Accéder au contenu principal

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais on verra qu'Audrey Pleynet a déjà sa propre voix.

Thriller scientifique comme savait en écrire l'américain, Noosphère est pourtant un récit qui dépasse par bien des points ceux de son illustre ainé. Plutôt que de rester confiné au sein d'une équipe réduite, dans un environnement tout aussi limité, le roman d'Audrey Pleynet élargit son propos au monde entier ; même si l'essentiel de l'histoire se déroule en France.
La Noosphère du titre, si elle devient un enjeu mondial, transforme aussi sûrement la planète que si elle apparaissait aujourd'hui dans nôtre univers, et l'autrice n'en fait pas mystère. Elle réussit à inventer un nouveau modèle de société, plusieurs même, digne des meilleurs auteurs de SF. Et à nous y immerger en douceur ; tout en faisant des personnages de son histoire, et des répercussions de la Noosphère, nos préoccupations prioritaires. Difficile en effet, d'en abandonner la lecture pour quelque raison que ce soit.

Captivant, Noosphère l'est aussi grâce à la variété des ambiances et des situations qu'il propose (avec de vrais morceaux de sense of wonder). Une diversité, dont l'énumération tuerai dans l’œuf le plaisir de les découvrir in situ. Donc, ne comptez pas sur moi, mais certains chapitres sont toutefois à réserver à des « lecteurs avertis ». 

••• En conclusion, Noosphère, roman de SF usiné dans la meilleure diégèse, mériterait amplement d'être soutenu par une maison d'édition ayant pignon sur rue, surtout celle de l'Imaginaire.  À défaut il peut l'être directement pas les lecteurs.
Disponible à la vente en version numérique ou, plus traditionnellement en bois mort [Pour en savoir +].

Et si vous n'aimez pas Michael Crichton, passez outre ma comparaison, et faîtes-vous votre propre avis.

L'avis d'Apophis [Pour en savoir +], sur Citoyen+
___________________
Audrey Pleynet a aussi un blog [Pour en savoir +].

Commentaires

  1. Allez, je signe pour Citoyen +. Et si je suis aussi conquis que toi, son roman passera dans ma liseuse

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…