Accéder au contenu principal

Fausses pistes [Bruno Duhamel]


Durant 15 ans Frank Paterson Jr. a incarné la célèbre légende de l'Ouest Jake « Wild Faith » Johnson pour le Daily Wild West Gunfight Show®. Remercié, il entreprend un voyage organisé, offert par ses ex-collègues, dans un état de santé qui ressemble assez bien à une dépression.
« L’Ouest n’est plus rapporté à une période de l’histoire américaine; il est une idée dans la tête d’un ou plusieurs personnages » 
Suzanne Liandrat-Guigues & Jean-Louis Leutrat in Western(s)
De l'être au néon
            Commencer un album en plantant son décor dans un spectacle grand public, imitant les célèbres cirques itinérants américains de la fin du XIXe siècle, dont certainement le plus connu a été celui de Buffalo Bill ; est une prémisse éclairante.
En effet, la mémoire collective étasunienne a été sculptée par ses spectacles itinérants, lesquels racontaient la Conquête de l'Ouest™ en des tableaux vivants successifs à des foules nombreuses. Le cinéma s'en est largement inspiré dès lors qu'il a produit des westerns. 
            Façonnés par des hommes comme Buffalo Bill, dont la propre légende avait déjà été tamisée par l'imagination de Ned Buntline, et véhiculée par nombre de « romans à deux sous » ou Dime Novels à sa gloire ; on comprend aisément que la « légende » a rapidement supplanté la réalité. Imprimant pour longtemps dans l'imaginaire collectif un roman national qui fait encore autorité.
Tous contre tous
            Cette excursion touristique à laquelle prend part Frank Paterson Jr. va virer à la satire en tant qu'elle peut être vue comme la transposition d'un des très nombreux forums que l'on trouvent sur internet. Lecture sous influence certes, mais tout y est, ou presque : la modératrice, les tyrans de la repentance, le troll, quelques minorités genrées ou « racisées », et surtout des discussions où chacun vient avec sa vérité (la vieille lune du relativisme est une des pierres angulaires des échanges 2.0). Et où la vieille injonction « d'où parles-tu, camarade ?» n'a jamais été aussi prononcée.
Entre fake news et discours politiquement corrects, le voyages vire - évidemment - au cauchemar. 
Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver
            « Fausses pistes » c'est aussi un voyage où quelques monuments culturels apparaissent en filigrane, en plus de la magnifique vallée homonyme.
Comme dit précédemment, le western paye donc son tribut aux arts circassiens au travers d'une mise en scène qui n'est pas sans rappeler le célèbre règlement de compte d'O.K. Corral, puis bien évidemment, dès qu'il est question des U.S.A., le road trip prend le relais.
Loup Blanc quant à lui m'a évoqué le mystérieux don Juan, mentor du fantasque Carlos Castaneda ; un trickster dans la grande tradition, qui débouche sur l'une des plus belles idées de l'album (qui n'en manque pourtant pas). Une séquence où l'ombre portée de Tony Hillerman se mêle à celles  des mesas du lieu avec discrétion.
Alors que la coolitude de Cochise le Cheyenne (sic) m'a rappelé celle de Crocodile Dundee
Sans oublier l'évocation saisissante de Punishement Park1971, le film de Peter Watkins, à la presque toute fin de l'album.
Le paradigme absent
            Bruno Duhamel m'apparaît ici, en plus d'être un dessinateur très talentueux, comme un digne descendant de nos plus éminents moralistes.
La morale de « Fausses pistes » se définirait par ce que j'appellerais le paradigme absent du logiciel des personnages : i. e. l'humour.
S'ils sont souvent risibles, aucun d'entre eux, mise à part Cochise, n'en fait preuve. Tout pour eux, est éminemment sérieux. Au point d'homicider leurs prochains, voire de mourir pour le prouver.
Et pourtant cette excursion aurait pu prendre un tout autre chemin avec un peu plus d'humour de leur part. Mais on n'aurait pas eu l'occasion cette belle histoire.
So long cowboy!      

Commentaires

  1. Chouette. Une nouvelle BD de Bruno Duhamel. J’adore cet auteur de BD.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er