Accéder au contenu principal

Defying Gravity




ANTARÈS

En grec ancien Antarès veut dire rival d'Arès, où Arès est l'équivalent du dieu romain de la guerre : Mars.                                                                          

... La série télévisée avortée (sic) Defying Gravity (alias Mission Antarès) s'organise autours de flashbacks qui prennent appuis sur  le présent de la série, c'est-à-dire le déroulement de la mission proprement dit (2052).  

- Flashback n°1 : Cinq ans auparavant lors de la première année de sélection.
- Flashback n°2 : La mission Calliope sur Mars (2042).
- Flashback n°3 : En 2005

L'ordre des flashbacks donné ici n'a d'autre usage que la compréhension par le lecteur du présent billet.




... S'il est paradoxal de vouloir construire une équipe soudée en effectuant une sélection draconienne en en opposant les candidats, l'équipage de l'Antarès bénéficiera heureusement ensuite d'un fort tempérament en la personne de Maddux Donner pour nouer une trame solidaire (du moins dans un premeir temps) : c'est l'application du principe de Gulliver (une infinité de petits liens - les membres de l'équipage - peut entraver le géant - l'échec de la mission -) en vue d'obtenir l'Aubaine chère à Proudhon. Autrement dit, jouer collectif dans un monde devenu avant tout connectif.

   
Nous sommes ce nous faisons de ce que les autres ont essayé de faire de nous.
Jean-Paul Sarte
... Au début du 21ième siècle, Michel Serres a forgé le néologisme hominescence ; un terme qui se voulait à la fois le résumé des innovations évolutives que l'homme a connues depuis 1945 : libération des corps de la maladie, de la malnutrition ou du vieillissement, mise en réseau des hommes et de leurs connaissances, invention de la bombe atomique qui menace dés lors l'humanité entière ; et aussi le résultat de cette évolution : une nouvelle manière  en quelque sorte de poursuivre l'aventure humaine.


Si comme l'a dit Neil Armstrong mettre le pied sur la Lune a été un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l"humanité ; l'hominescence suppose un véritable bond : "Les cinquante dernières années résument l'essentiel du bouleversement subi par l'humanité à partir d'un état antérieur qui s'est étiré sur des millénaires" Michel Serres au micro de France Inter le 14/09/2001.


Si le terme hominescence est construit sur la désinence "escence" soulignant un début, un processus de bouillonnement ; elle va lors de la mission Antarès avoir une poussée de croissance fulgurante déclenchée par un Cygne Noir (Cf la source audio sur le lien). Car croyez-le ou non, Defying Gravity est un saisissant exposé de l'hominescence de Michel Serres (du moins telle que je l'ai comprise).



... Science-fiction, politique, économie, métaphysique, relations humaines, ambitions, rêves, amour(s), religions, psychanalyse Defying Gravity administre tous ces éléments (à des degrés divers) avec un certain savoir-faire.

Les personnages ne laissent pas indifférents et les nombreux allers-retours entre les différentes "époques" construisent un captivant puzzle. Las, la série n'ira pas plus loin que le treizième épisode laissant de fait toutes l'intrigue en suspend. Aucune question soulevée ne trouvera de réponse satisfaisante ou/et complète.


Ce n'est pas le Pérou pensez-vous.

Certes, mais le voyage de l'Antarès vers Vénus vaut cependant le détour de ses treize épisodes, il suffit simplement de s'attendre à rester le bec dans l'eau.


Poekhali ! (Youri Gargarine le 12 avril 1961 à 09h07)

Mes sincères remerciements à Fanny Ardant qui prête sa voix aux idées de Michel Onfray (Le soucis des plaisir - Construction d'une érotique solaire) que je remercie aussi, à David Bowie et bien évidemment à Michel Serres, et à Jean-Paul Sartre pour son magnifique aphorisme existentialiste. 

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …