Accéder au contenu principal

Altered Carbon : Resleeved

Dernier avatar en date de la culture transmédia dominante, « Altered carbon : Resleeved » est un anime japonais qui s'inscrit dans la chronologie des deux séries télévisées, elles-mêmes inspirées des romans de Richard K. Morgan. 
« You flew the Gullfire over Leningrad, didn't you? »
Bob Hauk
          Les romans de Morgan, les deux saisons télévisée et ce film d'animation (3 D), ressortissent à un courant de la Sf qu'on appelle le Cyberpunk. 
Autrement dit un courant qui reprend les codes des films noirs, où un dur-à-cuire endosse la responsabilité de mener à bien la mission qu'on lui confiera. Le tout dans une ambiance à la Blade Runner, où la technologie invasive et numérique est reine. Souvent contrôlée par des zaibatsus.
Le deuxième amendement de la la Constitution des États-Unis y est bien évidemment de rigueur. 
« J’vais lui faire une ordonnance et une sévère… . Aux quatre coins d'Latimer qu’on va l’retrouver éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Moi, quand on m’en fait trop j’correctionne plus : j’dynamite, j’disperse, j’ventile. » 
Raoul V 3.0 
Ceux qui connaissent le série TV, ne seront pas dépaysés. Altered Carbon© repose en effet sur une formule, que cet anime suit à la ligne de code près : Takeshi Kovacs est réenveloppé grâce aux bons soins d'un crapule, laquelle lui confie la mission de se débarrasser d'une autre crapule.
La simplicité du pitch et le didactisme de « Resleeved » permet néanmoins à tout le monde de suivre, quand bien même débarque-t-on pour la première fois dans cet univers cette franchise.
            Au final le contrat est rempli ; certes on n'a pas gagné de neurones supplémentaires, mais les amateurs de Cyberpunk testostéroné seront quittent.
Si « Altered carbon : Resleeved » manque de suspense, les 74 minutes de sa durée s’en arrangent, notamment par des choix esthétiques inspirés du « Cool Japan » qui donnent le change.
La violence graphique explicite ne plaira cependant pas à tout le monde.

Pour terminer, je précise que le Cyberpunk, en tant que courant, propose bien entendu des différences de degrés. « Resleeved » n'en adopte que les aspects les plus immédiatement reconnaissables.
Attentez-vous plus à un actioner, qu'à une variation de Blade Runner ou de Neuromancien.

Restez confinés !  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®