Accéder au contenu principal

Une Heure-Lumière, hors-série 2021

Quatrième hors-série de la collection « Une Heure-Lumière™ », consacrée aux novellas, celui-ci propose comme de coutume, en plus du catalogue de ladite collection, une nouvelle inédite, qui pour l'occasion est l’œuvre de Greg Egan.
Sous une très belle couverture d'Aurélien Police, l'auteur australien donne à lire certainement l'une de ses nouvelles les plus accessibles. Réputés d'un accès ardu, ses récits reposent en effet sur des concepts scientifiques très pointus dont l'aspect romanesque occupe souvent la partie congrue. 
            « Un château sous la mer » la nouvelle en question, traduite par L'Épaule d'Orion [Pour en savoir +], en plus d'être d'un abord moins intimidant que ce qu'écrit d'ordinaire le natif de Perth (dans l'État d'Australie-Occidentale) et une nouvelle «à chute».
Autrement dit, un épilogue censé changer radicalement la parallaxe qu'on avait jusqu'à maintenant du texte qu'il clôture. La « chute » nous entraînant dans la sensation d'émerveillement sensée être ce qui caractérise la science-fiction du reste de la littérature. Un vertige cognitif qui peut très bien, aussi paradoxalement que cela puisse paraître, s'affranchir du raisonnement.
Et « Un château sous la mer » a eu sur moi cet effet qui peut donc sembler contradictoire avec l'aspect scientifique qu'il développe.
Un texte très facile d’accès donc, mais un épilogue que je n'ai toujours pas compris, et pourtant une satisfaction maximum !
Un texte très recommandé.
            Illustrée par Cedric Bucaille « Un château sous la mer » est précédé de l'habituel éditorial d'Olivier Girard, toujours très intéressants.
Cet édito qui n'échappe donc pas à la règle, s'attarde essentiellement sur un portrait intellectuel de Greg Egan au sein du paysage littéraire hexagonal.
Arrive ensuite le catalogue de la collection, qui propose en sus de chaque couverture dont Aurélien Police est l'artiste attitré, un court résumé, le tout accompagné d'un « blurb », extrait d'une critique d'un blogueurs qui a parlé dudit titre de la collection.
Une attention très touchante d'un éditeur dont la qualité du travail n'a pas vraiment besoin d'être relayé. Ses publications parlent pour lui bien mieux que n'importe quel critique.
C'est d'autant plus sympathique.
Un joli maque-page dédié ficelle ce hors-séries (comme le reste de la collection), qu'on ne trouve pas en version numérique.
Contrairement au reste de la collection ; une politique numérique que Le Bélial'™ mène d'ailleurs de façon très attractive pour les lecteurs.
Publiés à faible tirage, ces HS sont pour ma part très attendus.
Et ce quatrième opus, comme ses prédécesseurs, ne m'a pas déçu.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er