Accéder au contenu principal

Une Heure-Lumière, hors-série 2021

Quatrième hors-série de la collection « Une Heure-Lumière™ », consacrée aux novellas, celui-ci propose comme de coutume, en plus du catalogue de ladite collection, une nouvelle inédite, qui pour l'occasion est l’œuvre de Greg Egan.
Sous une très belle couverture d'Aurélien Police, l'auteur australien donne à lire certainement l'une de ses nouvelles les plus accessibles. Réputés d'un accès ardu, ses récits reposent en effet sur des concepts scientifiques très pointus dont l'aspect romanesque occupe souvent la partie congrue. 
            « Un château sous la mer » la nouvelle en question, traduite par L'Épaule d'Orion [Pour en savoir +], en plus d'être d'un abord moins intimidant que ce qu'écrit d'ordinaire le natif de Perth (dans l'État d'Australie-Occidentale) et une nouvelle «à chute».
Autrement dit, un épilogue censé changer radicalement la parallaxe qu'on avait jusqu'à maintenant du texte qu'il clôture. La « chute » nous entraînant dans la sensation d'émerveillement sensée être ce qui caractérise la science-fiction du reste de la littérature. Un vertige cognitif qui peut très bien, aussi paradoxalement que cela puisse paraître, s'affranchir du raisonnement.
Et « Un château sous la mer » a eu sur moi cet effet qui peut donc sembler contradictoire avec l'aspect scientifique qu'il développe.
Un texte très facile d’accès donc, mais un épilogue que je n'ai toujours pas compris, et pourtant une satisfaction maximum !
Un texte très recommandé.
            Illustrée par Cedric Bucaille « Un château sous la mer » est précédé de l'habituel éditorial d'Olivier Girard, toujours très intéressants.
Cet édito qui n'échappe donc pas à la règle, s'attarde essentiellement sur un portrait intellectuel de Greg Egan au sein du paysage littéraire hexagonal.
Arrive ensuite le catalogue de la collection, qui propose en sus de chaque couverture dont Aurélien Police est l'artiste attitré, un court résumé, le tout accompagné d'un « blurb », extrait d'une critique d'un blogueurs qui a parlé dudit titre de la collection.
Une attention très touchante d'un éditeur dont la qualité du travail n'a pas vraiment besoin d'être relayé. Ses publications parlent pour lui bien mieux que n'importe quel critique.
C'est d'autant plus sympathique.
Un joli maque-page dédié ficelle ce hors-séries (comme le reste de la collection), qu'on ne trouve pas en version numérique.
Contrairement au reste de la collection ; une politique numérique que Le Bélial'™ mène d'ailleurs de façon très attractive pour les lecteurs.
Publiés à faible tirage, ces HS sont pour ma part très attendus.
Et ce quatrième opus, comme ses prédécesseurs, ne m'a pas déçu.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Vis-à-vis [Peter Swanson / Christophe Cuq]

« Vis-à-vis », de P eter Swanson est, selon son éditeur français, un « thriller psychologique ». Lequel débute par une enquête criminelle dite par interversion. Ou, dans la langue d’ A gatha C hristie, une « howcatchem ».  Autrement dit une enquête où le meurtrier est connu par le lecteur dès le tout début de l’histoire.              On doit cette innovation, qui date quand même de 1912, à R . A ustin F reeman qui le premier l’a utilisée dans un court récit intitulé The Case of Oscar Brodski . L’enquêteur le plus capé dans ce domaine est à ce jour certainement le lieutenant Columbo , de la police de Los Angeles .  Mais « Vis-à-vis » n’est pas sans rappeler non plus le personnage créé par J eff L indsay, dont la notoriété a largement dépassé le cercle des amateurs du (mauvais) genre littéraire grâce à une série télévisée, diffusée durant huit saisons.  Cependant, malgré cet héritage « Vis-à-vis » s’écarte rapidement, et pour n’y revenir qu’à la toute fin, de l’univers policier.