Accéder au contenu principal

Manhole [マンホール] Tetsuya Tsutsui

J'ai brièvement évoqué cette trilogie au moment où j'ai publié un commentaire™ sur Poison City [Pour en savoir +], puisque les deux tomes de cette dernière était une réponse à la censure dont avait fait l'objet « Manhole ».
          Jusqu'à maintenant Tetsuya Tsutsui privilégie les histoires courtes, dont évidement « Manhole », disponible en seulement trois tomes chez ki-oon™.
Cette relative singularité chez un mangaka, donne à lire des récits très denses. 
            Ainsi « Manhole » commence comme un polar : un
homme, entièrement nu, meurt subitement au milieu de la rue marchande de la ville de Sasahara.
Très rapidement l'enquête va s'orienter dans la direction d'un étrange individu, dont les motivations sortent de l'ordinaire.
Alors qu'en même temps, à l'insu de tous, la cause de la mort de Yoshito Horikawa dans la rue marchande, prend elle aussi une direction pour le moins inattendue.
            Ces deux idées suffiraient déjà largement à contenter n'importe quel lecteur exigeant, mais Tesuya Tsutsui ne va pas s'arrêter en si bon chemin. 
Outre un arrière-plan de la société japonaise qui n'a rien d'anodin, Tesuya Tsutsui multiplie les rebondissements, tout en construisant des personnages qui le lui permettent.
Chacun apporte sa propre personnalité, lesquelles créent un lien plus ou moins fort avec le lecteur. Avec pour résultat une implication accrue avec ce qu'on lit. 
« Manhole » est une histoire haletante et imprévisible, qui n'aurait certainement pas eu le même déroulement avec des personnages différents.
            Manga particulièrement généreux pour qui s'y plonge sans retenue, « Manhole » ne ménage pas ses effets. Ni ne joue la montre en dilatant exagérément son intrigue.
Ça va vite certes, mais jamais au détriment d'un approfondissement des personnages. Les nœuds dramatiques les construisent au fur et à mesure qu'ils les dénouent. 
« Manhole » littéralement « plaque d'égout », est traduit par GB One, qui se charge aussi de l'adaptation graphique, et adapté par Ahmed Agne & Cécile Pournin pour ki-oon™.
Tetsuya Tsutsui est un auteur à découvrir si ce n'est déjà fait !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service