Accéder au contenu principal

The Jungle Rot kid on the Nod (FIN)

... Des bulles d'orgone fraîches et bleues tombent dans le soleil couchant, qui a l'air d'un tampax sanguinolent dont les tentacules puants et écarlates s'étendent sur la bouse terrestre. La nuit s'avance comme des flics en panier à salade. Les tropiques sauvages exhalent leurs sons mystérieux.. Numa le Lion rugit, les perroquets aux plumes vertes et aux yeux jaunes comme un clochard défoncé style Panama 1910 crient Rache !
... Le sang boche va couler, déjà les cous choucrouteux craquent comme des bâtons de cannelle, Tarzan pose son pied sur le cul mort d'un Teuton abattu et pousse son cri de victoire, ce qui fait chier dans son froc Numa le roi des animaux fondu-enchaîné.
... Tarzan et sa nana vivent maintenant dans leur vieille maison dans les arbres... les chimpanzés slacahc sed rueohc ua diep ruel tnennerp (1), Numa rugit, Sheeta la panthère feule comme un vieux junkie. Jane, alias la Pute de baltimore, grogne, rogne, couine, à cause des moustiques mouches tsé-tsé fourmis hyènes et tous ces gomangani arrogants qui s'installent dans le coin, qui transforment en trois jours la jungle propre en vrai bordel, et pourtant chuis pas raciste tu sais j'ai des tas de copains les Waziris, t'aurais dû m'inviter à becqueter, Nairobi n'est qu'à douze cent bornes, ça bouge là-bas bon sang et coupure/

SOURCE

... les arbres débités en planches, les animaux tués, les fleuves pollués pleins de merdes énormes avec ver solitaire, de bouteilles de gin cassées, de capotes anglaises et de contraceptifs féminins, de détergents, de filtres de clopes... et les grands singes dans des zoos américains envoient un télégramme : CLIMAT CALIFORNIEN ET PROGRAMME DE CONFORT GÉNIAUX STOP PAS DE PROBLÈME POUR SE SHOOTER STOP A COTE DE TIJUANA STOP TEL EST LE PRIX DE LA LIBERTÉ DE L'INDIVIDUALITÉ DE LA PHILOSOPHIE EXISTENTIELLE A LA CON STOP
... Opar est un centre touristique, et La tient désormais une boutique d'art-typique-made-in-Japan tandis qu'à chaque geste vous vous heurtez au cul d'un nègre.
... L'Afrique flippante a envahi Tarzan désormais... La voix de Jane et les bruits de la jungle s'amenuisent comme une comète qui abandonne la Terre pour les abysses interstellaires... 
... Tarzan ne bronche pas, fixe son gros orteil, ne pensant à rien - n'en feriez-vous pas autant ? - même pas au con décoré de diamants de La, les femmes ne lui font plus rien, rien ne lui fait plus rien, défoncé comme une bête, dans les vapes, les vertèbres lombaires liquéfiées au-dessous du zéro absolu comme s'il était en contact direct avec le responsable de l'hydrogène liquide à Cap Kennedy....
... Le Kid voyage avec un aller-simple sur le Hegel-Express : thèse-antithèse-synthèse, suçant à l'intérieur des bulles d'orgone blues et fraîches, suçant l'Éternel Absolu....

UNIVERS 02 éditions J'AI LU - septembre 1975 
The Jungle Rot Kid on the Nod, Philip José Farmer - New Worlds - 1970

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…