Accéder au contenu principal

Carnage (Gerry Conway/Mike Perkins) 1-10

SPIDER-MAN UNIVERSE n° 2 : CARNAGE 
Trimestriel, 5,70 EUR, 120 pages
Bienvenue dans le nouvel univers Marvel ! Gerry Conway, le légendaire scénariste des aventures de Spider-Man, revient avec une série consacrée à Carnage, dessinée par Mike Perkins. 
________________
(Contient les épisodes U.S. Carnage (2016) 1 à 5 + All-New, All-Different Point One (IV))
Sortie le 17 juin 2016

.... Si le scénario du Spider-Man Universe n°2 ne casse pas trois tentacules à Cthulhu, l'histoire quant à elle sort plutôt bien son épingle de la poupée vaudou du tout-venant « marvelien » grâce au travail des fondamentaux par le scénariste en titre.
Back to the basics

.... Des personnages bien campés à la personnalité affirmée, et suffisamment nombreux et hétérogènes pour permettre un florilège d'interactions (sous-entendu intéressantes) ; un storytelling qui ne ménage ni les rebondissements, ni les surprises ; des dialogues à  « caractère informatif » et des punchlines décalées et « rigolotes ». Des surprises qui le cas échéant peuvent aussi se transformer en suspense, pour quiconque a un plan à jour de la Maison des Idées.

Gerry Conway - un ancien du gaz - qui n'est manifestement pas là pour monter une usine fonctionnant avec ce combustible prouve s'il en était besoin qu'il n'y a pas de mauvais personnages.
Et La Survivante est en tout cas la preuve (encore ! Ce n'est plus un commentaire, c'est une liste de pièces à conviction ma parole) ; la preuve disais-je que le rayonnement qu'a le « reclus de Providence » sur l'imaginaire contemporain est inversement proportionnel à la notoriété qu'il avait de son vivant.

Tout en lisant cette « saga complète » , l'éditeur transalpin propose d'ailleurs une nouvelle acception de cette expression où complète est le synonyme de à suivre et non pas qui se suffit à elle-même, or donc en lisant La Survivante (titre de l'arc narratif ou saga complète en question) je me faisais le réflexion que Carnage est un peu l'équivalent d'un tueur en série, et qu'il a été inventé peu de temps après l'acmé cinématographique du phénomène, à savoir Le Silence des agneaux. Vue de l'esprit ou véritable influence ?
Difficile de trancher (si je puis dire).
Christian Grasse continue son travail de subversion au sein même de l'entreprise qui l'emploie ; ainsi n'a-t-il pas peur de nous annoncer à nous lecteurs dans son éditorial que « nous sommes officiellement entrés dans le statu quo All-New All-Different Marvel Univers ! ». 

Le statu quo, vraiment ? 

Voilà une bien singulière manière d’appâter le lecteur. 

Une petite pétouille de traduction (décidément madame Watine-Vievard va finir par croire que j'ai décidé d'en faire ma tête de turc) : « West Viginia » dans la V.O (#2) qu'il me semble plus juste de traduire par « Virginie-Occidentale », devient pour le coup dans ce numéro « l'ouest de la Virginie ». Rien de bien grave cela dit. 
.... En résumé, un numéro bien sympa qui outre un divertissement de bon aloi, m'a permis de réviser mes connaissances en langues étrangères, sans oublier de peaufiner ma langue maternelle et de continuer vaille que vaille de croire dans le genre humain en constatant qu'il est encore possible de s'amuser en lisant des éditoriaux (et une fort sympathique série).
______________
.... Ce mois-ci est sorti la suite des aventures de Carnage (dans le Spider-Man Universe n°5 au prix de 5,60 €).

Conway, bien conscient des limites du matériau qu'on lui octroi utilise toutes les ficelles à sa disposition (effets de texte) pour raconter son histoire : flashback, ellipse, narration parallèle et surtout coup de théâtre - sans oublier de soigner ses personnages - pour un résultat qui induit automatiquement du rythme, du suspense et de l'ambiance.  

Si on n'est guère surpris, Gerry Conway ne réinvente rien qui ne soit déjà connu, la tournure des événements réserve son lot de surprises.

Mike Perkins & Andy Troy, respectivement aux dessins et à la couleurs ne démérite pas non plus.

Pour preuve cette planche d'une efficacité redoutable :

La mise en récit séquentielle est ici encore renforcée par le travail du lettreur* - Joe Sabino - qui donne de la texture au son :

- Le BOOM en légère transparence signifie l'éloignement.
- Son lettrage donne l'impression dans une sorte parallélépipède, quelque chose de fabriqué.
- Celui du bruit du moteur imprime le mouvement.

.... Bref une deuxième salves d'épisodes tout aussi réussie que la première, pour une série qui s'en sort plutôt pas mal.

__________
*Le lettrage français est fait par Laurence Hingray & Christophe Semal.
La traduction est de Sophie Watine-Vievard


(À suivre .....)   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er