Accéder au contenu principal

Flex Mentallo (2)



...  Si à l'instar de Michel Onfray nombre d'intellectuels s'interrogent (encore) sur la problématique corps/esprit, d'autres ont depuis longtemps résolu cette dichotomie : l'un ne va pas sans l'autre.
Les culturistes, les hercules de foire et les artistes martiaux ont dés le début accordé une grande place à l'action de l'esprit sur la matière (et vice versa).

Ainsi par exemple, The Mighty Atom pensait que son formidable potentiel venait de l'association de sa puissance mentale et de sa force : il faut dire qu'il avait réchappé à un tir d'arme à feu, la balle n'avait pas réussi a pénétrer son crane. Né en 1893, Joseph Greenstein a.k.a  The Mighty Atom se produisait encore en 1977. On notera en passant que Joseph Greenstein est l'inspirateur du personnage de DC Comics Atom (alias All Pratt).

D'autre part des athlètes tels que Marcel Rouet ont tout de suite intégré à leur pratique (et à leur enseignement) une dimension "mentale" notamment en promouvant l'imagination, la volonté ; en encourageant le développement des facultés de concentration voire en s'intéressant de prés à l'hypnose.   




En outre et de manière plus terre à terre, quiconque a jamais conçu un planning d'entrainement sait l'investissement intellectuel que cela "coûte".



... Nonobstant, s'il est une activité physique qui n'a jamais mis de côté la dimension "mentale" c'est bien les arts martiaux (ou peut-être est-ce une activité mentale qui n'a jamais oublié l'aspect physique).

Les arts martiaux orientaux accordent également une grande attention à l'union du corps et de l'esprit. Par exemple avec ce qu'on appelle le kime. "Le kime est l'ensemble des actions physiques et mentales qui interviennent simultanément dans la dernière phase d'un mouvement [..]" nous dit Roland Habersetzer. "On peut donc appeler kime la brève mais intense concentration d'énergie physique augmenté d'un influx mental allant dans le même sens, lors de contacts avec l'adversaire, que ce soit dans un mouvement d'attaque ou de défense." [...] "Le kime est parfois concrétisé par le kensei qui est ce cri guttural et bref qui ne manque jamais de surprendre et d'impressionner le néophyte ; on a l'habitude de l'appeler kiai [..]. 


No Brain No Gain
Sans oublier que d'aucuns n'hésitent pas à proposer d'entrainer son cerveau, organe qu'ils considèrent comme un muscle tout simplement.  




... Je conclurai en citant l'exemple (qui n'est pas anodin) de Mike Dayton et de sa méthode d'entrainement intitulé Chi Mind control, tout un programme qui associe brillamment culturisme athlétique & arts martiaux ..
 
Ainsi  Mike Dayton était-il capable de briser des battes de base-ball, d'exploser des menottes et nettement plus dangereux, de résister à une pendaison

    
(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…