Accéder au contenu principal

Armageddon rag

            "On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs" dit-on ; "je vois bien les œufs cassés, mais où est l'omelette" se demande Sandy Blair écrivain en panne d'inspiration à qui son ancien patron demande de faire un papier sur la mort d'un impresario.
Mais pas n'importe lequel, Jamie Lynch, celui qui s'occupait du Nazgûl,  le groupe de rock mythique de la fin des sixties, celui dont le chanteur a pris en 71 une balle en pleine tronche lors d'un concert.
Et la mort de Lynch est tout aussi surprenant : on lui a arraché le cœur ! Preuve qu'il en avait un disent les mauvaises langues. 

Sandy Blair a été journaliste pour le Hedgehog avant de s'en faire virer, le Hedgehog était à cette époque un journal contestataire, et pour Blair la contre-culture a été l'eau de son aquarium, une eau dans laquelle il va replonger ...

Mais comme le disait fort justement Howard Philipps Nietzsche : Si tu regardes dans l'abîme, l'abîme regarde aussi en toi. D'événements en causalités, de corollaires en hasards, Blair va ressentir la nécessité de faire partie du problème ; en sera-t-il pour autant  la solution ? Nous le saurons (sic) en lisant ce roman.   

George R. R. Martin (auteur du Trône de Fer  notamment, romans qui à leur tour ont  donné la série télévisée Game of Thrones) réussit avec Armageddon rag un sacré bon roman : mélange d'une époque (les années 60) fertile en événements propices à devenir une "nouvelle mythologie"  ; comme on peut encore surtout le constater aujourd'hui, peinture du milieu de la musique, au travers des membres du Nazgûl, et lente descente dans l'horreur et le macabre pour Sandy Blair rejeton d'un journalisme contre-nature celui né de la copulation d'Hunter S. Thompson (Las Vegas Parano) et de Tom Wolfe (Acid Test) au pays du Flower Power et des Wearthermen

Avec Armageddon rag l'auteur prouve s'il en était besoin, que certaines musiques sont favorables à "réveiller les morts" (Tipper Gore avait donc raison ?!).

             J'ai pour ma part découvert ce roman il y a plus de 20 ans, et le relire aujourd'hui m'a procuré le même  plus de plaisir encore, savourant par avance ce dont je me souvenais et surpris par ce que j'en avais oublié.

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. et bouquin traduit par Jean Bonnefoy, le spécialiste (en france) du rock science-fictif sous acide.

    RépondreSupprimer
  3. (ah oui - j'y pense en lisant le texte sur Crowley - enfin bref, Crowley fut (parait-il) espion pendant la seconde guerre mondiale - faits rapportés par un de ses proches, George Langelaan, écrivain / espion / occultiste)

    RépondreSupprimer
  4. @ Broussailee307 : merci pour l'info, amigo.

    @ Zait : merci de ton passage.

    @ ROBO32.EXE, oubli d'autant plus injustifiable que Jean Bonnefoy ne tire pas à la ligne. Merci.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …