Accéder au contenu principal

MACNO [Consciences Virtuelles] Ayerdhal

••• En 1997, à la 24ème Convention Nationale de Science-Fiction, qui se déroulait alors à Nancy, le bruit courait que Raymond Audemard (un auteur connu notamment pour avoir écrit sous le pseudonyme maison des Blade, le voyageur de l'infini [Pour en savoir +]) recrutait des auteurs pour une nouvelles collection de SF. Chaque volume devait y être écrit par un auteur différent :
Au sein d'un univers non partagé, symboliquement situé en 2068, les auteurs en question devaient mettre en scène un héros récurrent. Celui-ci, SF oblige, était une I.A., baptisée MACNO. Autrement dit : Magasin des Armes, Cycles et Narrations Obliques ; tout en évoquant aux plus férus d'Histoire, le célèbre communiste libertaire Nestor Makhno.
 Tout un programme, si j'ose dire.

        Commandée par les éditions Baleine, MACNO devait être le pendant science-fictif de leur tête de pont, le détective privé libertaire Gabriel Lecouvreur alias Le Poulpe. Comme leur collection « Van Helsing  » [Pour en savoir +], investissait quant à elle, le quadrant fantastique de la littérature de genre 

Un report plus tard, Raymond Audemard ayant quitté l'aventure éditoriale, c'est Ayerdhal que nous retrouvons aux commandes du premier tome de la série. Charge à lui de planter le décor, dont la bible dit clairement : « En 2068, quelque chose qui est probablement une intelligence artificielle fout le bordel. Elle peut se placer au service de gens qui ont des question à poser ou des choses à remuer », c’est tout et c’est très libre ajoute Ayerdhal.  
Jean-Bernard Pouy figure incontournable du polar français, cheville ouvrière et cocréateur du Poulpe, qui a également lancé l'idée de MACNO renchérit : « Je serais moins présent. Les auteurs, tous des plumes confirmées, disposeront d'une plus grande liberté (que sur Le Poulpe) ». 
On est libertaire, ou on ne l'est pas !

Je précise cependant, que la série Le Poulpe, du temps où Pouy présidait à la sélection des manuscrits, avait la réputation de ne justement pas faire de sélection, et de tout publier. On peut donc légitimement penser qu'avec MACNO nous sommes face à une Liberté Augmentée™. La réalité sera elle, plus cruelle.

En deux ans (janvier 1998 - octobre 1999), la collection MACNO publiera 15 titres, avec des auteurs du calibre de Philippe Curval, Claude Ecken, Roland C. Wagner, et d'autres peut-être moins connus, comme Francis Mizio, dont j'ai dit tout le bien que je pensais de son roman Domo Dingo [Pour en savoir +].

••• Conscience virtuelles, le premier tome de la série s'intéresse plus particulièrement à l'émergence de MACNO. C'est dans ses pages qu'est relatée sa création. Et le moins que je puisse dire c'est que c'est un très mauvais départ.
Dans un entretien au sujet de ladite série, Ayerdhal prend soin de préciser : « Ce n'est pas cyber du tout et d'ailleurs je pense qu'aucun auteur ne travaillera dans ce sens. » et pour ceux qui à l'époque n'auraient pas bien compris : « Même des gens qui auraient des tendances, comme Roland C. Wagner, qui volontiers se laisserait aller dans ce genre de truc ne le fera pas, parce que ce n'est pas le propos. » Dont acte !

Mais justement, le propos, quel est-il ?

Car à part m'ennuyer pendant 150 pages, je n'ai rien trouvé qui vaille la peine d'être relevé. Et si les personnages n'arrivent pas à être aussi ennuyeux que l'histoire, il le doivent à leur inconsistance, ce qui a contrario n'augmente en rien l’intérêt de Consciences Virtuelles.

Reste que ce type de collection, qui finalement donne carte blanche aux auteurs, laisse la possibilité que l'un d'entre eux, voire plusieurs, tire de cette idée pas plus bête qu'une autre, une histoire distrayante. Ça n'a pas été le cas d'Ayerdhal, un romancier pourtant multi-récompensé.

MACNO : Consciences virtuelles, un roman qu'on peut ne pas lire.
Ce qui ne l'empêche pas de s'inscrire au Challenge Summer Short Stories of SFFF – saison4 !
   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un