Accéder au contenu principal

Spenser Confidential [Mark Walhberg / Peter Berg]

Spenser, personnage inventé par l'écrivain Robert B. Parker, et repris depuis la mort de ce dernier par Ace Atkins (dont j'avais apprécié le travail sur ses propres romans), revient sur les écrans après une première incarnation par l'acteur Robert Urich dans les années 1980.
Ce coup-ci c'est Mark Walhberg qui s'y colle, sous la direction de son compère Peter Berg.
            Dans un entretien qu'a accordé le réalisateur à un magazine de cinéma français, il ressort notamment que Mark Walhberg aurait dit qu'à 40 ans il était temps d'avoir une franchise cinématographie à son nom. Rôle qu'aurait pu dû remplir James Silva (22 Miles), si le film avait été mieux reçu.
Peter Berg, qui ne pense pas en terme de franchise nous dit-il, reconnait qu'une suite à Spenser Confidential a déjà été discutée avec Netflix. La fin du trop long-métrage ne laisse par ailleurs aucun doute à ce sujet. Les 48 ans du bostonien non plus.
Mais tout dépendra, bien évidemment, de l'audience comme le précise encore le réalisateur. Qui devrait échanger ses lapalissades contre un peu plus de niaque à l'écran.

            Audience ou pas, si une suite devait se concrétiser dans les mêmes termes, elle se fera sans moi.
Spenser Confidential, malgré le capital sympathie que j'ai pour son acteur principal m'a ennuyé de bout en bout. Le duo que forme l'ex-Marky Mark avec Winston Duke ne marche visiblement pas à l'écran.
Et si le scénario n'est pas plus mauvais que n'importe quel autre Buddy movie, le film est bien trop long pour son propre intérêt.
Le running gag qui s'attache à voir Spenser se faire tataner toutes les vingt minutes s'essouffle plus vite que l'acteur. Il faut dire que Mark Walhberg est plutôt en forme. Au contraire des scènes d'action bien trop mollassonnes, voire mal filmées. Pour le coup, on se croirait effectivement dans une série télévisée des eighties.
            En définitive, sans être la recette miracle, un film plus ramassé aurait certainement mieux retenu mon attention. Des vannes plus percutantes n'auraient pas nui non plus.
Reste un Hollywood Night™ petit bras, qui ne sortira pas du lot des productions du prolixe Netflix.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®