Accéder au contenu principal

SPLIT (M. Night Shyamalan)

.... Des sources près de l'enquête, n'hésitent pas à citer Billy Milligan comme première source d'inspiration de M. Night Shyamalan pour le personnage principal de SPLIT.

Décédé en décembre 2014, Milligan avait été arrêté à la fin des années 1970 suite à l’enlèvement et au viol de trois étudiantes de l'Ohio State University. Un criminel pour le moins atypique, puisqu'on aurait diagnostiqué chez lui un cas extrême de trouble de la personnalité multiple.
Daniel Keye, romancier notamment connu pour son livre Des fleurs pour Algernon, l'a rendu très célèbre en écrivant deux livres sur lui.
Une célébrité qui avait par ailleurs attiré l'attention de James Cameron, au point qu'il avait développé un scénario, dont John Cusack devait être l’interprète principal.
Mais suite à divers reports & problèmes - dont une plainte de Milligan, associé de près au développement du projet - celui-ci ne verra jamais le jour. 
.... Maître du twist final - dont il a fait une véritable marque de fabrique - plus ou moins tombé en disgrâce, M Night Shyamalan a de nouveau fait parler de lui en réalisant un joli carton au box-office avec son précédent long-métrage (THE VISIT). Du moins par rapport à l’investissement initial.

Ce n'est rien de dire que SPLIT est tout aussi réussi. 

James McAvoy y est bluffant, tout comme Betty Buckley dans le rôle du docteur Karen Fletcher. Le réalisateur instille un climat de malaise et de tension particulièrement lourd, et a parfaitement réussi à me faire prendre des vessies pour des lanternes. 

Flippant jusqu'au bout ...... ou presque.

En effet, M Night Shyamalan qui dit faire très attention au montage de ses films, aurait - de mon point de vue - dû éviter l'ultime scène. Ou plutôt la dernière réplique. 
Si le film n'avait pas été aussi bon tout du long, elle aurait d'ailleurs pu l'anéantir. Ça ressemble méchamment à un pet foireux et puant que le cuisinier vient lâcher à la fin de l'excellent repas qu'il vient de vous servir. Ça ne se fait pas !

Mieux vaut en effet s'arrêter à la scène du véhicule, et à la réplique de l'agent de police féminin. Glaçant !
En dehors de cet étrange choix, SPLIT tient toutes les promesses d'un très bon thriller.

Commentaires

  1. Je partage ton appréciation du film et notamment de cette fin à côté de la plaque.

    En succombant à un gimmick répandu, Shyamalan pêche un peu par orgueil en voulant rattacher artificiellement son film à une partie de son corpus alors qu'il avait réussit à conclure son intrigue de fort belle manière lors d'une scène précédente. En revisitant le procédé qu'il affectionne -- contrairement à ce que j'ai pu lire, il me semble que le réalisateur met davantage en oeuvre le plant/payoff plus que le traditionnel twist puisqu'il prépare le terrain avec les flashbacks --, Shyamalan réussit un renversement thématique vertigineux à l'attendue conclusion heureuse. C'était là qu'il fallait donner le clap de fin, sur le dernier plan de l'adolescente assise dans la voiture de police, interdite, pas sur ce rajout à l'intérêt limité qui n'augure rien de bon après tant d'années.

    L'autre faiblesse (relative) du film, c'est d'avoir monté en épingle au sein du scénario ce qui ressemble à un coup marketing avec ce concept d'un corps partageant 23 personnalités alors que l'histoire n'en montrera jamais qu'un tiers. ça ne diminue en rien la bonne tenue de l'histoire et l'excellente interprétation du trio d'acteurs principaux, mais on aurait pu se passer cette "esbroufe".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. - ATTENTION SPOILER -

      Pour l'histoire des 24 personnalités montée en épingle, je suis passé à côté puisque je ne regarde aucun "trailer" B-A, etc.

      Pour les "pay-in/pay-off", c'est en effet redoutable, et ça participe aussi au twist final (je ne parle pas de l'apparition de qui-tu-sais)

      Enfin pour cette séquence, M. Night Shyamalan a peut-être une idée derrière la tête ? Ou alors il s'agit d'humour ?

      Supprimer
    2. Le réalisateur avait bien une idée derrière la tête a priori avec cette séquence puisqu'il a depuis confirmé que son prochain projet portera sur la suite du film auquel il fait référence (un autre acteur du premier film a également mentionné en interview avoir discuté avec le réalisateur de ce projet).

      Supprimer
  2. Pas encore vu, il ne passe en VO dans mon cinéma que prochainement.

    Pour l'affaire Mulligan/Cameron, le livre " James Cameron l'odyssée d'un cinéaste " sorti vendredi dernier revient sur la chose avec un peu plus de détails ( sans trop approfondir la chose, le livre étant surtout centré sur la vie pro de Cameron plus que sur une analyse dure de ses projets).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je lirai ton avis sur Split avec intérêt, si jamais tu en parles sur ton blog.
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er