Accéder au contenu principal

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais on verra qu'Audrey Pleynet a déjà sa propre voix.

Thriller scientifique comme savait en écrire l'américain, Noosphère est pourtant un récit qui dépasse par bien des points ceux de son illustre ainé. Plutôt que de rester confiné au sein d'une équipe réduite, dans un environnement tout aussi limité, le roman d'Audrey Pleynet élargit son propos au monde entier ; même si l'essentiel de l'histoire se déroule en France.
La Noosphère du titre, si elle devient un enjeu mondial, transforme aussi sûrement la planète que si elle apparaissait aujourd'hui dans nôtre univers, et l'autrice n'en fait pas mystère. Elle réussit à inventer un nouveau modèle de société, plusieurs même, digne des meilleurs auteurs de SF. Et à nous y immerger en douceur ; tout en faisant des personnages de son histoire, et des répercussions de la Noosphère, nos préoccupations prioritaires. Difficile en effet, d'en abandonner la lecture pour quelque raison que ce soit.

Captivant, Noosphère l'est aussi grâce à la variété des ambiances et des situations qu'il propose (avec de vrais morceaux de sense of wonder). Une diversité, dont l'énumération tuerai dans l’œuf le plaisir de les découvrir in situ. Donc, ne comptez pas sur moi, mais certains chapitres sont toutefois à réserver à des « lecteurs avertis ». 

••• En conclusion, Noosphère, roman de SF usiné dans la meilleure diégèse, mériterait amplement d'être soutenu par une maison d'édition ayant pignon sur rue, surtout celle de l'Imaginaire.  À défaut il peut l'être directement pas les lecteurs.
Disponible à la vente en version numérique ou, plus traditionnellement en bois mort [Pour en savoir +].

Et si vous n'aimez pas Michael Crichton, passez outre ma comparaison, et faîtes-vous votre propre avis.

L'avis d'Apophis [Pour en savoir +], sur Citoyen+
___________________
Audrey Pleynet a aussi un blog [Pour en savoir +].

Commentaires

  1. Allez, je signe pour Citoyen +. Et si je suis aussi conquis que toi, son roman passera dans ma liseuse

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Gannibal [Masaaki Ninomiya / Vincent Marcantognini]

« Fallait [...] que je m'impose, que j'accroche le lecteur avec un truc qui pique, qui fait mal, qui marque. »  Connu pour une série, Chousou no Babel , et une histoire courte, Domestic Happiness , (toutes les deux inédites en France ) dans lesquelles la famille était déjà au cœur de leurs intrigues respectives, M asaaki N inomiya récidive en 2018, dans l'hebdomadaire Manga Goraku de l’éditeur Nihon Bungeisha™, avec sa toute nouvelle série « Gannibal », où une famille donc : Yuki , son mari Daigo , et leur fille Mashiro , s'installe dans le petit village de Kuge .  Une série qui devrait, selon toutes probabilités, se terminer à son onzième tome que vient de commencer son auteur, alors que le septième paraîtra en France en octobre 2021, aux éditions Meian™.  « Ce "truc" , c'était l'Horreur. »              Si « Gannibal », dont le titre ne laisse que peu d'équivoque sur son contenu, s'inspire en partie des Davidiens ; une secte étasunienne qu

Willie le zinzin [Stephen King / Pierre-Paul Durastanti]

« Willie le zinzin », publiée en avant-première mondiale - excusez du peu - dans la 104 eme livraison de la revue BIFROST, est une courte nouvelle d'atmosphère très très réussie. Traduite par P ierre- P aul D urastanti (un gage de qualité), elle est en outre illustrée par le talentueux N icolas F ructus.             En quelques pages seulement, presque un tour de force pour le prolixe auteur, S tephen K ing s'ingénie à brouiller les pistes de son récit pour une chute qui, si elle ne sera pas originale pour qui côtoie la littérature de (mauvais) genre, n'en est pas moins saisissante. Brrrillant !             Les éditions Le Bélial'™ n'en sont cependant pas à leur coup d'essai concernant l'auteur américain. Si mes souvenirs sont bons, la maison d'édition sise sur les bords de la Seine, à Saint-Mammès , a déjà publié dans sa revue trimestrielle deux nouvelles alors inédites en français : La nuit du tigre, et Mauvaise herbe .  Rien moins que de très surpre