Accéder au contenu principal

Exhalaison [Ted Chiang / Sylvie Denis & Roland C. Wagner]

La branche de la Science-fiction que l'on nomme communément « Hard science », se distingue en tant que la science elle-même y occupe un rôle essentiel. Voire le rôle principal.
« Exhalaison », une nouvelle de Ted Chiang, au sommaire du cinquante-sixième numéro du trimestriel Bifrost, en est un bel exemple.

            Roublarde, elle commence ainsi : « On a longtemps affirmé que l'air (d'aucun l'appellent argon) est la source de la vie. ». Si les plus attentifs n'ont pas pu laisser passer l'allusion à l'argon, la suite reste dans un registre raisonnable. Jusqu'à ce que, quelques lignes plus loin, huit pour être précis, on apprenne que « Chaque jours, [...] nous ôtons nos poumons vides de notre cage thoracique [..] ».
À ce moment-là, le commutateur de notre horizon d'attente vient de définitivement basculer. L'imaginaire s'ajoute à l'imagination, et le départ est immédiat et au-delà de notre « bulle de présent » (sic).

            « On considère les découvertes scientifiques avec un sentiment de respect mêlé d'effroi, sentiment qu'on associe à la foi, et la similitude m'intéresse », n'avait pas peur de déclarer l'auteur à Thomas Day, en 2006, dans un entretien (traduit par Pierre-Paul Durastanti) publié dans le Bifrot n°42.

Et force m'a été de constater que cette nouvelle, très pointue (à l'aune de mon propre savoir), sous couvert d'une découverte scientifique au sein d'une société complétement étrangère à la nôtre, entretient un rapport avec un Créateur, sur un mode presque religieux.
Le narrateur s'y interroge en sus, mais dans des termes différents des nôtres, sur des questions qui n'en finissent pourtant pas d'agiter notre propre matière grise.

            Toujours dans ce 42ème numéro, Pierre Stolze, dans une recension du recueil de nouvelles de Ted Chiang, intitulé La Tour de Babylone, dont ne fait pas partie « Exhalaison », décrit le style de l'américain comme glaçant, et refusant je cite : « toute poésie, lyrisme ou humour ». 
Ce n'est pas « Exhalaison » qui lui fera changer d'avis.

Maintenant, si je fais mienne son appréciation générale sur ladite nouvelle en particulier (dont ne parle pas Pierre Stolze dans sa critique), la distanciation cérébrale de certains auteurs, leur jargon scientifique itou, ont un effet, sur moi, d’émerveillement, qui n'a rien à craindre de la comparaison avec ce dont d'autres auteurs de Sf, plus chaleureux et plus lyriques, sont capables. Question de sensibilité.   

            Reste que « Exhalaison » n'a pas produit le vertige cognitif attendu, eu égard à ce qu'elle proposait. La faute à une analogie bien trop prégnante avec ce qui sur notre plan de réalité structure la plupart des monothéismes. 
Un choix qui ne doit rien au hasard, il n'est qu'à voir les propos de l'interview que je reproduis.
Et avec lesquels je ne suis pas du tout d'accord.

Je n'ai jamais associé de près ou de loin, la science et la foi. Il n'est pas besoin de croire en l'électricité pour s'éclairer.             

Bref, « Exhalaison » propose un très bon dépaysement, mais que l'analogie sous-jacente, m'a empêché d'apprécier entièrement. Non pas parce que je suis athée, mais parce que, à mon avis, ça en réduit l'ampleur.   
Rien qui justifierait cependant, de ne pas rejoindre le challenge en cours.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er