Accéder au contenu principal

L'Univers Wold Newton


[... ], il est nécessaire de remonter à l'année 1795. Cinq couples mariés et le frère d'une des épouses, répartis dans deux voitures, se rendaient chez à Raleigh chez des parents. Alors qu'il venaient de dépasser Wold Newton, dans le Yorkshire, une météorite tomba à moins de vingt mètres des deux véhicules. (On visite encore aujourd'hui le monument érigé à l'endroit où le bolide percuta la croûte terrestre.). [...]
       La vive lumière, le dégagement de chaleur et l'assourdissant tonnerre qui accompagnèrent la chute du bolide aveuglèrent et terrifièrent les voyageurs en même temps que les cochers et les chevaux. Mais les hommes et femmes ne furent pas longs à recouvrer leurs esprits et à remercier Dieu de les avoir épargnés. Ignorants comme ils étaient des phénomènes de l'ionisation, ils ne se doutèrent jamais que l'étoile filante avait induit en eux certains changements qui devaient affecter leur progéniture.
[...] la chute du bolide céleste qui tomba prés de Wold Newton engend(ra) ainsi [..] une pléiade de grands détectives, savants et explorateurs aux facultés quasi surhumaines : Dupin, M. Le Coq, Arsène Lupin, Mycroft et Sherlock Holmes, le professeur Challenger, Lord John Roxton, Denis Wayland Smith, A. J. Raffles, Tarzan, Monk Mayfair, Bullog Drummond, John Drummond (Korak), Nero Wolfe, Lord Peter Wimsey, Richard Wentworth (alias G-8 et Ken Allard) et Doc Savage.

Cet extrait (traduit par Michel Pétris) tiré de Tarzan vous salue bien (1972) de Philip José Farmer met en lumière les prémices ce que l'auteur appelait alors la « famille Wold Newton », un concept qui sera ensuite promu par divers auteurs au rang d'univers Wold Newton, voire de French Wold Newton grâce à Jean-Marc Lofficier.

Voici un très court extrait d'une aventure qu'on pourrait qualifier de « wold newtonienne »  :
[...]
- Messieurs, dit Doc Savage, permettez-moi de vous présenter notre dernier membre, le Dr John H. Watson, anciennement du 221 bis Baker Street, Londres, Angleterre.Docteur watson, voulez-vous entrer ?
[..] mais d'abord, permettez-moi de présenter nos autres membres.
Il me prit par le coude et je fis le tour des fauteuils en serrant la main tour à tour à chacun des hommes que j'avais observés. Ils se présentèrent eux-mêmes.
- Richard Benson, le Vengueur, me dit l'homme en gris.
- Ken Allard, le Fantôme, annonça avec un léger rire l'homme au nez en bec d'aigle.
- Gordon, Yale 34. mes amis m'appellent Flash *.
- Curtis newton, Sir, parfois appelé Capatin Future.
- John Carter, ancien capitaine dans la cavalerie confédérée.
- David Innes, du Connecticutt et de l'Empire de Pellucidar.
- Richard Wentworth, me dit le second des hommes en noir, connu de certains sous le nom de l'Araignée.
       Alors qu'il me serait la main je détectai un regard de suspicion et de jalouise, passant entre lui et l'homme qui se faisait appeler le Fantôme. Et finalement, ce fut l'homme au costume de clergyman vert.
[..]

________________________
*Guy l'Éclair en français (ceci pour nos plus vieux lecteurs)

Le dieu à la licorne nue (God of the naked unicorn/1976) Ova Hamlet in UNIVERS n°11, décembre 1977. Traduction de France-Marie Watkins.
All Star Superman
Cependant dès 1969 Philip José Farmer avec La jungle nue (The Feast Unknown traduction de François Lasquin) entreprend d'une part d'inscrire Tarzan dans notre réalité en publiant les Mémoires de Lord Grandrith ..

Dans sa totalité, l'autobiographie de Lord Grandrith comporte neuf volumes, soit prés de trois mille pages. Un seul est présenté ici au public, le tout dernier, qui ne porte que sur une partie de l'année 1968. Lord Grandrith envisageait de faire paraître l'ensemble dés qu'il lui serait devenu loisible de révéler sa véritable identité et l'authentique histoire de sa vie. Mais depuis, Grandrith s'est retourné contre les Neuf, qui lui ont donné l'élixir de longue vie.
[..]
Et d'autre part de lier Lord Gandrith et Doc Caliban, autrement dit Tarzan & Doc Savage ..
PLANETARY Ellis & Cassaday

... Le Wold Newton Universe c'est des aventures qui mettent en scène des personnages créés par différents auteurs, ou par un même auteur mais évoluant au départ dans des "réalités" différentes, mais aussi et surtout, en tout cas de la part de P. J. Farmer la volonté d'inscrire ces personnages dans "notre réalité", l'exemple de Tarzan est particulièrement parlant puisque Farmer ira jusqu'à l'interviewer


"... l'esprit a sa patrie,
qui reste le royaume du sens des choses."
A. de Saint-Exupéry

Des caractéristiques que l'on retrouve chez Grant Morrison (mais pas seulement : voir le Planetary de Warren Ellis et John Cassaday par exemple ; ou encore la nouvelle de de Carolyn Wells, The adventure of the clothes-line (1915) où elle invente un club composé de personnages littéraires tels Sherlock Holmes, C. Auguste Dupin ou encore Arsène Lupin ou Vidocq). 

All Star Superman

... À l'instar du nietzschéen qui ne pense pas comme Nietzsche mais à partir de Nietzsche, le wold newtonien pense à partir du concept construit par Farmer (ce qui laisse une large autonomie de création)
Ainsi dans le cas de Grant Morrison peut-on dégager quelques grandes ligne : son esprit wold newtonien interprète le monde sous la forme d'un rhizome deleuzien, il n'établit aucune distinction entre la fiction et la réalité, le subjectif et l'objectif ; à la manière d'un Jaime D. Byers, et pour lui le temps est un "bloc". 

Zenith & le Léopard de Lime Street
... Cette sensibilité, cette tournure d'esprit peut s'acquérir notamment avec la pratique de la magie (et vice versa) : ainsi la perméabilité réalité/fiction, la création d'un panthéon, l'utilisation de sigil (voir par exemple la page courrier des Invisibles) etc ... ce sera l'objet de notre prochain billet, mais en attendant vous pouvez vous replonger dans les histoires de Morrison pour en avoir un aperçu. Fnord.

  (À suivre ....)  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …