Accéder au contenu principal

Dieu porte-t-il des lunettes noires ? [Maurice G. Dantec]

Nouvelle homonyme du recueil dans lequel je l'ai lue, « Dieu porte-t-il des lunettes noires ? » de Maurice G. Dantec (1959-2016), s'empare d'un cliché de la littérature de genre.

Et plus précisément du thème du voyage dans le passé, où l'on vous octroierez le droit de tuer quelqu'un que vous jugeriez avoir été particulièrement malfaisant pour l'humanité.
Frank Borland, le personnage principal de la nouvelle en question arrête son choix sur Adolf Hitler. 

            Si Maurice G. Dantec soigne son écriture, la dialectique qu'il met en place autour de ce choix est assez ahurissante. La chute, que d'aucuns ont pu qualifier de « pirouette étonnante » est tout aussi gerbante.
Certes l'auteur n'est pas forcément le personnage de sa fiction, mais la satisfaction que ce dernier éprouve après son choix, et l'argumentation qu'il a produit pour y arriver, ne laisse pas de troubler. En un mot : parions sur ce qui risque d'arriver, plutôt que sur ce qui est arrivé.
Mais ce n'est pas tout.

Si Dantec use de descriptions de ce qui pouvait se passer dans les camps d'extermination, pour les stigmatiser ; la violence symbolique qui ressort de l'argument principal de son héros, sa froideur comptable, et pour tout dire sa bêtise, est simplement repoussante.
Quand bien même prend-il la précaution de créer un Jiminy Cricket© miroir. 

            Si l'intention de Maurice G. Dantec était de montrer la futilité de ce genre de récit, la manière dont il le fait ne penche pas en sa faveur.
« Dieu porte-t-il des lunettes noires ? » est un texte choquant, dépourvu d'humanité.
Une nouvelle qu'on peut ne pas lire !  

En attaquant ce petit recueil j'avais derrière la tête de me replonger dans les bouquins de Dantec, voire justement dans ses nouvelles, que je ne connaissais pas. 
L'auteur de  «Les Racines du mal », qui avait été une belle révélation à l'époque, a réussi à devenir persona non grata de ma Liste à lire©.  
Nominée, avant lecture, pour participer au challenge de Yogo, je préfère finalement ne pas l'y faire figurer. Car (rectification du 9/3/20) qui suis-je pour aussi bêtement censurer un texte que je n'aime pas.
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®