Accéder au contenu principal

Colt & Pepper t1 [Darko Macan / Igor Kordey / Fanny Thuilllier / Anubis]

Natif de Zagreb, le scénaristes Darko Macan s'est fait connaître du plus grand nombre en travaillant pour le marché de la BD étasunien. Depuis quelque temps il semble faire son trou en France, principalement chez l'éditeur Delcourt™. Lequel avait par ailleurs déjà commercialisé une partie de son travail effectué aux U.S.A.
Une ouverture hexagonale récente, doublée de la publication de certains de ses premiers travaux par les éditions INUKSHUK.
Il est, pour cette série, encore une fois associé à son compatriote Igor Kordey.
Un dessinateur qui a lui aussi travaillé pour les puissants éditeurs du « Pays de l'Oncle Sam ». Une expérience qu'il a pour le dire vite, trouvé peu concluante.
C'est finalement l'éditeur français de la rue d'Hauteville à Paris, qui s'est depuis attaché son talent. Et sa rapidité.

            « Pandemonium Paragusa », premier tome de cette série qui visiblement s'installe sur les terres de la Fantasy, et aussi un très bon tome d'exposition.
En un peu plus d'une cinquantaine de pages les deux compères produisent un monde imaginaire prometteur, dans lequel les deux protagonistes éponymes de la série n'ont, visiblement, pas fini d'en baver. 
Une Fantasy  « Grand Siècle » qui se déroulerai, tout aussi étrangement, dans un pays imaginaire des Indes occidentales©
Igor Kordey est un dessinateur qui n'a jamais eu peur d’exhiber des Quasimodos magnifiques en lieu est place des habituels gravures de mode héroïques. 

Être laid, vieux ou gros, n'est jamais un obstacle pour faire partie du casting de ses séries. Sans relation de cause à effet, le sens moral des personnages y est souvent étique. Mais la bonne nouvelle, c'est que chez Macan & Kordey rien n'est écrit (sic). Quiconque peut tout aussi bien se racheter, que s'avilir encore davantage.
[TW] La nudité et la violence font souvent partie de leurs univers, qu'ils abordent de manière frontale, et sans complexe. Ni complaisance !
Il y a peu de chance en effet, que leurs histoires passent jamais les fourches caudines des sensitivity readers de tout poil.
            Anubis à la couleur et Fanny Thuillier à la traduction parachèvent de faire de cette entrée en matière une étape inoubliable, qui pour le pire ou le meilleur, ne sera pas la dernière. 
En ce qui me concerne en tout cas.

( À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®