Accéder au contenu principal

The Jungle Rot Kid on the Nod (2)

Burne Hogarth - Tarzan

... Moi je suis le seul putain d'homme libre au monde ... je vis dans l'anarchie totale, dans les arbres .. les gosses et tout un tas d'adultes (soi-disant) rêvent du Trip du Gros Arbre : se balancer au bout des lianes, en liberté, survivre par le poignard, selon le code informel de la jungle...
... Ce vieux Morphodite de Lord Bromley-Rimmer dit :
... - Ma choute, cette Anarchie, c'est bien un de ces nouveaux États africains, non ?
... C't enfoiré de Fils de la Jungle gueule dans la Chambre des Lords comme il le fait quand il appelle Sam Tantor l'éléphant à la rescousse pour le sortir de son merdier ; il lâche à ces connards au sang bleu :
... - J'en ai satyagraha, au sens ancien du sanscrit original, c'est-à-dire ras-le-cul, vieilles tantouzes ! J' me barre. Tchao. Je retourne au Continent Noir .. ces sheiks du désert se sont tirés encore une fois avec Jane. Le sang va couler..
... Fondu enchaîné. Lord Materfutter et sa tronche de spectre bandant crache son souffle parégorique : 
... - Vise un peu son slip en peau de léopard, c'est ça la rançon de la gloire ? coupure/
... Ceci est extrait du journal de John Clayton qu'il a rédigé en français dieu sait pourquoi.. Sacrebleu ! Nom d'un con ! (1) Alice est morte, qui me fera des pipes désormais ? Le gosse braille, il ne ressemble en rien aux rejetons bruns, aux yeux gris et aux traits fins, issus de ces nobles familles anglaises, celles qui ont débarqué avec Guillaume le Bâtard et ses Têtes Carrées à la con sur le sol de la perfide Albion. Y a plus de lait pour lui, y a plus de cul pour moi, je voudrais bien retourner à Norfolk, chez moi double coupure//

(1) En français (?) dans le texte.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un