halloween

Un mot sur Lauren Hutton, qui prête son talent et ses traits à l’héroïne, époustouflante et très crédible. Elle habite littéralement le rôle, tout en diffusant un glamour extraordinaire.
            Maintenant, « Meurtre au 43eme étage », quel que soit ses qualités de mise en scène et ses idées d’avant-garde sur le représentation des femmes à l’écran, est un film dont on voit où il va, dès qu’il commence. Et c’est là que le bât blesse. 
J’attendais en effet un baroud final pour l’honneur. Quitte à faire dans le déjà-vu, autant le faire bien. Et pour dire le vrai, les derniers plans, sont justement un peu plan-plan. 
Du moins à l’écran. Car il paraît que Lauren Hutton, a pris pour le coup, le risque de se le rompre, en tournant à une dizaine de mètres du sol. Sauf que j’ai trouvé que ça ne fonctionnait pas très bien. 
            « Meurtre au 43eme étage » est en définitive essentiellement un film d’aficionados. Ceux qui aiment John Carpenter doivent le voir. Pour les autres, pas sûr qu’il laisse un quelconque souvenir.
Hormis Lauren Hutton qui risque d'imprimer les rétines de n'importe qui pendant longtemps.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er