Accéder au contenu principal

Howard le canard (Marvel/Hachette)

Contient les back-ups de Giant-Size Man-Thing #4-5, Howard the Duck #1-8 & 16 + des extraits d' Adventure Into Fear #19 et de Man-Thing #1
 _______________
••• Le 80ème tome de la collection Marvel comics la collection de référence diffusée par Hachette dans le réseau presse, est consacré à Howard le canard.
Et pour le coup, il s'agit d'une édition comme je les aime. Autrement dit la volonté de faire découvrir ce personnage plutôt méconnu de ce côté-ci de l'Atlantique, est pleinement assumée et parfois de façon audacieuse.

Ainsi après une préface de Marco M. Lupoi, on est plongé in medias res dans le Man into Fear n°19. 
L'expression latine n'a jamais été aussi justifiée qu'ici, puisqu'il s'agit d'un extrait de ce dix-neuvième numéro (celui où apparaît justement Howard the Duck), et seulement les pages qui le concerne. Puis, sans transition apparente suivent des pages du Man-Thing n°1. 
Je crois d'ailleurs que le passage d'un numéro à l'autre restera invisible à ceux qui n'ont pas les numéros en question sous les yeux. De l'audace disais-je.
Mais, la rédaction de ce recueil a décidément bien pensé la chose puisque un court texte nous explique le pourquoi du comment qui précède ces pages. 
Le soin y est poussé jusqu'à mettre cette explication sous une forme plutôt ludique (que je vous laisse découvrir).
Ça commence bien !

On enchaîne ensuite sur 2 histoires courtes parues en complément de la série régulière consacrée au Man-Thing (n°4 et 5). 
Là aussi le choix est judicieux, d'autant qu'il permet de mettre les projecteurs sur le talent du créateur d'Howard : Steve Gerber. Et sur son originalité, même en regard des années 1970 qui n'ont pas été avares dans ce domaine, qui apparaît avec la très bonne idée d'inclure le seizième numéro de la série régulière, sur lequel revient d’ailleurs Marco M. Lupoi dans sa préface. Un numéro à tout point de vue extra-ordinaire.
Il y a là encore, la volonté manifeste de faire de l'édition et non pas seulement de la publication. Félicitations !

Et on termine par du paratexte sur Gerber & Howard, non sans oublier de mentionner le plat de résistance de ce - décidément très très bon recueil - les huit premiers numéros de la série régulière qui a été dédiée au plus turbulent canard de la Marvel (avec les couvertures originales).

       Une belle réussite dont le mérite de l'édition  revient donc - je suppose - à Béatrice Capelle (directrice éditoriale), Sophie Landais (responsable de projets), Éléonore Doosterlinck (assistante d'édition), Charlotte Borelle (Chef de projet) ... et bien sûr Benjamin Viette (MAKMA) pour la traduction, et Stéphane Boschat (MAKMA), Cyril Bouquet & Sabine Maddin pour le lettrage. 
Je citerais pour finir Pascal Vautier & Amandine Apelbaum, tous les deux à la fabrication, qui le mérite également, tant il semble que le soins apporté à cet édition (la facture comme on dit) a aussi été l'objet d'une attention particulière.
Et tout cela pour 12,99 € !
_____________
Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur Howard & Steve, j'ai écrit plusieurs commentaires sur ce blog dont ils ont été l'objet, ainsi que sur l'édition francophone de cette série paru au Québec.
Il suffit de cliquer sur "Howard the Duck" et "Steve Gerber" dans les libellés pour y accéder.

Bonne lecture

MISE À JOUR : Je soulignais le beau travail de cette édition, notamment l'utilisation des pages extraites de la série Man into Fear & Man-Thing pour introduire Howard de façon intuitive, croyant qu'il s'agissait d'une décision de l'édition française.
Sans rien enlever aux félicitations que j'adressais à l'équipe éditoriale, il semble bien que cette édition bénéficie surtout du savoir-faire de Hachette Partworks Ltd qui propose cette collection dans plusieurs pays. Dont acte !

Commentaires

  1. Enfin une édition française d'Howard the Duck. Dommage que Panini ne fasse aucune communication dessus. Par contre, impossible d'en trouver un exemplaire en kiosque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la diffusion n'est pas très étendue. Le cas échéant tu peux passer par ce site :
      https://www.hachette-collections.com/commander-un-numero/votre-choix.htm?id_collection=177

      Menu déroulant pour choisir le numéro, pas besoin d'ouvrir un compte et livraison en une dizaine de jours (+ ou -).

      [-_ô]

      Supprimer
    2. Un grand merci. Ma commande vient de partir. J'en ai profité pour prendre le Black Panther de John Romita Jr. Et bravo pour vos écrits.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er