Accéder au contenu principal

Black Hammer (Lemire/Ormston/Stewart/Klein)

Ultra-référencée, pensez que dans le sixième numéro deux personnages prénommés respectivement Len & Bernie apparaissent (brièvement) dans une histoire de maison hantée et de créature née dans un marécage, Black Hammer fonctionne plutôt bien jusqu'à maintenant (j'ai lu les six premiers numéros).

Si le point de départ de l'intrigue principale n'a pratiquement pas avancée, Jeff Lemire réussi pourtant à rendre captivant chaque numéro.
Dean Ormston, son dessinateur n'est pas pour rien dans cette réussite. Son style que je qualifierais de vintage (manière d'allier le fond et la forme), est mis en récit par un storytelling très moderne dans la mesure également, où il s'adapte à son sujet. 
Et ce mariage de la carpe et du lapin fait merveille. Dave Stewart le coloriste de la série (et qu'on ne présente plus) ajoute sa palette à une ambiance qui souffle le chaud et le froid, mais de manière toujours juste. 
Todd Klein enfin, apporte sa science du lettrage à une entreprise déjà fort bien pourvue en termes de talent.

.... Toutefois, Jeff Lemire, en imaginant son intrigue, du moins sa prémisse, ainsi que dans la manière qu'il a d'utiliser des personnages très référencés, amène tout un pan de la fiction, qui nécessite d'ordinaire une suspension volontaire d'incrédulité très forte, dans le champ de la réflexion. Qui elle, n'en demande pas tant.
En d'autres termes, ce qu'il a construit avec Ormston & Stewart (à partir de l'histoire de la BD étasunienne elle-même, du moins les personnages les plus connus de son versant mainstream) et qui fait appel à un plaisir enfantin, risque de ne pas passer - sans pertes ni fracas - les portes d'un méta-discours dont l'ombre portée est omniprésente.
Tant qu'on est dans l'expectative, je trouve que ça marche du feu de Dieu. Mais lorsqu'il devra se frotter aux travaux pratiques, dépasser l'aspect ludique - ce vers quoi je trouve qu'il tend (?) - et somme tout un peu vain de la citation, tout en façonnant un récit à la hauteur de ce que j'en attends, ne risque-t-il pas d'accoucher d'un pétard mouillé ?

Vu la qualité de ce qui a paru j'ai tendance à lui accorder ma confiance, mais il n'en reste pas moins que la barre est très haute, et qu'on tombe d'autant plus durement qu'on est monté haut.


(À suivre ....)    

Commentaires

  1. Autant la production super-héroïque du scénariste ne m'intéresse pas outre mesure à l'exception de Moon Knight, autant le mélange entre la veine rurale existentielle de sa production indépendante et un mystère qui puise dans le decorum rétro-héroïque a de sérieux atouts à faire valoir, en plus d'être visuellement travaillé en conservant cette dualité. Lecture prévue dans les semaines à venir avec la sortie du premier TPB.

    RépondreSupprimer
  2. Pour le moment, Black Hammer se démarque des séries super-héroïques. Jeff Lemire dépeint un environnement rural où d'anciens métahumains doivent continuer à vivre bon gré mal gré une existence normale, alors qu'ils sont taraudés par leurs différences : une femme dans le corps d'une petite fille, un extraterrestre qui éprouve des sentiments pour un terrien... Je n'en dirai pas plus, de peur de spoiler, mais le tissu narratif me plaît beaucoup. J'espère que ce parti-pris intimiste perdurera encore longtemps.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, j'avais raté ce billet... Heureusement, j'ai pu faire du rattrapage avec le lien que tu as inclus dans ton article sur Starman.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er