Accéder au contenu principal

Clean Room [Gail Simone / Jon Davis-Hunt]

Je me suis plongé, je dois dire, assez distraitement, dans le tout premier numéro de « Clean Room » distraction dont je suis sorti très rapidement.
            En effet, un malaise sourd des premières planches de la série, scénarisée par Gail Simone & dessinée par Jon Davis-Hunt, pourtant bien sages en regard de tout ce qui arrivera avant la fin du premier recueil.
Des pages à l’ambiance dérangeante et vénéneuse, dont l’illustration ci-contre n’est que le haut de l’iceberg.

            Tacticienne retorse, la scénariste qui n'est plus un perdreau de l'année, utilise toutes les ficelles de son talent pour nous faire prendre des vessie pour des lanternes. Et ça marche plutôt pas mal !
D'autant que lesdites ficelles sont gommées avec autant de brio qu'il lui a fallu de talent pour les manœuvrer.

Labellisée Vertigo©, la série ne recule devant rien, ...... ou presque.

Compte tenu des cases au contenu crescendo assez choquant, voire explicitement sensuel (mais l'un n'empêche pas l'autre), certains dialogues éludent purement et simple le « Fils de Dieu ».
Nous avons ainsi droit à un « Jesus Crow » et à un « God Jeesum ». Bizarre !?
Cela dit, les individus qui utilisent ces termes le font peut-être pour une raison intradiégétique ?

            Reste pour l'instant, 6 numéros lus sur les dix-huit que conte (sic) la série, que Gail Simone a écrit une série aussi captivante qu'insolite.
Les planches de Jon Davis-Hunt, au style disons naturaliste, presque policé, ajoute au malaise ambiant.
« Clean Room » s'annonce pour l'instant comme une excellente série d'épouvante domestique. 

Dont le point de fuite n’est peut-être pas là où on le croit. 
Sorte de trompe-l’œil qui semble révéler, du moins jusqu’à plus amples lecture, une réification des dogmes d’une « religion » inventée par un romancier de Sf plus connu pour cela que pour ses romans.  Suivez mon regard ....
Une comparaison d'autant plus troublante, que la Honest World Foundation™, bien qu’ambigüe, n'apparait pas aussi toxique qu'elle pourrait devrait être présentée. Si mes soupçons s'avéraient.
  
Très recommandée ! 

(À suivre .....)

Commentaires

  1. Ça me fait plaisir de réentendre parler de cette série. J'avais également beaucoup aimé ce premier tome, à commencer par les dessins de Jon-Davis Hunt, que j'ai retrouvé avec encore plus de plaisir sur la série The Wild Storm, écrite par Warren Ellis. Par contre, mon intérêt s'était émoussé avec les 2 tomes suivants. J'aime bien les histoires de Gail Simone (Birds of Prey, Wonder Woman) mais je la trouve inégale dans la durée. Publiée en même temps, j'avais préféré la série Unfollow, de Rob Williams & Mike Dowling.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un avenir de lecture un poil décevant que tu m'annonces.
      [-_ô]

      Pour The Unfollow, je l'avions dans mes carnets. Depuis "The Royals" [https://artemusdada.blogspot.com/2015/10/the-royals-masters-of-war.html] et Cla$$ War [https://artemusdada.blogspot.com/2015/09/clawar-rob-williamstrevor.html] j'y ai toujours une place pour le travail de Rob Williams.

      Mais merci du rappel !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er