Accéder au contenu principal

Les Griffes et les crocs [Jo Walton/Florence Dolisi]

••• Dévoré sur le seul nom de l'autrice, Les Griffes et les crocs, est un roman qui ne laisse pas d'interroger.
En effet, Jo Walton livre ici la version la plus proche de ce que serait un roman sentimental victorien, selon elle. Entendu que d’après Jo Walton, certains postulats du genre sont parfaitement infondés, elle a décidé de les transformer en impératifs biologiques.
D'où cette société de dragons vivant sous la férule d'un Anthony Trolloppe, un des auteurs les plus respectés de l'ère victorienne, auteur notamment de La Cure de Framley. Un roman auquel nous dit Walton, le sien doit beaucoup. 
Évidemment cette autorité est tout ce qu'il y a de conventionnel et de formel, à aucun moment dans Les griffes et les crocs n'est évoqué Trolloppe. J'ai par ailleurs appris son existence si je puis dire, en lisant les remerciements et notes de l'ouvrage de Jo Walton.

Or donc, si Les Griffes et les crocs interroge c'est justement en tant qu'il est un roman sentimental victorien, un genre très éloigné de mes domaines de prédilection habituels, et qu'un fois plongé dedans je n'ai eu de cesse d'en poursuivre la lecture. Certes les personnages sont des dragons dont les mœurs exotiques intriguent (c'est le mot). Bien qu'adoptées par tout une classe de la société anglaise, il n'y a pas si longtemps. Mais l'histoire reste un concentré de romantisme, sensibilité romanesque à laquelle je me croyais allergique.  Shocking!

Et pourtant ça marche du feu de Dieu dragon !  

••• C'est à cela qu'on reconnaît les écrivains qui nous plaisent ; ceux que l'on appelle à part soi, les bons écrivains. 
Ils arrivent à nous faire lire même des histoires sur lesquelles nous n'aurions pas miser un kopeck. De celles dont on se dit qu'on aurait pu passer à côté (en frémissant rétrospectivement) si d'aventure on s'en était tenu à nos a priori.

Bref, Les Griffes et les crocs (éditions Denoël) est un roman fantastique, dans tous les sens du terme, qui vaut son pesant d'or sonnant et trébuchant.

Il se voit donc attribuer un 9 sur l'échelle de Balthazar Picsou©
___________________________
On peut lire une interview très intéressante de l'autrice, mené par Nicolas Winter [Pour en savoir +], ainsi que sa propre critique du roman en question [Pour en savoir +].
Lutin quant à elle, a été séduite [Pour en savoir +].

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un