Accéder au contenu principal

Les Décimales du Futur

(Blue Öyster Cult - Veteran of the Psychic Wars)

"La germination produit l'arbre, détruisant la graine mais préservant l'espèce. Le menuisier produit la table, détruisant l'arbre mais préservant le bois. Ces parallèles illustrent bien la convergence des religions vers une seule conclusion."

... Imaginez la créature de  Frankenstein en Chapeau melon & Bottes de cuir, un flim où il est question de microfilm ; un flim qui vous manage les méninges sans ménagement non pas comme un tour de magie mais plutôt comme un tour de manège.

Lors des événements qui ponctuent ce flim le Kali Yuga autrement dit l'Âge des Ténèbres, un cycle commencé le 18 février 3102 avant Jésus-Christ dans l'après-midi (belle précision) est sur le point de s'achever, la fin du monde est proche.


... La mort de son père va précipiter Jerry Cornelius (prix Nobel) dans une aventure complétement tarabiscotée ce qui crée,  en l'additionnant au jeu des acteurs, un jeu pour le moins détaché, un climat assez singulier mais pas déplaisant, bien au contraire.


Vous l'avez d'ores et déjà compris, Les Décimales du Futur (1973) est l'adaptation du Programme Final, le premier roman du cycle que Michael Moorcock a consacré à son héros Jerry Cornelius.
Pour tout vous dire je ne suis guère client de ce cycle romanesque, et c'est le titre français qui m'a interpellé, et qui m'a chahuté l'imagination.

DANDIES


Le dandisme : un culte de la différence dans le siècle de l'uniforme. [..]
Les dandies et leurs proches se composent une dissemblance qui proscrit les idoles du jour : utilité, vitesse, argent.
Plus insolent que transgresseurs, le dandy récuse dogme et injonction, opposant le singulier au multiple, le peu au trop, les vacances au labeur, la réserve à l'effusion, et le délire de sa rigueur à la morne économie des ménages.
Le dandysme : un monde métaphorique aux couleurs du soleil couchant, un exercice impossible. [..] Roger Kempf

Et bien m'en a pris, certes un léger temps d'adaptation m'a été nécessaire, mais une fois pris le tempo - très proche de certains épisodes de Chapeau melon & Bottes de Cuir - cela a été un vrai plaisir que de suivre les péripéties décousues qui constituent la trame de ces Décimales du Futur.

Un petit air de la couverture du SPECIAL STRANGE n°25

... Des dialogues drôles et/ou décalés, des situations absconses  et/ou loufoques; des événements aléatoires qui tendent à s'agglutiner ; on nage entre deux eaux dans un léger délire mathématique. Coolamundo !


Un cocktail improbable aux ingrédients antinomiques qui en dépit de ce que l'on serait en droit d'attendre m'a captivé et divertit. Ce qu'au demeurant n'a jamais réussi à faire le roman dont il s'inspire. Nothing is perfect.


Gideon Stargrave "le" Jerry Cornelius de Grant Morrison

Je laisse maintenant la parole à Dennis Parent qui vous présente Les Décimales du Futur ....




Commentaires

  1. Jerry Cornelius à qui Laurent Queyssi adresse un clin d’œil appuyé dans Neurotwistin.

    RépondreSupprimer
  2. et qu'on voit apparaitre, avec sa maman et le reste de la famille, dans le Black Dossier de Moore.

    RépondreSupprimer
  3. Le flipper géant d'Arcade... la vache ! Remarquez, la première fois que je l'ai rencontré, Arcade, c'est dans le Marvel Team Up avec Captain Britain. Donc c'était signé.

    RépondreSupprimer
  4. un film surprenant magnifiquement éditer dans la mini collection "les films inclassables"(studio canal+)dirigé par Marc Caro.
    On adore le film ou on le trouve insuportable c'est les réactions que j'ai constaté à vous de voir

    Dr FrAnk€in$ound

    RépondreSupprimer
  5. Dommage, plus de commentaire vidéo. Sac à papier !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.