Accéder au contenu principal

The Jungle Rot kid on the Nod (4)

... Le Kid ne s'amuse plus des masses et le cul du chimpanzé est trop poilu, sans compter que les chimpanzés ont l'habitude de chier pendant l'orgasme. Puis arrive Jane, alias Baltimore Blondie, qui cavale devant Rudolph Rassendale (1), un mec du genre "Épouse-moi Jane ou je fais boucher le cul de ton père".

Marion Michael alias Liane
... Le Kid sauve Jane et puis c'est la scène conjugale, ils vont en Europe sur le Continent Civilisé, mais le Kid a bientôt compris que la loi de la jungle et les mœurs locales ne vont pas ensemble.
... Les flics disent : on peut pas faire un double-nelson aux criminels et leur briser le cou, même si c'est eux qui attaquent les premiers, ils ont la loi qui les protège. La photo de Tarzan est accrochée aux murs des bureaux de poste et dans les commissariats, il est surnommé Archetype Archie, et les flics le désignent sous le nom de la Magnifique Merde (2). 50.000 francs mort ou vif. Ça sent le roussi pour eux, et le Kid et Baltimore Blondie retournent vivre dans les arbres.
... Voici La, alias de temps en temps Sacrifice Sal et plus souvent Disembowelment Daisy (3), la reine d'Opar, qui règne sur un peuple de petits bonshommes chevelus, descendant de l'ancienne Atlantide ; le Kid a toujours aimé les cités perdues. Alors Tarzan casse avec Jane le temps d'aller baiser La.
... Ces enculés d'Arabes reviennent encore une fois enlever Jane et se la sauter à plusieurs... depuis ça ne s'arrange pas pour elle... ça me coûte la peau du cul en bijoux d'Opar pour me débarrasser de sa chaude-pisse, de sa syphilis, de son pian, de ses morpions, de sa vérole, de sa dysenterie double, de son rectum défoncé, de son urètre fendu, de ses narines déchirées, de ses oreilles percées, de ses reins esquintés, de sa nymphomanie chronique, de son accoutumance au haschich, et d'un tas d'autres choses trop dégueulasse pour qu'on en parle....


... Et voici maintenant les Combattants de la Der-des-Der style 1914, et ces enculés de Boches qui capturent Jane.... dans leurs yeux de mantes religieuses brille la lubricité incestueuse. Telle une Weltanschauung (4) noire et anti-orgone à la Horbiger, ils obéissent aux ordres des vénusiens verts qui correspondent avec Hindenburg par télépathie.
... - Ja wohl  ! (4) aboie le lieutenant Herrlipp von Dreckfinger (5) à son colonel Bombastus von Arschangst (6),  - Utilisons le piège Baltimore pour attraper ce gottverdammerung Vils de la Chungle, ce pseudo-aryen cet Oberaffenmensch (7), et on le tuera chusqu'à ce que l'Avrique zoit à nous ! Bufons à la zanté du Kaiser et de la Vamille Krupp !
... Le Kid qui baisait La une fois de plus, la laisse choir tel un vieux camé qui laisse tomber son froc pour une piquouse, et piste les Boches car c'est la loi de la Jungle.  

(1) Personnage de BD célèbre aux U.S.A., type de vilain toujours aux trousse des femmes, dans le strip quotidien " Hairdbreadth Harry". J.-P. Turmel fait remarquer qu'il prend ici la place du poursuivant habituel de Jane, Robert Candler.

(2) En français dans le texte.

(3) Littéralement : "Paquerette l'Eventreuse" ou encore "La pédale perforante", selon le sexe qu'on lui attribue.

(4) En allemand dans le texte.

(5) Approximativement : "Monsieur Babine aux Mains Sales".

(6) Approximativement : "Boursouflé d'Angoisse".

(7) On peut traduire par "Surhomme-Singe".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …