Accéder au contenu principal

Revolver [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Dernier roman en date de Duane Swierczynski publié de ce côté-ci de l'Atlantique, « Revolver », peut être décrit superficiellement (mais efficacement) comme un crossover entre Cold Case : Affaires classées et Blue Boods.
Deux séries télévisées policières qui, dans le premier cas reviennent sur des affaires non résolues, et qui dans l'autre s'intéresse à une famille où on est policier de père en fils.

               Duane Swierczynski est à Philadelphie ce qu'est James Ellroy pour Los Angeles ou Dennis Lehane pour Boston ; quelqu'un qui écrit la biographie d'une ville au travers d'histoires (plus ou moins) policières de ses habitants.
« Revolver » en est un précipité astucieux, en ce qu'il adopte trois points de vue différents. 

Celui de Stan Walczak, policier dans les années 1960, celui de son fils Jim, capitaine à la retraite rattrapé par son passé. Et enfin Audrey, la fille de Jim, étudiante en médecine légale. Trois époques (1965, 1995, 2015) qu'explorent alternativement les 42 chapitres du roman.
Un moyen très efficace de capter l'attention et auquel il devient difficile, au fur et à mesure que progresse les lignes temporelles, d'échapper. 
La brièveté du roman, un peu plus de 300 pages, augmente l'assuétude développée, en livrant un roman affuté.

Toutefois, « Revolver » adopte plutôt un parti pris voisin de celui de Dashiell Hammett dans son roman Le faucon maltais. Le meurtre, irrésolu, de Stan Walczak sert surtout de révélateur. Apparaîtrons ainsi grâce à lui des secrets familiaux, et un portrait de Philadelphie
Non pas que le meurtre en question ne compte pas, au contraire ! Mais il n'est pas seul en course pour créer du suspense. Et surtout il ne fait vraiment l'objet d'une enquête, en termes de procédure.
            Au final, « Revolver » est tout à fait capable de vous rendre insomniaque. Et ce, malgré une couverture française d'une banalité affligeante, et de quelques expressions ou phrases dont la traduction souffre d'une peu d'étourderie. 
Ainsi le pénible « trou de balle », ou cette très étonnante phrase, sur laquelle j'ai butée : « D’un coup de sa chaussure de ville noire, la porte éclate et la voie est ouverte. ». Je précise qu'à ce moment-là celui qui donne ce coup de pied se trouve, justement, dans un quartier noir de la ville.

Rien qui ne puisse être oublié presque aussitôt, tant le destin familial de la famille Walczak, vu par Duane Swierczynski, est passionnant. 

Un auteur qui n'est, en tout cas, pas près de me semer !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er