Accéder au contenu principal

Avengers : Infinty War [Anthony & Joe Russo]

« On est à deux doigts d’y arriver »
Iron Man (alias Tony Stark


••• Amorcée avec Thor : Ragnarok, à une échelle jusque-là jamais vu pour des personnages dont l'humour n'est pas la ressource culturelle première, Avengers : Infinity War tire lui aussi de cette veine humoristique l’essentiel de son pouvoir d’attraction, pendant ses 2 heures 30 d'autonomie. 
Une durée que j'ai pour ma part divisée en deux soirées. Ceci expliquant sûrement en partie cela. 

Un humour qui n'évite ni le grotesque dans le cas de l’acteur Peter Dinklage par exemple, ni le non-sens lors des conversations qui deviennent complétement surréalistes dès qu’un membre des Gardiens de la Galaxie ouvre la bouche.  Mais rassurez-vous, personne ou presque n'y échappe !

Un autre élément joue en faveur d’Avengers : Infinity War, en ce qui concerne ma petite personne en tout cas. Les 2 scénarios dont s’inspire le film des frères Russo, écrits respectivement par Jim Starlin et par Jonathan Hickman pour le marché de la bédé, ne m’ont pas plus laissé de souvenirs que les précédents longs-métrages made in Marvel que j'ai pu voir. Il faut dire que ni Starlin, ni Hickman, ne font pas partie des scénaristes qui me feraient sillonner la galaxie de l'imaginaire collectif à la recherches des comics qu’ils ont écrits, fussent-ils de purs joyaux. 

De l’humour donc, et un méchant qui ne vole pas que les six P#@$e d’%&n]é, mais également la vedette, aux nombreuse autres stars du films. Comme le disait Alfred Hitchcock : « Plus réussi est le méchant, plus réussi est le film ». 

Et la performance de Josh Brolin, malgré la motion capture™, est phénoménale. 
Il réussit à faire passer énormément d’émotion dans cette figure tragique et hiératique, pourtant 100% SFX. 

Il est rare à me yeux, qu’un acteur transcende le personnage originel d’encre et de papier qu’il incarne à l’écran. Certainement parce que j’ai découvert très très jeune toute cette théorie de personnages bigarrés, et qu’au travers de mon regard de gamin, ces super-héros et ces super-vilains, ont acquis quelque chose d’indépassable. Mais pour le coup, le Thanos de Brolin enterre son modèle.

« J'ai une telle maîtrise de mon corps que j'arrive a atteindre l'immobilité absolue, et je deviens pratiquement invisible. Observez ! »
Drax 

••• Or donc, Avengers : Infinity War, sorte de Le Jour le plus long 2.0 en termes de casting, équilibre en sa faveur l’attitude polémique envahissante avec un sens de l’autodérision assassin, qui partout ailleurs aurait anéanti toutes velléités de sérieux auquel il prétend. Car je ne crois pas que ce troisième opus concoure dans la catégorie comédie.
Mais aussi grâce à un personnage capable de transformer en second couteau et en faire-valoir toute une tripotée de personnages dont les épaules sont pourtant assez solides pour régulièrement secouer le box-office, avec des films à leur nom.

Et last but but least, Thanos est devenu un solide rival de Dark Vador. Dont je crois qu'on pouvait dire qu'il était le vilain ultime, catégorie blockbuster franchisé. Un personnage qui soit dit en passant, partage avec Thanos des rapport filiaux tout aussi tendus, mais dont l'apogée serait pour le coup inversée. 

Avengers : Infinity War m'a donc rabibocher avec les long-métrage de super-héros, et indice aggravant, a fait naitre l'envie de voir la seconde partie de cette histoire, prévue je crois pour 2019. Du jamais vu !!!!

Merci Thanos !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…