Accéder au contenu principal

Renouveler ses vœux [Conway/Stegman/Oback]

••• À l'idée de revoir Gerry Conway, l'homme qui a « tué » Gwen Stacy, sur une série estampillée Spider-Man, qui plus est, envisagée sous un jour familial, avait de quoi m'intéresser. 
« Renouveler ses vœux » est un what if ... né lors de Secret Wars, event dont on peut largement se dispenser. Je n'ai d'ailleurs pas lu la mini-série originale, écrite par Dan Sloot, et dessinée par Adam Kubert.
Conway est assisté sur le premier arc de la série régulière, intitulé « Bagarre en famille », par Ryan Stegman aux dessins, et Sonia Oback à la colorisation. La traduction française est assurée par Sophie Watine-Vievard, et le lettrage par Laurence Hingray et Christophe Semal.
Que des professionnels chevronnés. 

Stegman et Oback font, sur ces quatre numéros, un excellent travail.

L'histoire, qui mise presque tout sur une action non-stop, y est particulièrement dynamique. Le dessinateur brille également lorsqu'il s'agit de rendre l'état d'esprit des personnage au travers de leurs expressions. Il n'hésite pas non plus à faire quelques effets de découpages.
On peut d'ailleurs apprécier le travail conjoint du dessinateur et de la coloriste, sur la double page publiée supra.

Gerry Conway montre de son côté un talent pour les récits jeunesses (young adult) que je ne lui soupçonnais pas. C'est d'ailleurs assez cocasse que ma lecture concorde avec l'annonce que l'éditeur IDW allait dorénavant s'occuper d'une collection destinée aux jeune lecteurs Marvel ; dont la première série à sortir sera justement consacrée à Spider-Man. Si je trouve déjà étonnant que Marvel fasse appel à un « concurrent », négliger un scénariste aussi talentueux de Conway, pour son secteur jeunesse, est presque une faute professionnelle. 

D'autant qu'il ne brade pas pour autant son savoir-faire, pas plus que Stegman (comme on peut le voir sur cette page ci-dessus, et les suivantes), quand bien même « Bagarre en famille » s'adresse donc en priorité à un jeune lectorat. Ainsi Conway choisit-il, par exemple, de raconter les trois premiers épisodes selon un point de vue particulier. Ou, tout en faisant preuve d'une pudeur bienvenue, évoque-t-il la vie de couple des époux Parker.  
Tout cela reste néanmoins bon enfant, et je peux assurer que personne n'a été blessé durant cet arc. En parlant d'enfants, il est évident que les deux personnages principaux de cette aventure sont dans l'ordre d'apparition :  Norman Osborn & Anna-May Parker. Si le cas de la fille des Parker est déjà difficile à avaler, celui de Norman Osborne nécessite une suspension volontaire d'incrédulité qui dépasse largement mes moyens.
••• Or donc, malgré le brio dont font preuve Conway, Stegman & Oback (et que j'aimerais voir sur beaucoup plus de séries de la « Maison de Idées »), la trop grande simplicité de l'histoire, et la naïveté un peu trop envahissante des personnages, ont eu raison de ma patience. En d'autres termes, voir travailler ces professionnels a été un réel plaisir, mais ils ne devront plus compter sur moi à l'avenir ; je ne renouvellerai donc pas l'expérience (contrairement à Mary Jane et à Peter).

Cela dit, je suis content qu'une série de cette qualité voit le jour. Elle me paraît être ce qui peut se faire de mieux pour attirer un nouveau lectorat (en culotte courte). Et j'imagine même qu'elle peut assez facilement plaire à des lecteurs adultes ; encore faut-il qu'ils aient gardé leur âme d'enfant.       

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…