Accéder au contenu principal

The Jungle Rot kid on the Nod (4)

... Le Kid ne s'amuse plus des masses et le cul du chimpanzé est trop poilu, sans compter que les chimpanzés ont l'habitude de chier pendant l'orgasme. Puis arrive Jane, alias Baltimore Blondie, qui cavale devant Rudolph Rassendale (1), un mec du genre "Épouse-moi Jane ou je fais boucher le cul de ton père".

Marion Michael alias Liane
... Le Kid sauve Jane et puis c'est la scène conjugale, ils vont en Europe sur le Continent Civilisé, mais le Kid a bientôt compris que la loi de la jungle et les mœurs locales ne vont pas ensemble.
... Les flics disent : on peut pas faire un double-nelson aux criminels et leur briser le cou, même si c'est eux qui attaquent les premiers, ils ont la loi qui les protège. La photo de Tarzan est accrochée aux murs des bureaux de poste et dans les commissariats, il est surnommé Archetype Archie, et les flics le désignent sous le nom de la Magnifique Merde (2). 50.000 francs mort ou vif. Ça sent le roussi pour eux, et le Kid et Baltimore Blondie retournent vivre dans les arbres.
... Voici La, alias de temps en temps Sacrifice Sal et plus souvent Disembowelment Daisy (3), la reine d'Opar, qui règne sur un peuple de petits bonshommes chevelus, descendant de l'ancienne Atlantide ; le Kid a toujours aimé les cités perdues. Alors Tarzan casse avec Jane le temps d'aller baiser La.
... Ces enculés d'Arabes reviennent encore une fois enlever Jane et se la sauter à plusieurs... depuis ça ne s'arrange pas pour elle... ça me coûte la peau du cul en bijoux d'Opar pour me débarrasser de sa chaude-pisse, de sa syphilis, de son pian, de ses morpions, de sa vérole, de sa dysenterie double, de son rectum défoncé, de son urètre fendu, de ses narines déchirées, de ses oreilles percées, de ses reins esquintés, de sa nymphomanie chronique, de son accoutumance au haschich, et d'un tas d'autres choses trop dégueulasse pour qu'on en parle....


... Et voici maintenant les Combattants de la Der-des-Der style 1914, et ces enculés de Boches qui capturent Jane.... dans leurs yeux de mantes religieuses brille la lubricité incestueuse. Telle une Weltanschauung (4) noire et anti-orgone à la Horbiger, ils obéissent aux ordres des vénusiens verts qui correspondent avec Hindenburg par télépathie.
... - Ja wohl  ! (4) aboie le lieutenant Herrlipp von Dreckfinger (5) à son colonel Bombastus von Arschangst (6),  - Utilisons le piège Baltimore pour attraper ce gottverdammerung Vils de la Chungle, ce pseudo-aryen cet Oberaffenmensch (7), et on le tuera chusqu'à ce que l'Avrique zoit à nous ! Bufons à la zanté du Kaiser et de la Vamille Krupp !
... Le Kid qui baisait La une fois de plus, la laisse choir tel un vieux camé qui laisse tomber son froc pour une piquouse, et piste les Boches car c'est la loi de la Jungle.  

(1) Personnage de BD célèbre aux U.S.A., type de vilain toujours aux trousse des femmes, dans le strip quotidien " Hairdbreadth Harry". J.-P. Turmel fait remarquer qu'il prend ici la place du poursuivant habituel de Jane, Robert Candler.

(2) En français dans le texte.

(3) Littéralement : "Paquerette l'Eventreuse" ou encore "La pédale perforante", selon le sexe qu'on lui attribue.

(4) En allemand dans le texte.

(5) Approximativement : "Monsieur Babine aux Mains Sales".

(6) Approximativement : "Boursouflé d'Angoisse".

(7) On peut traduire par "Surhomme-Singe".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…