Accéder au contenu principal

Colt & Pepper t1 [Darko Macan / Igor Kordey / Fanny Thuilllier / Anubis]

Natif de Zagreb, le scénaristes Darko Macan s'est fait connaître du plus grand nombre en travaillant pour le marché de la BD étasunien. Depuis quelque temps il semble faire son trou en France, principalement chez l'éditeur Delcourt™. Lequel avait par ailleurs déjà commercialisé une partie de son travail effectué aux U.S.A.
Une ouverture hexagonale récente, doublée de la publication de certains de ses premiers travaux par les éditions INUKSHUK.
Il est, pour cette série, encore une fois associé à son compatriote Igor Kordey.
Un dessinateur qui a lui aussi travaillé pour les puissants éditeurs du « Pays de l'Oncle Sam ». Une expérience qu'il a pour le dire vite, trouvé peu concluante.
C'est finalement l'éditeur français de la rue d'Hauteville à Paris, qui s'est depuis attaché son talent. Et sa rapidité.

            « Pandemonium Paragusa », premier tome de cette série qui visiblement s'installe sur les terres de la Fantasy, et aussi un très bon tome d'exposition.
En un peu plus d'une cinquantaine de pages les deux compères produisent un monde imaginaire prometteur, dans lequel les deux protagonistes éponymes de la série n'ont, visiblement, pas fini d'en baver. 
Une Fantasy  « Grand Siècle » qui se déroulerai, tout aussi étrangement, dans un pays imaginaire des Indes occidentales©
Igor Kordey est un dessinateur qui n'a jamais eu peur d’exhiber des Quasimodos magnifiques en lieu est place des habituels gravures de mode héroïques. 

Être laid, vieux ou gros, n'est jamais un obstacle pour faire partie du casting de ses séries. Sans relation de cause à effet, le sens moral des personnages y est souvent étique. Mais la bonne nouvelle, c'est que chez Macan & Kordey rien n'est écrit (sic). Quiconque peut tout aussi bien se racheter, que s'avilir encore davantage.
[TW] La nudité et la violence font souvent partie de leurs univers, qu'ils abordent de manière frontale, et sans complexe. Ni complaisance !
Il y a peu de chance en effet, que leurs histoires passent jamais les fourches caudines des sensitivity readers de tout poil.
            Anubis à la couleur et Fanny Thuillier à la traduction parachèvent de faire de cette entrée en matière une étape inoubliable, qui pour le pire ou le meilleur, ne sera pas la dernière. 
En ce qui me concerne en tout cas.

( À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er