Accéder au contenu principal

Prophecy [Tetsuya Tsutsui / David Le Quéré]

« Prophecy », un thriller en 3 tomes, a une histoire éditoriale singulière puisque Ki-oon™, l'éditeur français, l'a expressément commandé au mangaka Tetsuya Tsutsui.
« Je suis un fervent lecteur de Dostoïevski, et notamment j’adore son livre Crime et Châtiment dans lequel les personnages principaux sont tous des déclassés, des moins-que-rien. »  
            Inspiré par la tuerie qui a eu lieu en 2008 au cœur du quartier d'Akihabara, à Tōkyō, le manga « Prophecy » s'en démarque en complexifiant les actes de Paperboy, et ses motivations, par rapport à ceux de Tomohiro Katō, le meurtrier du 8 juin. De la tuerie en question, ne restera tout au plus qu'un événement lisible dans le deuxième tome. 
En effet si « Prophecy » s'inspire de notre quotidien, sa mécanique scénaristique est si précise, si méticuleuse, et si proactive, qu'il ne fait aucun doute qu'on se trouve dans une œuvre de fiction.
Toutefois, l'emballement que les « réseaux sociaux » y génèrent, ne doit rien à la fiction. Comme peut s'en rendre compte quiconque s'y risque, même en simple visiteur.
Si Tesuya Tsutsui part d'un fait divers, et si « Prophecy » peut bien entendu questionner la société dans laquelle nous vivons, il s'agit d'abord et avant tout d'un divertissement.
            Ainsi la manière dont l'auteur nous manipule, notamment en révélant l'origin story de Paperboy, dans une tentative de modifier notre opinion, révèle le storytelling à l’œuvre. 
Il y a clairement une volonté de nuancer ses personnages de la part de Tetsuya Tsutsui ; tout comme il ne s'agit pas pour lui de condamner l'utilisation de l'Internet®. Notamment parce que justement son travail y a été repéré par l'éditeur hexagonal Ki-oon™, bien avant qu'il ne soit publié au Japon
Mais en faisant cela, le mangaka oriente notre opinion.
Entre les mains d'un conteur de talent, comme peut l'être justement Tetsuya Tsutsui, peu de lecteurs peuvent garder leur libre-arbitre.
Raconter une histoire c'est, en premier lieu, manipuler ceux à qui elle s'adresse.
            Vu comme cela, il y a donc un parallèle entre Paperboy et son créateur Tetsuya Tsutsui.
Tous les deux avancent de conserve, l'un manipulant ses followers et le Département Anti-Cybercriminalité, l'autre ses lecteurs.
Et tous les deux avec autant de savoir-faire et de talent l'un que l'autre.    
            Thriller dont le moindre des atouts est de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, « Prophecy » est aussi, me semble-t-il, une histoire de revanche qui imite néanmoins la vie des japonais dans ce qu'elle a de plus réelle. Et de plus dure.
Si comme je l'ai dit, « Prophecy » est bien trop écrit pour n'être qu'un documentaire, le temps de trois tomes Tetsuya Tsutsui réussi à nous le faire croire. 
Victoire par ippon !

Commentaires

  1. Cette série de billets sur Tsutsui Tetsuya propose une plongée pour le moins stimulante dans son œuvre; tu réussis à en extirper le tissu thématique et la matière qui serpentent au sein des histoires pour en offrir un éclairage tout à fait personnel dont l'enthousiasme est communicatif. Je ne m'étais pas penché sur cet auteur mais je vais me plonger dans Manhole et Poison City à la première occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découvert je ne sais plus comment, et ce qui m'a d'abord attiré c'est la brièveté de ses histoires. Puis de fil en aiguille je me suis replongé dans ce pan de la BD mondiale avec plus de plaisir que je n'aurais cru.

      Reste que « Noise » sa dernière série m'a moins emballé, c'est moins maîtrisé si je puis dire. Il me semble qu'il dit n'avoir pas décidé de la fin dès le départ de son projet.
      Et je trouve que ça se ressent.
      Même si ça reste pas mal du tout.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er