Accéder au contenu principal

Séries en série (S01-E03)


- APB : (S01-E01)

.... Série qui sur les brisées du long-métrage Robocop et d'un article intitulé Who rules the street of New Orleans (de David Amsden) extrapole la privatisation de la police.

Suite à une agression un ingénieur & homme d'affaire milliardaire (l'archétype du self-made-man) propose le projet de privatiser l'un des commissariats de la ville (emblématique pour le coup) de Chicago
S'il n'y a pas pour l'instant de cyborg, l'un des personnages principaux s'appelle Murphy.

J'ai suivi ce premier épisode essentiellement pour le jeu et la personnalité du milliardaire Gideon Reeves (alias Justin Kirk), le reste ne m'a pas particulièrement donné envie de voir la suite. 

À noter qu’apparaît dans la série une « appli » bien pratique ; ces programmes de smartphones viennent de plus en plus s'immiscer dans les scénarios. 
La bédé étasunienne Ant-Man de Nick Spencer par exemple en fait l'un de ses ressorts narratifs. Idem pour la série (toujours de BD) à paraître Youngblood.

Jason Momoa semble très impliqué dans ce projet.

- Frontier : (S01-E01)

.... Cette série, au titre programmatique suit les aventures de Declan Harp (qui n'est pas sans rappeler le Natty Bumppo de James Fennimore Cooper) en train d'affronter l'Hudson Bay Company qui s'est octroyée le monopole du commerce des fourrures, semble assez intéressante.

Si le scénario vu au travers de ce premier épisode apparaît cousu de fil blanc, l'interprétation et les personnages m'ont bien accrochés. 
Incidemment la série Taboo traite (d'une manière différente) aussi d'un monopole ; celui de la Compagnie des Indes orientales  auquel s'oppose un autre héros en rupture de ban. 
Tout aussi ensauvagé que Declan Harp (mais plutôt par l'Afrique). 


- Shut Eye : (S01-E01+02)

.... Mais la belle découverte c'est Shut Eye

Biotope original : celui des médiums, diseuses de bonne aventure et autres astrologues.
Des personnages qui en ont sous la semelle.
Des acteurs assez époustouflants. 

Mention particulière à Isabella Rossellini en matriarche d'un clan de gitans et à KaDee Strickland en épouse sacrément couillue (si vous me passez l'expression). 
Jeffrey Donovan est excellent aussi. Ainsi que David Zayas qui est plutôt je crois un acteur de second rôle, mais dont la présence me fait toujours de l'effet. 

C'est original, assez violent, et surtout joliment écrit. 
Le don de Charlie Haverford est - pour l'instant - très très bien exploité, 
D'autant que tout un lot de personnages entoure le noyau dur de la série, très susceptibles de prendre de galon. Et qui en attendant mouline avec entrain de la diégèse.  

Ma série « coup de cœur ». [-_ô]


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er