Accéder au contenu principal

L'Ombre du chat [Paul Borrelli]

Ce roman, de presque 500 pages, est le premier d'une trilogie ; publiée entre 1994 et 1999.
Il peut toutefois se lire indépendamment des deux autres qu'a ensuite écrit Paul Borrelli.
Sous une couverture rien moins qu'engageante d'Alain Robert, se cache assurément un hybride Polar/Sf remarquable.

            Situé en 2032, principalement dans la mégapole de Marseille « L'Ombre du chat » a pour fil rouge une enquête sur un tueur en série surnommé  « Homicide express ».
Toutefois ne vous fiez pas trop à mon résumé succinct, qui omet bien évidement d'expliquer pas mal de choses. Sachez toutefois que « L'Ombre du chat » ne se résume (heureusement) pas à un énième roman sur un serial killer, qui serait un génie criminel, au quotient intellectuel supérieur à 160.

Manière de planter le décor, Paul Borrelli ne cache ni l'amour ni ce qu'il doit à Philip K. Dick (et à Serge Brussolo). Ainsi son Marseille 2032 a bien sûr quelque chose à voir avec le Los Angeles de Blade Runner
Mais comme l’approche cyberpunk que manifeste le natif de Toulon tout au long de son intrigue ; s'il n'existe pas de différence de nature avec les références admises précédemment, il y a (heureusement) des différences de degré.
Autrement dit, il ne s'agit d'un bête copier-coller, mais bien d'une interprétation sensible de motifs génériques au service d'une histoire.
L'aspect « polar» bénéficie également d'aménagements originaux dans son déroulement.

            Par exemple alors qu'il présente ses récits comme l'antithèse des romans à la Agatha Christie, Paul Borrelli recourt à une scène bien connue des amateurs de whodunit, mais dont la conclusion est très éloignée de celle qu'aurait pu faire Hercule Poirot
« L'Ombre du chat » est aussi un exercice stylistique. Le lecteur y rencontrera peut-être une épanadiplose narrative, et un clin d’œil au zoom de son célèbre prédécesseur La position du tireur couché de Jean-Patrick Manchette.  

            D'une manière générale  « L'Ombre du chat » est un hybride unique. La Sf y est là pour faire dérailler le quotidien dans une inquiétante étrangeté, l’enquête policière pénètre avec plus ou moins de doigté,mais d'une manière originale, des milieux interlopes anxiogènes, et souvent exotiques. Peuplé, aux dires de l'auteur, de fragments en devenir et d'une somme de « bénéfices secondaires » accouplés à une sérieuse documentation, « L'Ombre du chat » s'éloigne résolument des standards héroïques pour tutoyer une entropie créatrice. 
Celle dont seule la meilleure littérature peut accoucher.   

Un roman noir et serré, à avaler d'un trait !         
(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er