Accéder au contenu principal

La Mort du capitaine Futur ! (ou le Don Quichotte des étoiles)

Publiée dans le seizième Bifrost de la série, en 1999, la novella d'Allen Steele rend un magnifique hommage à ce héros de l'Âge d'or de la SF.
            Un personnage que la postérité avait définitivement tatoué dans l'imaginaire collectif hexagonal sous le patronyme de « Capitaine Flam ». Par la grâce d'un dessin animé japonais, diffusé à la télévision au début des années 1980.
Depuis, l'éditeur Le Bélial' a entrepris un vaste chantier de traduction des aventures originales du Capitaine Futur [Pour en savoir +], qu'accompagne un dossier roboratif sur Edmond Hamilton, le principal pourvoyeur des aventures de Curtis Newton, disponible dans le Bifrost n°90 [Pour en savoir +]. Une entreprise qui redonnera, sans aucun doute, au capitaine, son légendaire surnom.
            « La Mort du capitaine Futur » est un récit à la manière de celui de « L'Homme qui tua Liberty Valence », film adapté d'une nouvelle de Dorothy Johnson. 
La parenté qu'entretient ce space opera avec le western de John Ford va plus loin que ce que sa structure suggère, puisque ce sous-genre de la Sf a d'abord été un décalque de la Conquête de l'Ouest. 
Jusqu'à son nom, d'abord péjoratif, certainement emprunté aux « horse opera1 ».

Toutefois, savoir que la novella d'Allen Steele (traduite conjointement par Patrick Mercadal & Pierre-Paul Durastanti) partage un ou deux points communs avec « L'Homme qui tua Liberty Valence » n'enlève heureusement pas le plaisir qu'on peut prendre à la lire.

D'autant que chaque lecteur ne fera pas forcément le même constat.   

            Hommage en creux à un personnage marquant, Allen Steele n'en oublie pas pour autant de donner à son récit tout ce qu'il faut, pour que ceux qui ne connaissent pas le capitaine Futur ne s'ennuient pas. 
En outre, il rythme son histoire d'extraits de celles d'Edmond Hamilton, lesquels donnent un aperçu suffisant pour saisir qui était le commandant du Comète.  

Une novella bercée par le souffle de l'aventure, et qui mérite toute notre attention ! 
Et qui s'ajoute à ma liste de lecture du challenge de The Maki alias Yogo
_____________    
1 Vocable désignant une catégorie de western, aussi bien cinématographiques que télévisés, remplis de clichés et reposant sur une « formule » ; rythmés -parfois- d'intermèdes musicaux et chantés. D'où la présence du mot « opéra »

La couverture du Bifrost n°16 est l’œuvre de JWEL, et la très belle peinture qui ouvre cette critique est de Todd Lockwood.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®