Accéder au contenu principal

Grayson 1 à 8 (+ annual #1) (T.Seeley/T.King/M.Janin/S.Mooney/ J.Cox)

…. Que de chemin parcouru pour celui qui n’était sûrement qu’un "avatar" de Boy (Detective Comics #38/avril 1940), le fils adoptif de Tarzan (Tarzan trouve un fils/juin 1939).
Hypothèse d’autant plus valable lorsqu’on connaît la manière de travailler du scénariste Bill Finger & du  dessinateur Bob Kane.

Ainsi Finger s’est-il par exemple largement inspiré d’une histoire du héros de pulp magazines The Shadow, intitulée Partners of Peril devenue The Case of the Chemical Syndicate pour planter le décor de son (depuis devenu) célèbre personnage.
Extrait de Batman anthologie Urban Comics
Du reste, le dessinateur Jerry Robinson (Pour en savoir +) a cité, sans se faire prier, comme source d’inspiration pour la tenue du Boy Wonder, le Robin des bois de l’illustrateur N.C. Wyeth alors qu’incidemment, en mai 1938, Errol Flynn incarnait justement le célèbre justicier de la forêt de Sherwood.
Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ; et le rappel par un film sorti récemment d'une idée que l'on a en tête est somme toute assez banal. 

Si à la fin de 1939 l’éditeur Fawcett procède à un sondage, dont les résultats vont conduire à l’invention de l’un des personnages les plus populaires de ce qu’il est convenu d’appeler l’Âge d’or, et qui montre, ceci expliquant cela, que les lecteurs de l’époque sont surtout des enfants (ce que ne devait pas ignorer non plus à l’époque l’éditeur de Batman) ; et si de mon point de vue l’arrivée de Boy dans la vie de Tarzan & Jane n’est pas étrangère à celle de Robin dans celle de Batman, il convient cependant de ne pas oublier que dès 1932 Dick Tracy, le célèbre détective de comics strips, inventé par Chester Gould, adopte lui aussi un enfant fort débrouillard qui deviendra son filleul : Junior.  
Ibid
…. Bref, si la culture de masse est sans conteste un miroir aux silhouettes, l’ombre portée de leur(s) sources(s) d’inspiration respective n’est pas toujours aussi évidente qu’une analyse rétrospective pourrait le laisser penser. 
Et le secret de ce Watson juvénile n’est donc pas totalement percé à jour. [-_ô]

…. Aujourd’hui, Dick Grayson est une sorte d’agent infiltré, ou d’agent discret sous l’égide d’un duo de scénaristes dont l’un des deux, Tom King, a été agent de la CIA, ce que ne s’est pas privé de faire savoir l’éditeur de la série.

Quant à savoir si l’expérience prime sur l’imagination, pour ma part c’est bien la seconde qui a ma préférence en tant que lecteur de littérature d’évasion.
Surtout qu’il n’y a parfois qu’un pas entre souligner et s’en remettre à l’expérience d’un auteur et, comme cela est déjà arrivé, dénier à certains d’écrire des personnages féminins si elle ne sont pas elles aussi des femmes, des personnages Noirs s'ils ne sont pas afro-américains, voire les aventures de policiers tribaux s'ils n'ont pas de sang amérindien qui coule dans leurs veines (liste non exhaustive).
C’est un très mauvais procès à mes yeux, d’autant que cet argument en plus d’être ahurissant, peut rapidement se révéler à double tranchant en cantonnant les scénaristes féminins à n’écrire que des personnages féminins, et les écrivains afro-américains à n’écrire que des personnages « Blacks », etc.

Une sorte de communautarisme de l’imaginaire.
Grayson #1/Batman Saga n°35
Mais revenons à la série Grayson.

.... L’infiltration et le renseignement sont dans cette série, vus dans leur perspective la plus spectaculaire on est plus proche d’un Ian Fleming sous stéroïdes que d’un Graham Green ou d’un John le Carré.
Malheureusement serais-je tenté de dire, il faut faire preuve d’une bonne dose de volonté pour suspendre son incrédulité face à autant de poncifs et de lieux communs qui jalonnent les péripéties de notre héros.
À cela s’ajoute des digressions (ou ce que je considère comme telles) plutôt incongrues, comme de voir Dick Grayson émoustiller de jeunes étudiantes tel un Tarzan à la 50 nuances de grey (réminiscence de son origine « moi Tarzan, toi Jane » ?).

Les épisodes s’enchaînent sans surprise et sans beaucoup de saveur, jusqu’à ce que justement un numéro sorte du lot.
Cela dit si le fond est somme toute assez commun, les auteurs soignent souvent la forme.
La mise en récit éveille les prémices d’un frison rétinien à plusieurs reprises. 
…. Le numéro en question donc est l’annual #1 (dessiné par Stephen Mooney)

Le personnage principal est une sorte de baratineur à qui on ne la fait pas, et les auteurs utilisent ce trait de caractère pour lui faire raconter des histoires qui donnent un éclairage ludique aux situations qu’il est en train de vivre.

Du reste, l’agence qu’a infiltrée Dick Grayson depuis le début de la série, utilise un artefact hypnotique qui permet à ses agents de dissimuler leurs traits.
Les (fausses) apparences sont ici encore, au centre du récit – toutefois les scénaristes laissent filtrer quelques indices utiles aux lecteurs attentifs pour mener leurs propres investigations – et les histoires que raconte Rock, dont on sait qu’elles sont toutes imaginaires, sont autant d’artifices servant à dissimuler la vérité ou a leur donner un éclairage particulier.
Un très beau tour de force dont je me plais à espérer le voir réitérer plus souvent.
.... Et en effet, sans atteindre des sommets, la série négocie bien le plaisir qu'a suscité cet annual et monte d'un cran dans l'échelle de mon  intérêt.

Je me suis arrêté au numéro 8 (numérotation originale) c'est-à-dire l'épisode qui se trouve dans le Batman Saga n° 43 (traduction de Thomas Davier et lettrage de Stephan Boschat pour l'ensemble de la série) et son cliffhanger a éveillé d'un coup ma curiosité comme jamais depuis le début de la série.

Plutôt prometteur !

(À suivre ....)  

Commentaires

  1. Je me suis arrêté à l'épisode 7, correspondant au premier tome VO. Je n'ai pas eu envie d'aller plus loin. Comme tu le dis, il y a beaucoup de poncifs, et pas beaucoup de surprises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage, le #8 botte bien les fesses à la série. [-_ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®