Accéder au contenu principal

Armageddon rag

            "On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs" dit-on ; "je vois bien les œufs cassés, mais où est l'omelette" se demande Sandy Blair écrivain en panne d'inspiration à qui son ancien patron demande de faire un papier sur la mort d'un impresario.
Mais pas n'importe lequel, Jamie Lynch, celui qui s'occupait du Nazgûl,  le groupe de rock mythique de la fin des sixties, celui dont le chanteur a pris en 71 une balle en pleine tronche lors d'un concert.
Et la mort de Lynch est tout aussi surprenant : on lui a arraché le cœur ! Preuve qu'il en avait un disent les mauvaises langues. 

Sandy Blair a été journaliste pour le Hedgehog avant de s'en faire virer, le Hedgehog était à cette époque un journal contestataire, et pour Blair la contre-culture a été l'eau de son aquarium, une eau dans laquelle il va replonger ...

Mais comme le disait fort justement Howard Philipps Nietzsche : Si tu regardes dans l'abîme, l'abîme regarde aussi en toi. D'événements en causalités, de corollaires en hasards, Blair va ressentir la nécessité de faire partie du problème ; en sera-t-il pour autant  la solution ? Nous le saurons (sic) en lisant ce roman.   

George R. R. Martin (auteur du Trône de Fer  notamment, romans qui à leur tour ont  donné la série télévisée Game of Thrones) réussit avec Armageddon rag un sacré bon roman : mélange d'une époque (les années 60) fertile en événements propices à devenir une "nouvelle mythologie"  ; comme on peut encore surtout le constater aujourd'hui, peinture du milieu de la musique, au travers des membres du Nazgûl, et lente descente dans l'horreur et le macabre pour Sandy Blair rejeton d'un journalisme contre-nature celui né de la copulation d'Hunter S. Thompson (Las Vegas Parano) et de Tom Wolfe (Acid Test) au pays du Flower Power et des Wearthermen

Avec Armageddon rag l'auteur prouve s'il en était besoin, que certaines musiques sont favorables à "réveiller les morts" (Tipper Gore avait donc raison ?!).

             J'ai pour ma part découvert ce roman il y a plus de 20 ans, et le relire aujourd'hui m'a procuré le même  plus de plaisir encore, savourant par avance ce dont je me souvenais et surpris par ce que j'en avais oublié.

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. et bouquin traduit par Jean Bonnefoy, le spécialiste (en france) du rock science-fictif sous acide.

    RépondreSupprimer
  3. (ah oui - j'y pense en lisant le texte sur Crowley - enfin bref, Crowley fut (parait-il) espion pendant la seconde guerre mondiale - faits rapportés par un de ses proches, George Langelaan, écrivain / espion / occultiste)

    RépondreSupprimer
  4. @ Broussailee307 : merci pour l'info, amigo.

    @ Zait : merci de ton passage.

    @ ROBO32.EXE, oubli d'autant plus injustifiable que Jean Bonnefoy ne tire pas à la ligne. Merci.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Massacres à New York [Jack Cannon / Claro]

C'est un « tweet » de J ack C arr (l'auteur de Terminal List ), qui souhaitait un bon anniversaire à N elson D e M ille, qui a aiguisé ma curiosité.  Si j'avais - je crois ? - vu une adaptation cinématographique de l'un des romans de D e M ille ( Le déshonneur d'Ann Campbell ), je n'en avais en revanche jamais lus aucun.  Mon choix s'est donc porté sur L'Île des fléaux , roman disponible à la médiathèque, et premier d'une série dont le personnage principal est un certain John Corey .  Mal m'en a pris.              Je crois que c'est la pire traduction qu'il m'a été donnée de lire. Dès les premières pages on trouve un « détective », des « officiers », en lieu et place d'un inspecteur et d'agents. Un peu plus loin mais guère plus, le traducteur confond le canon d'une arme et son barillet, et cerise sur le gâteau (c'est le cas de le dire), construit une maison en pain d'épices ( gingerbread qui pour le coup a ici l

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er