Accéder au contenu principal

Exhalaison [Ted Chiang / Sylvie Denis & Roland C. Wagner]

La branche de la Science-fiction que l'on nomme communément « Hard science », se distingue en tant que la science elle-même y occupe un rôle essentiel. Voire le rôle principal.
« Exhalaison », une nouvelle de Ted Chiang, au sommaire du cinquante-sixième numéro du trimestriel Bifrost, en est un bel exemple.

            Roublarde, elle commence ainsi : « On a longtemps affirmé que l'air (d'aucun l'appellent argon) est la source de la vie. ». Si les plus attentifs n'ont pas pu laisser passer l'allusion à l'argon, la suite reste dans un registre raisonnable. Jusqu'à ce que, quelques lignes plus loin, huit pour être précis, on apprenne que « Chaque jours, [...] nous ôtons nos poumons vides de notre cage thoracique [..] ».
À ce moment-là, le commutateur de notre horizon d'attente vient de définitivement basculer. L'imaginaire s'ajoute à l'imagination, et le départ est immédiat et au-delà de notre « bulle de présent » (sic).

            « On considère les découvertes scientifiques avec un sentiment de respect mêlé d'effroi, sentiment qu'on associe à la foi, et la similitude m'intéresse », n'avait pas peur de déclarer l'auteur à Thomas Day, en 2006, dans un entretien (traduit par Pierre-Paul Durastanti) publié dans le Bifrot n°42.

Et force m'a été de constater que cette nouvelle, très pointue (à l'aune de mon propre savoir), sous couvert d'une découverte scientifique au sein d'une société complétement étrangère à la nôtre, entretient un rapport avec un Créateur, sur un mode presque religieux.
Le narrateur s'y interroge en sus, mais dans des termes différents des nôtres, sur des questions qui n'en finissent pourtant pas d'agiter notre propre matière grise.

            Toujours dans ce 42ème numéro, Pierre Stolze, dans une recension du recueil de nouvelles de Ted Chiang, intitulé La Tour de Babylone, dont ne fait pas partie « Exhalaison », décrit le style de l'américain comme glaçant, et refusant je cite : « toute poésie, lyrisme ou humour ». 
Ce n'est pas « Exhalaison » qui lui fera changer d'avis.

Maintenant, si je fais mienne son appréciation générale sur ladite nouvelle en particulier (dont ne parle pas Pierre Stolze dans sa critique), la distanciation cérébrale de certains auteurs, leur jargon scientifique itou, ont un effet, sur moi, d’émerveillement, qui n'a rien à craindre de la comparaison avec ce dont d'autres auteurs de Sf, plus chaleureux et plus lyriques, sont capables. Question de sensibilité.   

            Reste que « Exhalaison » n'a pas produit le vertige cognitif attendu, eu égard à ce qu'elle proposait. La faute à une analogie bien trop prégnante avec ce qui sur notre plan de réalité structure la plupart des monothéismes. 
Un choix qui ne doit rien au hasard, il n'est qu'à voir les propos de l'interview que je reproduis.
Et avec lesquels je ne suis pas du tout d'accord.

Je n'ai jamais associé de près ou de loin, la science et la foi. Il n'est pas besoin de croire en l'électricité pour s'éclairer.             

Bref, « Exhalaison » propose un très bon dépaysement, mais que l'analogie sous-jacente, m'a empêché d'apprécier entièrement. Non pas parce que je suis athée, mais parce que, à mon avis, ça en réduit l'ampleur.   
Rien qui justifierait cependant, de ne pas rejoindre le challenge en cours.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®